Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animateurs Jean-Phillipe Pleau et Serge Bouchard
Audio fil du dimanche 12 novembre 2017

La mythologie entourant le Canadien de Montréal

Publié le

Un joueur du Canadien tente d'atteindre la rondelle derrière le but des Bruins de Boston, en 1958.
Un joueur des Canadien se faufile derrière le filet des Bruins de Boston, le 11 janvier 1958   Photo : La Presse canadienne / AP

Depuis plus d'un siècle, ce club de hockey entretient une mythologie qui fait rêver les enfants d'une génération à l'autre. L'auteur et scénariste Marc Robitaille explique d'où vient la grande force narrative du Bleu-blanc-rouge.

Marc Robitaille rappelle qu’il n’y a pas si longtemps, il était possible d’identifier les joueurs du Canadien au style qu’ils avaient sur la glace. Chacun avait un coup de patin ou maniait le bâton d’une façon unique. Les gardiens de but se démarquaient particulièrement par leur créativité.

La perte du mystère
« On se fiait au match lui-même pour divertir les gens, et non pas à tout le reste », indique Marc Robitaille. Celui-ci se souvient d’être allé au Forum pour voir jouer le Canadien à une époque où l’éclairage permettait de voir l’ombre des joueurs. Il déplore qu’on ne retrouve plus autant de silences lors des parties de hockey.

« Ce qui m’avait le plus impressionné était d’entendre 16 000 personnes se taire en même temps », se rappelle-t-il.

Référence :
Une enfance bleu-blanc-rouge, sous la direction de Marc Robitaille, Éditions somme toute, 2000

Chargement en cours