Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Yves Larouche
Audio fil du lundi 4 décembre 2017

« 30 en bas de 30 » : Élise Pépin s'attaque à la maladie de Parkinson

Publié le

Élise Pépin au micro de 360 PM
Élise Pépin, 25 ans, a fait des découvertes importantes en lien avec la maladie de Parkinson.   Photo : Radio-Canada / Élyse Allard

Élise Pépin a 25 ans et déjà, son CV a de quoi faire pâlir d'envie. Dans le cadre de sa maîtrise en biologie cellulaire et moléculaire à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), elle a fait des découvertes qualifiées de majeures par certains en lien avec la maladie de Parkinson.

Un texte de Michelle Raza

La jeune femme originaire de Gentilly a mis sur pied un projet de recherche pour tester deux médicaments anti-inflammatoires pour guérir les symptômes de la maladie sur des souris.

« Il s’est avéré que mon projet à moi a fonctionné, ce qui n’arrive pas souvent en recherche », a raconté Élise Pépin au micro de 360 PM. « On est très content au laboratoire. Mes deux médicaments ont fonctionné et ont renversé les symptômes parkinsoniens chez l’animal. »

Pourquoi s’intéresser au Parkinson? « C’est ma maladie "préférée". Je m’intéresse beaucoup au cerveau, aux maladies neurodégénératives comme l’Alzheimer, le Parkinson ou la maladie de Huntingdon. Je trouve ça fascinant, parce que ces maladies, on ignore pourquoi elles surviennent. »

Mon but? Trouver pourquoi ces maladies arrivent et les guérir.

Élise Pépin, en entrevue à 360 PM

Élise Pépin rédige maintenant son tout premier article scientifique sur ses recherches. « C’est un peu mon bébé », explique-t-elle, admettant que la démarche est un peu compliquée parce qu’elle doit écrire en anglais, dans un langage technique très pointu.

Passeport pour l’Australie

La jeune chercheuse s’envolera en janvier pour l’Australie, où elle mènera des recherches pendant six mois à l’Université de Sydney.

Ce voyage d’études découle d’une bourse de 25 000 $ qu’Élise Pépin a obtenu du gouvernement australien dans le cadre d’un concours international.

Les recherches australiennes d’Élise Pépin seront supervisées par un chercheur avec qui elle a élaboré son projet. Elle pourra par le fait même boucler sa maîtrise.

Chargement en cours