Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mercredi 27 septembre 2017

Le maire Camillien Houde, « Monsieur Montréal »

Publié le

Le maire Camillien Houde, debout au centre, fait rire ses convives, dont le conseiller municipal Max Seigler.
Camillien Houde a régné près de 20 ans sur la Ville de Montréal.   Photo : Archives de la Ville de Montréal

Issu d'un milieu modeste, Camillien Houde a été maire de Montréal pendant près de 20 ans, entre 1928 et 1954. L'homme de théâtre Alexis Martin retrace le parcours de cette figure politique d'avant la Révolution tranquille, qui a aussi siégé comme député à Québec et à Ottawa.

Camillien Houde suit un cours commercial à Longueuil avant de se lancer en politique. Pendant ses années d’études, il est fou de théâtre et joue le personnage de Cyrano.

Fils d’ouvrier, le politicien remporte ses premières élections québécoises en 1923. Il entre en contact facilement avec les gens, il est ambitieux, mais il n’a pas de programme politique.

Affronter la crise économique
Camillien Houde devient maire de Montréal en 1928. La grande crise économique survient durant son premier mandat. Il transforme alors sa ville en véritable agence de secours directs. Puisque les réseaux traditionnels d’entraide des Canadiens français ne tiennent pas la route face à la crise, il tente d’aider les dizaines de milliers de chômeurs dans le besoin.

Le maire se rend à Québec pour débloquer de l’argent. Afin de faire travailler les gens, il entame des travaux, dont la création du Jardin botanique et du marché Jean-Talon.

Un maire proche des gagne-petit
Une profonde affection pour les gens du peuple contribue au succès politique de Camillien Houde. Le maire prend leur défense, même lorsque cela se manifeste par de la démagogie.

Le politicien est un batailleur, pour qui la meilleure façon de régler des comptes avec ses ennemis est d’occuper le plus de tribunes possible. Sa présence comme député à Québec et à Ottawa lui permet de prendre à partie des journalistes qui critiquent sa gestion.

C’était sans doute le maire le plus coloré de l’histoire de Montréal. Il avait un charisme extraordinaire.

Alexis Martin, comédien et auteur d'une pièce sur Camillien Houde

Quatre ans dans un camp d’internement
En 1940, pendant la Seconde Guerre mondiale, Camillien Houde encourage les Montréalais à ne pas signer l’enregistrement obligatoire. Cela entraîne son arrestation, puis son internement à Petawawa, en Ontario, puis à Fredericton, au Nouveau-Brunswick. Il passe en tout quatre ans dans des camps, où il joue aux cartes avec ses amis italiens.

Après sa libération, en 1944, les Montréalais accueillent Camillien Houde en héros. Ils le réélisent maire sans interruption jusqu’à ce qu’il se retire de la vie politique, en 1954. Celui qu’on surnomme affectueusement « Monsieur Montréal » meurt quatre ans plus tard.

Chargement en cours