Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel Doucet
Audio fil du mardi 5 décembre 2017

René Cormier et les langues officielles : « la loi a besoin d’être modernisée »

Publié le

René Cormier
Le sénateur René Cormier   Photo : Gracieuseté

Le sénateur acadien René Cormier a été nommé récemment à la tête du Comité sénatorial permanent des langues officielles. La priorité de ce comité, à l'approche du 50e anniversaire de la Loi sur les langues officielles, sera la modernisation de la Loi, affirme-t-il.

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis l’adoption de la loi qui a donné au français un statut égal à l’anglais au sein de l’appareil fédéral. Il s’agit, selon René Cormier, d’une loi « quasi constitutionnelle » qui reflète le contrat social entre anglophones et francophones, à la base de la fondation du pays.

« Il y a eu énormément de changements dans la société depuis les 50 dernières années, il est arrivé de nouvelles technologies, les changements démographiques, il y a plein d’enjeux qui font que la loi, on souhaite qu’elle soit modernisée », déclare M. Cormier.

Le Sénat a lancé une vaste étude dans le cadre de laquelle seront consultés une foule de groupes et de personnes qui pourraient avoir des suggestions à faire sur des changements à la loi.

L’objectif ultime, selon René Cormier, c’est de la renforcer pour qu’elle serve mieux les communautés de langue minoritaire.

Les citoyens le savent à quel point c’est un défi de toujours faire reconnaître ses droits et donc on croit profondément que la loi a besoin d’être modernisée, qu’il faut lui donner plus de dents [...].

René Cormier, sénateur

Des pouvoirs accrus pour le commissaire aux langues officielles?

Les changements pourraient comprendre des pouvoirs accrus pour le commissaire aux langues officielles, avance le sénateur, pour qu’il dispose de moyens d’action concrets lorsqu’il constate des violations de la loi.

René Cormier était présent au Sénat lundi soir lorsque le choix du gouvernement Trudeau comme prochain commissaire aux langues officielles, le recteur de l’Université de Moncton, Raymond Théberge, s’y est présenté pour défendre sa candidature.

Raymond Théberge
Raymond Théberge est le candidat du gouvernement fédéral pour occuper le poste de commissaire aux langues officielles. Photo : Radio-Canada/Radio-Canada

Il estime que M. Théberge « avait fait ses devoirs » et a démontré une bonne connaissance des enjeux qui touchent les communautés de langue officielle.

Raymond Théberge doit également convaincre les députés du Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes, mardi après-midi, avant que sa nomination soit confirmée.

Chargement en cours