Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mercredi 17 mai 2017

Mordecai Richler, géant de la littérature et redoutable polémiste

Publié le

Mordecai Richler dans un parc de Montréal, en 1983
Mordecai Richler dans un parc de Montréal, en 1983   Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Auteur montréalais incontournable, Mordecai Richler (1931-2001) a connu le succès à partir de 1959 grâce à son roman L'apprentissage de Duddy Kravitz. L'écrivain faisait partie d'une génération d'artistes juifs nord-américains reconnus pour être flamboyants et irrévérencieux. La journaliste Francine Pelletier, qui a réalisé un documentaire sur Mordecai Richler en 2010, parle de ce personnage polémiste, qui a autant critiqué la communauté juive que la société québécoise.

Écrire sur Montréal à l’étranger
Mordecai Richler tourne le dos à sa famille et quitte le Québec à 19 ans, avec le désir de vivre de sa plume. À Londres, il publie son premier roman, The Acrobats, en 1954.

Dans L’apprentissage de Duddy Kravitz, Richler décrit le quartier juif qu’il a connu dans le Montréal de sa jeunesse, celui des années 1940. Il met aussi en scène des conflits entre les francophones et les anglophones de la ville. L’auteur y fait un portrait cinglant de la communauté juive orthodoxe.

Pour l’écrivain, la littérature est une mission sacrée. Avec son œuvre romanesque, il veut laisser sa trace dans l’histoire. Son œuvre littéraire lui permet aussi de faire vivre ses cinq enfants.
Mordecai Richler revient au Québec en 1972. Il dit alors qu’il sentait que s’il ne rentrait pas chez lui, il manquerait d’inspiration.

La haine du nationalisme québécois
Au début des années 1990, un article publié par Mordecai Richler dans le New Yorker et son livre Oh Canada! Oh Québec! sèment la controverse. Il y laisse entendre que les Québécois sont antisémites. L’auteur s’attaque aussi aux lois linguistiques. L’importance de la langue pour les francophones du Québec lui échappe.

Francine Pelletier regrette que plein de gens refusent de lire Mordecai Richler à cause de ses positions du Québec. « Il y a un autre Mordecai Richler; il y a un écrivain qu’il faut absolument découvrir. Il possédait sa matière à sa façon, il avait un sens de l’humour absolument irremplaçable. »

Références
Mordecai : The Life and Times, de Charles Foran, Knopf, 2011

Extrait de Mordecai Richler, le cosaque de la rue Saint-Urbain, un film de Francine Pelletier :

Chargement en cours