Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page

Mon histoire de bouffe

Chaque recette a son histoire. Chaque histoire a son cuisinier, amateur ou réputé. Découvrez l’histoire de bouffe de gens qui nous ont ouvert les portes de leurs cuisines et souvent, celles de leur coeur, pour nous parler d’eux et partager leurs recettes.

L'histoire de bouffe de la semaine
  • Les boulettes de dinde aigres-douces de Sylvain Bertrand

    Une entrée qui ne fera pas boulette

    Avez-vous déjà roulé des dizaines de boulettes pour une recette de temps des Fêtes? Sylvain Bertand, le propriétaire de la ferme Aux Saveurs des Monts, en Outaouais, se souvient de sa mère Raymonde, qui le mettait à la tâche à chaque Noël. Et pas question de tourner les coins ronds en faisant de grosses boulettes! C'était du sérieux.

Découvrez d'autres histoires inspirantes
  • La Pfannkuchensuppe (soupe aux pancakes)

    La soupe qui replace

    Ella Murphy-Zomerschoe est aussi chaleureuse qu'il fait chaud dans sa minuscule cuisine où elle nous reçoit pour raconter son « Histoire de bouffe ». La jeune trentenaire est née en Colombie-Britannique et s'est promenée en France et en Allemagne avant de s'installer à Ottawa.

  • Le copropriétaire de la ferme Courges & cie, Philippe Thompson, accompagné de sa mère Michelle Éthier, en charge du service à la clientèle et de la transformation.

    Courge à faire pâlir les citrouilles

    À la ferme comme dans la vie, le copropriétaire de la ferme Courges & cie, à Gatineau, déteste la monotonie. Philippe Thompson travaille à temps plein dans le domaine de l'entrepreneuriat, étudie à temps partiel, est père de deux enfants, en plus d'être producteur maraîcher!

  • Salade de couscous aux légumineuses et aux légumes invendus

    Salade anti-gaspillage

    L'histoire de bouffe proposée par le Regroupement des cuisines collectives de Gatineau est... une histoire collective! Josée Poirier Defoy coordonne l'organisme. Elle tenait à nous parler du projet-pilote « volontariat », une initiative qui a vu le jour grâce à la collaboration d'une foule de partenaires régionaux, dont l'organisme La Mie de l'entraide, qui offre du dépannage alimentaire.

  • Une des chimichangas de Stéphane Charbonneau, accompagnée de guacamole, de crème sûre, de salsa et d'une salade verte.

    Chimichangas de la caserne

    Quand on est pompier dans une grande caserne, les repas finissent, comme dans une famille nombreuse, par occuper une partie importante de la journée. À la caserne 51 d'Ottawa, les pompiers passent 24 heures ensemble. Ils ont un jardin, un barbecue, deux réfrigérateurs et un immense four au gaz.

  • La soupe au giraumon, préparée par Fred, l'ami de Dominique Dennery.

    La soupe de l’indépendance

    Des histoires de bouffe, il y en a à la tonne chez Dominique Dennery. L'artiste et entrepreneure d'Ottawa est née en Haïti et conserve de profondes racines dans ce pays des Antilles, même si elle a grandi au Canada.

  • Le poulet à la bière de Daniel Morrissette

    Quand la bouffe rencontre la musique

    Rassemblez quatre musiciens qui se connaissent depuis une trentaine d'années, installez-les dans un chalet isolé avec un barbecue à proximité et quelques bonnes bouteilles, et vous obtiendrez quelque chose qui pourrait ressembler à un « boufjam ».

  • La marmelade de courgettes et d'oranges de Kristine Landry

    Une marmelade au goût étonnant

    Miss Marmelades, c'est Kristine Landry. Des courgettes plein les bras à la fin d'un été particulièrement productif dans son jardin, il y a quelques années, l'entrepreneure de Gatineau a échangé avec sa tante Murielle, une référence en cuisine. C'est elle, aujourd'hui décédée, qui lui a donné l'idée de préparer cette recette inusitée. Et c'est comme ça qu'est née l'entreprise de Kristine, en 2011.

  • Le boeuf Stroganov de Jean-Marc Dupont.

    Boeuf Stroganov intergénérationnel

    Si les jeunes d'aujourd'hui apprennent l'art culinaire à la télévision et sur Internet, Jean-Marc Dupont, lui, se rappelle avoir appris à apprêter les aliments au téléphone. Sa mère, qui travaillait dans le commerce du détail, prenait le temps de lui expliquer, au bout du fil, la marche à suivre pour préparer omelette et tarte aux pommes, lorsqu'elle travaillait à l'heure des repas.

  • La mamaliga, version brunch.

    La mamaliga : l’accompagnement passe-partout

    À 25 ans, Madalina Chesoi, née en Roumanie, n'est pas encore très portée sur les chaudrons. La jeune femme vient tout juste de terminer des études supérieures et un stage au Parlement du Canada. Jusqu'à tout récemment, elle n'avait donc pas beaucoup de temps à consacrer à la cuisine et peut-être encore moins à la cuisine roumaine, pour laquelle il faut souvent prévoir quelques heures.

  • Salade de couscous aux légumineuses et aux légumes invendus

    Salade anti-gaspillage

    L'histoire de bouffe proposée par le Regroupement des cuisines collectives de Gatineau est... une histoire collective! Josée Poirier Defoy coordonne l'organisme. Elle tenait à nous parler du projet-pilote « volontariat », une initiative qui a vu le jour grâce à la collaboration d'une foule de partenaires régionaux, dont l'organisme La Mie de l'entraide, qui offre du dépannage alimentaire.

  • La crêpe protéinée de Samuel Dixon

    Crêpe de champion

    Samuel Dixon est un passionné d'entraînement, un vrai. Il a mis les pieds dans une salle de gym il y a huit ans et n'en est plus ressorti, littéralement! Le culturiste de Gatineau possède maintenant son centre d'entraînement et transmet sa passion de la mise en forme et de la performance aux autres.

  • Le pain Challah d'Orly Aaron

    Pain de fête

    Dans la cuisine cacher d'Orly Aaron, d'Ottawa, tout est bien organisé. Les produits laitiers ne doivent pas se mélanger à la viande. Un code de couleur permet d'identifier quels récipients servent à quoi. Le mélangeur dans lequel Orly prépare son pain challah, pour le nouvel an juif, est « neutre », c'est-à-dire que tout ce qu'il prépare ne contient ni produit laitier ni dérivé de la viande.

  • Mario Burke tient à servir tous les clients de son camion-restaurant.

    Un fish and chips de rue

    Mario Burke n'a pas besoin de beaucoup d'espace pour être heureux. Propriétaire de cantines mobiles pendant 25 ans à Ottawa, il a tout vendu à l'approche de la cinquantaine pour se lancer dans la cuisine de rue. Depuis quatre ans maintenant, c'est lui qui est aux commandes du camion-restaurant Ad Mare, dans la capitale fédérale, un camion dans lequel travaillent trois personnes pour servir poissons et fruits de mer.

  • Grillade de poulet à la syrienne

    Grillades à partager

    Un appartement modeste, quelques meubles usagés et de la vaisselle donnée : si les Halaf, des réfugiés syriens récemment arrivés au pays, ne sont pas riches de biens, ils le sont certainement de coeur. Grâce à une interprète, Maher Halaf raconte son histoire de bouffe en arabe, dans un joyeux brouhaha où se mêlent les conseils de sa mère, les cris de sa fille de quelques mois et les questions de sa femme.

  • La poule de Cornouailles en deux façons de Jeff Corcoran

    Poule gastronomique pour épater la galerie

    Jeff Corcoran est chanceux et il le reconnaît. Il est le voisin et ami d'un chef réputé, qui a accepté de se prêter au jeu de cours informels, mais structurés, de cuisine gastronomique. Quelques fois par année, quatre couples d'amis se réunissent pour concocter et déguster un repas quatre services, sous la supervision de Serge Rourre, ancien chef du Baccara, à Gatineau, et maintenant enseignant à La Cité, à Ottawa.

  • Les boulettes de dinde aigres-douces de Sylvain Bertrand

    Une entrée qui ne fera pas boulette

    Avez-vous déjà roulé des dizaines de boulettes pour une recette de temps des Fêtes? Sylvain Bertand, le propriétaire de la ferme Aux Saveurs des Monts, en Outaouais, se souvient de sa mère Raymonde, qui le mettait à la tâche à chaque Noël. Et pas question de tourner les coins ronds en faisant de grosses boulettes! C'était du sérieux.

  • Une des chimichangas de Stéphane Charbonneau, accompagnée de guacamole, de crème sûre, de salsa et d'une salade verte.

    Chimichangas de la caserne

    Quand on est pompier dans une grande caserne, les repas finissent, comme dans une famille nombreuse, par occuper une partie importante de la journée. À la caserne 51 d'Ottawa, les pompiers passent 24 heures ensemble. Ils ont un jardin, un barbecue, deux réfrigérateurs et un immense four au gaz.

Mon histoire de bouffe est une série de rencontres culinaires qui est diffusée à tous les samedis à l’émission Les Malins, diffusée au 90,7 FM.