Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-Philippe Pleau et Serge Bouchard
Audio fil du dimanche 11 février 2018

Comme Jacquard, pensons entraide au lieu de penser compétition

Publié le

Albert Jacquard, en 2003
Albert Jacquard, en 2003   Photo : AFP / MARTIN BUREAU

Si la pensée du généticien Albert Jacquard avait triomphé, il n'y aurait sans doute plus de podiums ni de médailles aux Jeux olympiques. L'intellectuel français déplorait que nos sociétés aient choisi la compétition comme moteur d'action. Serge Bouchard et Jean-Philippe Pleau se souviennent de son discours inspirant au sujet de l'humain et de sa propension naturelle à l'entraide.

« Les humains sont des êtres sociables qui ont besoin de solidarité », croit Serge Bouchard. Comme le loup, l’homme vit en meute. Albert Jacquard le constatait et le décortiquait dans ses écrits. Observateur attentif de l’évolution des Jeux olympiques au fil des ans, il avait élaboré une Charte pour un olympisme humaniste.

Or, notre société carbure à la lutte les uns contre les autres. Les Jeux olympiques permettent de le constater, même si la philosophie qui les sous-tend s’appuyait au départ sur la notion d’égalité des chances. « Il n’y a plus rien de tel, dit Serge Bouchard. Les montants démesurés qu’investissent certains pays mieux nantis créent de profondes inégalités entre les concurrents, comme le font les jeux de coulisses qui déterminent trop souvent les conditions du jeu. »

Le darwinisme a gagné
Rat de bibliothèque, Jean-Philippe Pleau raconte avoir lu de nombreux auteurs affirmant que c’est la popularité des théories darwinistes qui nous auraient fait tenir pour acquis que l’esprit de compétition et le culte du champion nous sont naturels. « Selon les tenants de cette pensée, dit-il, la loi du plus fort observée dans la nature s’appliquerait aussi dans la culture. La compétition en société serait donc toute naturelle. »

En bon anthropologue, notre animateur Serge Bouchard n’y adhère pas, constatant plutôt que, même s’ils aiment jouer et se mesurer à l’autre, les humains sont dépendants de l’entraide et de la coopération.

Chargement en cours