Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel Doucet
Audio fil du mercredi 12 juillet 2017

Sauvetage de baleines : une opération très risquée

Publié le

Joe Howlett a sauvé plusieurs baleines prises dans des filets de pêcheurs par le passé, comme celle-ci en août 2016.
Joe Howlett a sauvé plusieurs baleines prises dans des filets de pêcheurs par le passé, comme celle-ci en août 2016.   Photo : Fonds international pour la protection des animaux

La mort d'un Néo-Brunswickois lors d'une opération de sauvetage d'une baleine noire au large de Shippagan, lundi, soulève beaucoup d'émotion. Les circonstances exactes entourant la mort de Joe Howlett demeurent nébuleuses, mais soulèvent beaucoup de questions, notamment sur les formations que suivent les sauveteurs pour s'y préparer.

Même s'il croit que l'empêtrement des baleines dans des filets de pêche date de bien plus longtemps, le président et directeur scientifique du Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins Robert Michaud explique que ce n'est qu'il y a 30 ans qu'un chercheur de l'université Memorial de Saint-Jean à Terre-Neuve a développé avec des pêcheurs une stratégie pour venir en aide aux baleines. Selon M. Michaud, Joe Howlett faisait partie d'un groupe de pêcheurs de l'île Campobello qui se sont eux aussi retrouvés il y a une quinzaine d'années face à un problème important d'empêtrement des baleines. Lui et quelques-uns d'entre eux ont donc décidé de suivre le mouvement de Terre-Neuve-et-Labrador. « 

C'est un travail extraordinaire que Joe et d'autres pêcheurs de Campobello ont fait toujours en étroite collaboration avec des chercheurs et des biologistes,

Robert Michaud, président et directeur scientifique, Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins.

Bien formé pour les sauvetages

M. Michaud soutient que Joe Howlett possédait une expertise dans le sauvetage de baleines empêtrées dans des filets de pêche. Il n'en était pas à son premier sauvetage lorsqu'il est décédé durant une opération de sauvetage lundi. Il avait participé à deux opérations impliquant des baleines franches de l'Atlantique Nord cette année seulement.

Deux baleines noires dans l'eau
Deux baleines noires dans l'eau   Photo : NOAA

L'approche que les gens de Campobello ont développée est intéressante dans le sens que c'est eux-mêmes des pêcheurs, c'est des gens qui connaissent bien les [équipements de pêche] dans lesquelles les baleines s'empêtrent

Robert Michaud, président et directeur scientifique, Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins

Formation obligatoire

Ce n'est pas n'importe quel pêcheur qui est en mesure d'effectuer un désempêtrement de façon sécuritaire, selon Robert Michaud. Au fil des ans, les personnes effectuant ces opérations ont développé de nouvelles techniques et suivi des formations pour s'assurer que le tout soit sécuritaire. Il y a également des rencontres internationales qui se tiennent durant lesquelles on s'échange l'information sur des nouveaux outils ou nouvelles techniques plus efficaces et sécuritaires. Très peu d'équipes ont reçu les formations nécessaires pour venir en aide aux baleines franches de l'Atlantique Nord. M. Michaud met en garde les pêcheurs qui voudraient s'improviser sauveteurs de baleine.

« On travaille avec des géants. [...] Quand il y a des grands animaux comme ceux-là qui sont pris, le réflexe c'est d'appeler directement les réseaux d'urgence. » Robert Michaud, président et directeur scientifique, Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins

Chargement en cours