Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du lundi 13 novembre 2017

L'invasion de la baie des Cochons, une opération bâclée et coûteuse

Publié le

Une douzaine d'hommes posent en pleine forêt devant de l'artillerie.
Quelques militaires du gouvernement Castro, lors de la tentative ratée d'invasion américaine dans la baie des Cochons, en 1961   Photo : Getty Images / Graf

Le 17 avril 1961 à Cuba, la tentative ratée d'invasion de la baie des Cochons a été un des pires échecs militaires de l'histoire américaine. Commandité par un président John F. Kennedy fraîchement élu, ce putsch avorté a poussé le gouvernement de Fidel Castro dans les bras de l'URSS et a raffermi la cohésion sociale du peuple cubain derrière le Lider maximo, note la professeure Karine Prémont.

Les relations entre les deux pays étaient particulièrement difficiles depuis la révolution cubaine de 1959. Les liens diplomatiques avaient été rompus par Dwight Eisenhower, qui a déclenché au même moment un embargo partiel contre le régime castriste.

En pleine guerre froide, cette tentative ratée de coup d’État a scellé le sort de la diplomatie entre les deux pays pour des décennies.

Un plan bâclé, des informations cachées
Le plan d’invasion de Cuba a atterri sur le bureau de John F. Kennedy dès le lendemain de son élection comme président, en janvier 1961. Malgré des doutes sur la réussite de l’opération, Kennedy s’y est plié parce qu’il avait besoin de prouver ses capacités en politique étrangère.

Toutefois, les conseillers de JFK ont commis de nombreuses erreurs. Une mauvaise analyse politique de la situation cubaine, une mauvaise préparation aussi : l’échec était écrit dans le ciel. Les militaires américains évaluaient les chances de réussir à seulement 30 %. Mais ils se sont bien gardés de le mentionner au président Kennedy.

Qui plus est, le plan d’invasion a été divulgué dans les médias. On y détaillait même la date exacte de l’opération, qui a été changée in extremis.

Une série d'hommes les mains liées défile devant des militaires cubains.
Des exilés anticastristes sont faits prisonniers lors de l'invasion avortée de la baie des Cochons, en 1961 Photo : Getty Images/Three Lions

Un échec retentissant
Le 17 avril 1961, l’invasion a donc été stoppée et s’est soldée par de nombreuses morts et plus d’un millier de prisonniers.

L’armement n’avait pas été officiellement marqué aux couleurs de l’armée américaine. Les avions employés aux bombardements ont été camouflés. Sur le terrain, ou en mer, ce sont des exilés cubains qui ont fait la sale besogne. Tout pour laisser entendre que les Américains n’avaient rien à voir avec l’opération.

C’était cousu de fil blanc, évidemment, mais il n’était pas question, pour Kennedy, que les États-Unis aient une implication officielle dans ce débarquement.

Karine Prémont

La professeure de politique appliquée à l’Université de Sherbrooke le souligne : il s’agit d’une victoire morale sans équivoque pour Fidel Castro, qui a su résister au géant impérialiste avec sa modeste armée.

Chargement en cours