Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animateurs Jean-Phillipe Pleau et Serge Bouchard
Audio fil du dimanche 16 avril 2017

Repenser la forme des extraterrestres pour les trouver

Publié le

Chronique philo : Les extraterrestres seraient déjà parmi nous
Photo : ESO/M. Kornmesser

« S'il y avait des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient être déjà chez nous. Où sont-ils donc? » Ainsi pourrait être formulé le paradoxe de Fermi, du nom du physicien italien Enrico Fermi, qui se questionnait en 1950 sur une potentielle vie extraterrestre. Pour Jérémie McEwen, professeur de philosophie au Cégep Montmorency, il faut sortir de la question du bien et du mal pour penser la vie extraterrestre.

Repenser la forme extraterrestre
L’univers n’a pas toujours été infini. À l’époque de la Grèce antique, il était considéré comme fini, sinon il n’aurait pas été une œuvre divine, indique Jérémie McEwen. Ce dernier ajoute qu’à partir du moment où l’on a considéré l’univers comme étant infini, la question d’une vie ailleurs que sur Terre a émergé.

Citant les travaux de Caleb Scharf, astronome à l’Université de Columbia, il invite à élargir notre conception des extraterrestres : « Ce qu’on nomme la gravité, les trous noirs, serait-ce des extraterrestres? [Peut-être], si l’on ne les définit pas physiquement, si l’on sort du monde physique. »

Un manichéisme réducteur
Dans la pensée de Caleb Scharf, les extraterrestres pourraient déjà être là, mais ils ne veulent pas se faire voir. Cette pensée a, pour Jérémie McEwen, le mérite de sortir du débat « sont-ils bons, sont-ils méchants? », un brin manichéen et teinté de religion.

Chargement en cours