Vous pourriez sauver temps et argent : payez vos taxes en ligne

Marcher pour se rendre au travail. Cesser de fumer. Manger mieux. Faire du sport. Souper en famille plutôt que devant le téléviseur. Même lorsqu’il est absolument bénéfique et que ses vertus sont indiscutables, le changement est souvent difficile à adopter. Normal. Nous sommes des êtres d’habitudes et nous préférons de loin la quiétude des gestes devenus automatismes à l’incertitude de la nouveauté.

Cela explique sans doute que, malgré le virage numérique et la facilité d’usage de nombreux outils destinés aux petits et moyens entrepreneurs, environ le tiers de ces derniers préfèrent toujours payer leurs taxes de manière traditionnelle, comme en témoigne un sondage mené par la firme PMG Intelligence en août 2018. Voilà un résultat qui en surprendra plusieurs. Visiblement, les bonnes vieilles habitudes ont la peau dure.

L’effet des fausses croyances

Afin d’expliquer leur choix, certains entrepreneurs se disent satisfaits des méthodes traditionnelles ou déclarent tout simplement ne pas aimer effectuer des transactions sur Internet. Sinon, pour motiver leur décision, d’autres mentionnent la nécessité d’apposer deux signatures aux chèques (9 %), le plaisir d’une balade à la banque (6 %), le désir d’obtenir une preuve de paiement (5 %), des inquiétudes à l’égard de la sécurité des opérations (6 %) ou une simple préférence pour l’envoi de chèques par la poste (7 %). Ceci, sans parler de la croyance voulant qu’il soit difficile d’apprendre à effectuer ce type d’opération (5 %) ou encore du fait qu’on croit ne pas disposer de l’équipement requis (8 %).

graphic 1

Plusieurs de ces motifs s’appuient cependant sur des croyances erronées. Les paiements nécessitant deux signatures peuvent très bien se faire en ligne. Comme les autres, ces transactions sont extrêmement sécuritaires, et il est encore plus facile d’en conserver la trace pour faire un suivi serré de ses finances qu’avec le papier.

Mais ce n’est pas tout. Il existe d’autres arguments qui pourraient faire pencher la balance en faveur du changement. Ou, du moins, infléchir quelque peu ce parti pris pour les vieilles méthodes.

Un changement pourtant assez simple

Dans les entreprises où l’on est passé au numérique, les choses sont claires et les avis, éloquents. Selon le sondage cité précédemment, 58 % des organisations adhèrent au numérique parce qu’elles se montrent satisfaites de l’efficacité du procédé. De plus, 29 % continuent de l’utiliser parce qu’il s’agit d’une méthode plus pratique et 15 % parce que c’est plus rapide. Plusieurs autres mentionnent la possibilité de faire des paiements automatisés, lesquels évitent, par exemple, de rater une date limite, comme pour les taxes de vente où les pénalités de retard sont importantes.

graphic 2

Les horaires plutôt aléatoires des institutions bancaires, le temps passé à coller des timbres, à rédiger des chèques et à se déplacer : voilà quelques arguments qui pourraient suffire à convaincre une entreprise que le passage à l’ère numérique contribue à son efficacité. Et ce, tant chez les travailleurs autonomes que chez les entrepreneurs qui souhaitent améliorer le rendement de leur personnel.

Toutefois, les craintes et le sentiment d’incompétence liés à l’utilisation d’outils informatiques pour effectuer des transactions en ligne peuvent constituer des freins considérables.

Pour toute question, il ne faut pas hésiter à communiquer avec son institution financière. Votre conseiller pourra certainement vous offrir de l’aide. Et pas besoin d’un système informatique élaboré : un ordinateur, une connexion à Internet et le désir de gérer plus efficacement ses finances suffisent.

Envie d’en savoir plus? L’Agence du revenu du Canada peut vous rediriger vers les pages des différentes institutions financières qui traitent de ce sujet.

C’est vrai, le changement n’est pas toujours facile, mais il nous permet d’avancer et d’être encore plus prospères. Il nous pousse à apprendre, à acquérir de nouvelles compétences. Et en affaires, cette évolution est un passage obligé. D’autant que la numérisation des transactions est loin d’être une mode.

Le résultat est avantageux : il vous permettra de gagner du temps, puis il peut également vous permettre d’épargner de l’argent et d’économiser de l’énergie en devenant plus efficace.