Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jean-René Dufort en 2067
Audio fil du samedi 5 août 2017

En 2067, l’effort et l’imprévisibilité caractérisent encore le sport

Publié le

L'illustration présente un coureur en pleine course. Dans le coin droit se trouve un chronomètre.
Le record du marathon est passé sous la barre des deux heures en 2067.   Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Mercier

Des avancées technologiques ont changé le monde du sport dans les 50 dernières années, mais certaines réalités demeurent, selon Myriam Paquette, physiologiste de l'exercice : on ne peut pas devenir un athlète de pointe du jour au lendemain, et même les ordinateurs les plus performants n'arrivent pas à prédire le résultat d'une compétition avec une fiabilité totale.

« La base, pour être un athlète d’endurance, c’est de faire un gros volume d’entraînement », explique-t-elle. Ceux qui pratiquent la course à pied ou le tennis comme passe-temps profitent des souliers dernier cri qui s’adaptent à la plante du pied et aux chandails qui régulent la température du corps, mais ne peuvent espérer rivaliser avec des athlètes professionnels.

Le profilage génétique, pour sa part, permet d’identifier le talent dès la naissance et de personnaliser l’entraînement, mais ne peut prendre en compte le caractère imprévisible du sport. « On peut savoir qui aura le plus de force ou le meilleur VO2 max à l’âge adulte, mais pas qui va gagner la médaille d’or », résume la physiologiste.

Le marathon en deux heures
Parmi les choses qui ont été influencées par la technologie, Myriam Paquette mentionne les coureurs qui terminent un marathon en moins de 120 minutes. « Pour courir à 21 km/h sur 42 km, il faut avoir plus d’énergie et en dépenser moins vite », déclare-t-elle. Des avancées dans la nutrition et dans l’équipement, par exemple, sont à la base de l’atteinte de cet objectif.

On court le marathon en moins de deux heures. Cela a pris plusieurs essais, plusieurs années avant que les conditions soient rassemblées dans une course.

Myriam Paquette

Ski de fond sous le soleil
Des sports autrefois réservés aux pays nordiques s’internationalisent grâce à la production de glace et de neige synthétiques. Les Kényans, spécialistes des courses de longue distance, battent maintenant les Norvégiens au ski de fond, tandis que les Jamaïcains, adeptes du sprint, sont les maîtres incontestés du patinage de vitesse courte piste, ce qui semblait impossible en 2017.

Chargement en cours