Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du jeudi 20 avril 2017

Hippies et contre-culture des années 1960-1970 : résister à l’ordre établi

Publié le

Trois hippies anglais jouent de la musique, vers 1971
Trois hippies anglais jouent de la musique, vers 1971   Photo : Getty Images / Hulton Archive / John Minihan

Les hippies et leur contre-culture ont bouleversé les sociétés occidentales dans la deuxième moitié du 20e siècle. De nombreux jeunes sont alors devenus adeptes de l'amour libre, ont défendu la non-violence et ont remis en question les valeurs matérialistes. Le sociologue Jean-Philippe Warren résume l'influence de ce mouvement éphémère, associé à la drogue et à la musique rock.

Le mouvement contre-culturel commence sur la côte ouest des États-Unis, en particulier à San Francisco, au début des années 1960. Au Québec, ce mouvement prend surtout forme à partir de 1967. Selon Jean-Philippe Warren, il entraîne dans la province une série de remises en question qui épargnent le reste du continent. Après avoir vécu la réforme institutionnelle et politique de la Révolution tranquille, de nombreux Québécois adhèrent aux idées des hippies.

Il y a une volonté de remettre en cause l’ensemble des idées reçues de la société, des principes moraux sur lesquels reposait la civilisation occidentale, afin de faire en sorte que les gens se retrouvent dans des relations interpersonnelles plus directes, plus franches, plus transparentes.

Jean-Philippe Warren, sociologue

Les valeurs contradictoires de la contre-culture
Les tenants de la contre-culture des années 1960 se passionnent pour la spiritualité tout en faisant la promotion d’un hédonisme assez matérialiste. Ils insistent à la fois sur la recherche individuelle du plaisir et la vie en communauté. Les hippies s’intéressent autant à l’artisanat qu’aux cultures orientales ou à la science-fiction.

De hippies à yuppies
Le mouvement des hippies est de courte durée. Les idéaux de leur contre-culture ne résistent pas à l’inflation économique des années 1980. Plusieurs hippies deviennent alors des travailleurs qualifiés. Appelés yuppies, ces professionnels dynamiques évoluent dans un monde plus compétitif qu’à l’époque où ils étaient hippies.

Référence
Pratique et discours de la contre-culture au Québec, de Jean-Philippe Warren et Andrée Fortin, Les éditions du Septentrion, 2015.

Chargement en cours