Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Philippe Pleau et Serge Bouchard
Audio fil du dimanche 7 janvier 2018

Les dures conditions de travail des femmes dans les manufactures

Publié le

Des employées de la compagnie E. B. Eddy posent devant leur usine de fabrication d'allumettes.
Les allumettières de la compagnie E. B. Eddy, à Hull (aujourd'hui Gatineau), en 1935   Photo : Réseau du patrimoine de Gatineau et de l'Outaouais / domaine public

« Entre 1850 et 1950, les femmes ont été projetées dans le monde de la manufacture. [...] La couturière est devenue une ouvrière, et l'ouvrière une prolétaire. » Serge Bouchard décrit les conditions de travail misérables des femmes et des enfants qui prévalaient dans les manufactures. Il parle entre autres des luttes syndicales de la Dominion Corset, à Québec, et des allumettières de Hull (aujourd'hui Gatineau).

Fondée à la fin du 19e siècle, la Dominion Corset se spécialisait dans la fabrication de dessous féminins. Jusqu’à la fermeture de l'entreprise en 1988, des centaines de femmes y ont travaillé comme couturières, ouvrières, opératrices et contremaîtresses. Elles ont tenté sans trop de succès d’améliorer leurs conditions de travail en fondant un syndicat maison, en 1945.

Des ouvrières travaillent sur leurs machines à coudre.
Des ouvrières de la Dominion Corset   Photo : Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Donalda Charron à la défense des allumettières
L’usine de fabrication d’allumettes E. B. Eddy de Hull employait des centaines de femmes dans des conditions de travail difficiles. Élue présidente du syndicat des « faiseuses d’allumettes », Donalda Charron a défendu les ouvrières de cette entreprise pour l'obtention de meilleures conditions de travail. En 1924, elle a fait face à une mise en lock-out à la suite d’un refus des 275 allumettières d’abandonner leur syndicat.

Chargement en cours