Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Alain Gravel
Audio fil du mercredi 6 septembre 2017

Hausse des taux d’intérêt : « On est sur une pente dangereuse », dit René Vézina

Publié le

Un couple choqué devant leurs factures.
De nombreuses familles canadiennes pourraient avoir de bien mauvaises surprises quand les taux d'intérêt vont augmenter.   Photo : iStock / OcusFocus

De nombreux ménages québécois pourraient vivre de bien mauvais moments avec la hausse prochaine du taux directeur de la Banque du Canada, augmentation qui pourrait survenir dès mercredi après-midi, prévient le chroniqueur économique René Vézina.

La Banque du Canada annoncera à 14 h, mercredi, si elle hausse son taux directeur. Celui-ci a un effet direct sur les taux d’intérêt, notamment ceux des prêts hypothécaires et des marges de crédit. Si l’organisme opte plutôt pour le statu quo, avec un taux actuel de 0,75 %, René Vézina s’attend à une hausse en octobre et d’autres à venir ultérieurement.

Selon les divers scénarios, le taux d’intérêt de la Banque du Canada pourrait atteindre de 3 à 5 % d’ici quatre ans, prévient M. Vézina. Les Québécois doivent donc tenter de réduire progressivement leur endettement pour faire face à ces possibles hausses.

Endettement dangereux

L’endettement moyen non hypothécaire des Québécois est d’environ 19 000 $. Ça peut être dangereux si on a une séquence à la hausse. Selon une analyse du Mouvement Desjardins, parue mardi, c’est environ 5 % des ménages qui seraient en difficulté. [...] On parle de 40 000 à 50 000 ménages au Québec qui seraient sur la corde raide à cet égard.

René Vézina

René Vézina explique qu’un couple est en « sérieuse difficulté » lorsque le remboursement de ses dettes atteint 40 % de son revenu brut.

Après les prélèvements, il reste environ 35 000 $ à un travailleur qui gagne 60 000 $ brut. Quarante pour cent de 60 000 $, c’est 24 000 $. Imaginez devoir rembourser 24 000 $ sur 35 000 $. Ils n’ont plus rien pour le reste. Ils sont incapables de passer au travers.

René Vézina

À ce sujet :

La Banque du Canada hausse son taux directeur

Une montée des taux d'intérêt bousculerait les finances des Québécois

Chargement en cours