Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Barbara Leroux
Audio fil du mercredi 13 septembre 2017

Doit-on s’inquiéter du fentanyl en Mauricie et au Centre-du-Québec?

Publié le

Des comprimés de Fentanyl
Les forces albertaines et saskatchewanaises ont saisi 500 pilules et plus d'une centaine de grammes de fentanyl.   Photo : La Presse canadienne

Les autorités de la santé de la Mauricie et du Centre-du-Québec sont sur un pied d'alerte par rapport au fentanyl, cette drogue 100 fois plus puissante que la morphine et 40 fois plus que l'héroïne. Un comité de travail sera bientôt mis sur pied afin de se pencher sur cette question.

Difficile de dire si du fentanyl est consommé dans les rues des villes et villages de la région, mais une chose est sûre, il est à portée de main.

« Il y en a à Montréal et puis souvent, les gens d’ici vont chercher leur drogue à Montréal. On n’est pas à l’abri d’avoir des surdoses au fentanly ici », a expliqué la Dre Linda Milette, médecin-conseil à la Direction de la santé publique, en entrevue à l'émission Facteur matinal.

La Dre Milette travaille dans un centre qui s'occupe de gens aux prises avec des dépendances. Elle affirme que tous les intervenants prêtent une attention particulière aux types de drogues qui sont consommées.

Ils travaillent aussi beaucoup en prévention. Il existe un antidote contre les surdoses de fentanyl. Il s'appelle la naloxone et est maintenant disponible en pharmacie sans prescription.

Tous les gens qui consomment des drogues peuvent en parler à leur pharmacien et vont avoir, s'ils remplissent les critères, de la naloxone et l’important est de ne pas consommer [de drogue] seul, parce qu’on ne pourra pas se l’injecter nous-mêmes.

Dre Linda Milette, médecin-conseil à la Direction de la santé publique au CIUSSS MCQ

Au Québec, une mort sur cinq par intoxication aux opioïdes est maintenant attribuée au fentanyl, cet analgésique narcotique de synthèse qui fait des ravages un peu partout au Canada.

Des flacons de naloxone et deux seringues
Une injection de naloxone peut inverser les effets d'une surdose d'opioïdes et opiacés. Photo : Getty Images/Lucas Oleniuk

Davantage de formations

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) veut aussi former le plus d'intervenants possible à l'utilisation de la naloxone. Les ambulanciers savent déjà comment s’en servir.

« On veut aussi former d’autres personnes comme les travailleurs de rues, parce que plus on intervient rapidement, plus on peut sauver une vie », explique-t-elle.

On n’a pas documenté pour le moment dans la région des surdoses par ce fentanyl contrefait-là,

Dre Linda Milette, médecin-conseil à la Direction de la santé publique au CIUSSSMCQ

Elle soutient que les autorités de la santé prennent tout de même la situation très au sérieux.

Les consommateurs de drogue prennent parfois du fentanyl sans même le savoir, car il se retrouve souvent mélangé à de faux comprimés pharmaceutiques vendus illégalement sur le marché ainsi que dans des drogues achetées dans la rue, comme l’héroïne, le crack, la cocaïne ou les amphétamines.

Chargement en cours