Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel Doucet
Audio fil du jeudi 9 novembre 2017

Jules Picard se passionne pour les arcs depuis qu'il a 6 ans

Publié le

Jules Picard et ses arcs
Jules Picard   Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Parenteau

L'amour pour les arcs de Jules Picard remonte à son enfance. Son père Roland Picard lui a transmis sa passion pour le tir à l'arc et son enseignant à l'école secondaire, Gérard Lebel, lui a inculqué l'amour du bois.

Les arcs de Jules Picard sont bien plus que de l'équipement sportif. Ce sont des oeuvres d'art et c'est pourquoi son travail fait l'objet d'une exposition à la Galerie Vicky Lentz à Edmundston.

L'artisan a commencé à pratiquer le tir à l'arc à l'âge de 6 ans au Club de tir à l'arc d'Edmundston, fondé par son père.

Jules Picard enfant tire une flèche
Jules Picard a commencé le tir à l'arc à l'âge de 6 ans.   Photo : Jules Picard

Je me sentais pas mal champion! J'étais le deuxième plus jeune du club en 1963. L'arc a toujours fait partie de ma vie, c'est une rallonge de mon bras.

Jules Picard

À l'adolescence, il se découvre un talent pour la menuiserie. Il fera d'ailleurs carrière dans l'industrie du meuble.

Ce n'est qu'en 2015 qu'il décide de lier ses deux passions et de construire des arcs. Il utilise des bois locaux et exotiques pour construire des arcs hybrides très prisés. Il a même construit un arc personnalisé pour un athlète français cette année.

Des arcs fabriqués par Jules Picard
Des arcs fabriqués par Jules Picard. Photo : Radio-Canada/Anne-Marie Parenteau

« Ce n'est pas les mêmes matériaux que les arcs traditionnels en bois. Là on a accès à des bois exotiques, des matériaux composites. Il n'y a pas de limites à la force qu'on peut mettre. »

L'exposition est en montre jusqu'au 15 novembre à la galerie Vicky Lentz.

Chargement en cours