Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Barbara Leroux
Audio fil du mercredi 6 décembre 2017

Santé mentale : pénurie de pédopsychiatres en Mauricie-Centre-du-Québec

Publié le

Alexandre Taillefer tend une lettre à une jeune fille avec, en arrière-plan, une marina.
Un documentaire qui aborde avec délicatesse et profondeur les sujets encore tabous de la santé mentale et de la cyberdépendance chez les jeunes.   Photo : Radio-Canada

Dans le documentaire Bye, diffusé mardi sur les ondes de Radio-Canada, l'homme d'affaires Alexandre Taillefer tente de comprendre pourquoi son fils Thomas, âgé de 14 ans, s'est enlevé la vie il y a deux ans. Le documentaire met notamment en lumière le cruel manque d'effectifs en santé mentale, une pénurie qui se fait aussi sentir au CIUSSS de la région.

Devant la détresse de son fils, Alexandre Taillefer est allé chercher l’aide de professionnels. Cela aura toutefois pris plusieurs mois avant que Thomas ne voie enfin une psychologue. Cet accès difficile aux soins de santé mentale n’est pas unique au Québec.

Si la situation s’est un peu améliorée au cours des dernières années, elle demeure difficile en Mauricie et au Centre-du-Québec. En effet, il n’y a que 4 pédopsychiatres qui travaillent au sein du Centre intégré universitaire de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CIUSSS-MCQ), alors que Québec juge qu’il devrait y en avoir 8.

« C’est nettement insuffisant. C’en est critique », lance la médecin psychiatre au Centre régional de santé mentale de Shawinigan, Marie-Frédérique Allard.

Bien qu’elle se réjouisse de l’investissement de 35 millions de dollars annoncé dimanche par le ministre de la Santé pour un programme public de psychothérapie, Marie-Frédérique Allard croit qu’il reste encore beaucoup à faire pour rendre les soins de santé mentale plus accessibles dans la province.

Chargement en cours