Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Yves Larouche
Audio fil du jeudi 8 février 2018

Une entreprise de Trois-Rivières aux Jeux Olympiques

Publié le

Gardes de sécurité à Pyeongchang

Un garde de sécurité devant les anneaux olympiques à Pyeongchang (Photo : Getty Images/Kirill Kudryavtsev)

   Photo : Radio-Canada

Une entreprise de Trois-Rivières exporte son savoir-faire à Pyeongchang. 1200 degrés doit désinfecter les locaux réservés aux athlètes canadiens pendant les Jeux olympiques et pourrait même offrir ses services à d'autres délégations.

L’entreprise trifluvienne propose un désinfectant composé de peroxyde d’hydrogène, un produit déjà utilisé dans les hôpitaux. Selon le chargé de projet Brian Massie, 1200 degrés innove en appliquant le produit avec un fusil chargé à l’électrostatique, ce qui offrirait une couverture « la plus étendue possible ».

Lancée en juillet dernier, l’entreprise visait d’abord les centres de santé et les garderies. M. Massie raconte que le contrat olympique est venu grâce à un contact au sein du Comité olympique canadien; le Trifluvien Éric Myles, directeur exécutif du sport au sein de l’organisme.

Intérêt généralisé

Alors qu’un norovirus frappe durement le personnel sur le site olympique, l’entreprise suscite l’intérêt en Corée du Sud. 1200 degrés aurait envoyé « beaucoup de documentation » au Comité international olympique, qui serait à la recherche de solutions.

Le plus difficile, selon M. Massie, aura été d’envoyer les premières machines sur place, en raison des importants dispositifs de sécurité. Aujourd’hui, il serait plus facile de servir des clients additionnels à Pyeongchang, puisque « le chemin est déjà tracé », illustre le chargé de projet.

Chargement en cours