Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mardi 21 novembre 2017

L’élection de François Mitterrand en 1981, le retour de la gauche au pouvoir

Publié le

François Mitterrand lève une rose en signe de victoire au Panthéon, à Paris, en mai 1981.
Francois Mitterand remporte les élections présidentielles en mai 1981   Photo : Getty Images / Keystone / Hulton Archives

En mai 1981, l'élection présidentielle a permis à la gauche de reprendre le pouvoir en France, après en avoir été écarté pendant 23 ans. L'historien Samir Saul explique que l'accession de François Mitterand à la présidence s'est produite grâce à la division de la droite, à une époque où le chômage montait en flèche.

Ministre dans les années 1940 sous la Quatrième République, François Mitterrand s’oppose en 1958 à la Cinquième République de Charles de Gaulle. En 1965, il se présente aux élections présidentielles et obtient 45 % des voix au deuxième tour.

Pendant la crise de Mai 68, François Mitterrand déclare qu’il est prêt à devenir président. Mais Charles de Gaulle conserve le pouvoir et Mitterand doit encore attendre son heure pour y accéder.

Réunir les forces de gauche
Au cours des années 1970, François Mitterrand cherche à unir les partisans de gauche derrière le Parti socialiste. Peu à peu, il obtient l’appui d’une partie des communistes, qui comptent alors pour 25 % du vote de gauche en France.

L’économie en crise
Au début des années 1970, la France entre dans une crise économique intense. À la veille de l’élection de 1981, le pays frôle les deux millions de chômeurs et l’inflation atteint 14 %. Élu président en 1974, Valéry Giscard D’Estaing ne réussit pas à régler la crise et le problème du chômage.

La raison profonde de la volonté de changement est le problème économique qui s’installe et se manifeste en France d’une manière de plus en plus aiguë.

Samir Saul, historien

Un programme porteur d’espoir
Pendant la campagne présidentielle de 1981, le chef du Parti socialiste promet des nationalisations, des investissements et la hausse du salaire minimum. Il fait la promotion d’un changement tranquille et affirme son indépendance vis-à-vis des communistes. À ses yeux, le président sortant, Valéry Giscard D’Estaing, est « l’homme du passif », il n’a pas un bilan économique reluisant.

Le 10 mai 1981, François Mitterrand devient président de la République avec 51,76 % des voix, contre 48,24 % pour Valéry Giscard D’Estaing. Il sera au pouvoir pendant 14 ans. Mais dès 1983, ne réussissant pas à mettre fin à l’austérité, son gouvernement fait un virage néo-libéral.

François Mitterrand a réussi son épopée personnelle. Mais pour la France, le changement n’est pas aussi positif qu’on le pense. Le changement, c’est la soumission aux lois du marché.

Samir Saul, historien

Chargement en cours