@

Canada Votes CBC News




Selon vous, à quoi ressemblera la politique canadienne, après les élections du 28 juin?


« Les Canadiens attendent plus de nous. Nous devons faire mieux : j'en prends l'engagement ce soir »

Paul Martin, premier ministre réélu, le 28 juin

« On peut dire que c'est une victoire propre au Québec, n'est-ce pas? »

Le chef bloquiste Gilles Duceppe, le 28 juin




Revivez des moments
électoraux chauds en
consultant différents
dossiers des archives
de Radio-Canada

 


 

 

 

 

Mise à jour le jeudi 10 juin 2004 à 19 h 53

Les conservateurs courtisent le vote ethnique

En campagne à Brampton, en Ontario, le chef conservateur Stephen Harper a annoncé jeudi que son parti accélérerait la reconnaissance des titres de compétence des immigrants formés à l'étranger.

« De trop nombreux nouveaux Canadiens ont un emploi qui ne leur permet pas de réaliser leur plein potentiel en raison des obstacles à la reconnaissance des titres de compétence », a déclaré Harper, qui était accompagné du candidat de Brampton Ouest, Tony Clement. Selon le chef conservateur, cette situation « mine toutes les communautés, en particulier celles qui ont besoin de plus de médecins, d'ingénieurs et de techniciens de diagnostic ».

Le programme des conservaturs prévoit l'établissement, d'ici la fin de l'été, d'un plan élaboré en collaboration avec les provinces. Ces dernières participeraient aussi à l'évaluation de « la viabilité d'un organisme de coordination central qui facilitera l'évaluation et l'approbation des titres de compétences ».

Stephen Harper a profité de l'occasion pour critiquer les libéraux, qui promettent depuis plus de 10 ans d'accélérer la reconnaissance des professionnels étrangers.

Le chef conservateur n'a toutefois passé sous silence d'autres éléments de son programme, qui prévoit notamment l'adoption de mesures strictes en ce qui concerne les « faux » réfugiés.

Quelques membres de communautés culturelles ont accueilli favorablement les déclarations de Stephen Harper, tout en affirmant que la relation entre les conservateurs et les nouveaux Canadiens demeurait mystérieuse.

En effet, avant leur fusion au sein du nouveau Parti conservateur, l'Alliance canadienne et le Parti progressiste-conservateur n'avaient pas particulièrement réussi à attirer les électeurs immigrants. Mais s'ils veulent gagner le vote de l'Ontario, les conservateurs ont besoin d'améliorer leur performance dans les banlieues de Toronto.





Hyperliens *

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes




Retour à l'accueil Retour à l'accueil   

 Retour aux Grands titres des Nouvelles