Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel Doucet
Audio fil du mercredi 6 septembre 2017

Un film sur le monde du travail des personnes à besoins spéciaux

Publié le

 Le réalisateur Daniel Léger en entrevue à l'émission le Réveil N.-B. Photo
Le réalisateur Daniel Léger en entrevue à l'émission le Réveil N.-B. Photo   Photo : Radio-Canada / Stéphane Bénard

Le cinéaste Daniel Léger a découvert l'atelier l'Artisan de Memramcook par hasard. Mais dès qu'il y a mis les pieds, il a su qu'il réaliserait un film sur les personnes qui y travaillent.

« J'ai vu ça en passant par Memramcook. J'ai parlé à la directrice du centre, qui m'a fait rencontrer ces gens-là et ç'a été le coup de foudre. Je me suis dit: "il faut que je fasse quelque chose avec ces personnes. Il faut que je présente leur vision du monde" », raconte Daniel Léger en entrevue à l'émission Le Réveil Nouveau-Brunswick.

L'atelier L'Artisan est un modèle d'inclusion sociale. Du recyclage à la menuiserie, en passant par la technologie, ce lieu de travail permet à 14 adultes à besoins spéciaux de se réaliser comme artisans. Le film, narré par un de ses protagonistes, capte six mois de la vie de l'atelier.

Il y a beaucoup de ces gens qui ne parlent pas et je voulais capter le moment. Il fallait être patient et accepter de vivre dans un autre univers. Nous on vit dans un monde où ça va vite, avec les médias sociaux, etc. Eux, c'est autre chose.

Daniel Léger, cinéaste
Deux protagonistes du film Artisans de l'atelier.
Deux protagonistes du film Artisans de l'atelier.   Photo : ONF

Le film porte le titre temporaire Artisans de l'atelier. Il est produit par le Studio de la francophonie canadienne de l'ONF. Le tournage, qui est sur le point de se terminer, a nécessité une approche particulière.

« Je suis allé là six mois à l'avance pour commencer à être ami avec eux, explique Daniel Léger. Ils sont même venus chez moi faire une fête à la Grange du Chaviré. C'est plus que faire un film, j'ai développé une relation avec eux. On a eu beaucoup de journées de tournage, nous étions une équipe réduite. Ça apporte des défis techniques, mais ça crée une proximité. »

Daniel Léger lors du tournage du film Artisans de l'atelier.
Daniel Léger lors du tournage du film Artisans de l'atelier.   Photo : ONF

Daniel Léger a déjà deux films avec l'ONF à son actif : Un dimanche à 105 ans, court métrage issu du premier concours Tremplin en Acadie et Les inséparables, une histoire d'amour du point de vue de deux adultes vivant avec une déficience intellectuelle. Il poursuit dans la même veine avec son prochain film, qui devrait sortir au printemps 2018.

« Je veux donner une voix à ces gens-là, qu'on n'entend pas souvent. Ils ont beaucoup à offrir à la société », conclut-il.

Chargement en cours