Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

C'est fou...

Animateurs Jean-Phillipe Pleau et Serge Bouchard

Audio fil du dimanche 23 avril 2017

  • Pour Catherine Voyer-Léger, la voiture est un lieu propice à l'échange entre l'enfant et le père car « on ne peut pas fuir ».

    Quand la relation au père se construit en voiture

    « Moi, je viens de l'autoroute 15 », raconte l'essayiste Catherine Voyer-Léger. Élevée par des parents séparés, elle faisait un aller-retour sur cette route entre Saint-Sauveur-des-Monts et Montréal aux deux semaines avec son père, qui venait la chercher. Des déplacements qui ont construit ses rapports avec son père. Voir la suite »

  • Le bambin à gauche est Serge Bouchard, dans les bras de son papa.

    Serge Bouchard fait l’éloge de son père

    Le coanimateur de l'émission raconte l'histoire de son propre père : « Enfant parmi ses enfants, c'est lui qui le sera finalement resté. » Un père joyeux, avec qui « tout finissait dans un sourire », et qui préférait de loin le mensonge drôle à la vérité triste. Serge Bouchard se rappelle alors ses balades dans le taxi de son paternel, qui lui racontait une ville de Montréal rêvée, avec un mont Royal peuplé par les ours. Voir la suite »

  • Auparavant, les pères ne pouvaient rentrer dans la salle d'accouchement.

    Les pères et l’accouchement : de la salle d’attente au bloc

    Les pères ne sont pas acceptés en salle d'accouchement depuis si longtemps que ça. À l'Hôpital Sainte-Justine, ce fut en 1965. Auparavant, leur place était dans la salle d'attente. Serge Bouchard a vécu ces premiers accueils des pères dans les salles où les femmes donnent naissance : « Tu ressens une vraie insignifiance », dit-il, se souvenant de la naissance de son premier enfant. Désormais, pour Jean Philippe-Pleau, la pression sociale est très forte pour que le père assiste à l'accouchement. Voir la suite »

Chargement en cours