Nos animaux d’élevage consomment trop d’antibiotiques

Par Julie Vaillancourt de La semaine verte

10 mars 2018 | access_time MINUTES DE LECTURE

Alarmé par la présence de superbactéries qui seront bientôt impossibles à éradiquer avec les médicaments actuels, Santé Canada a adopté de nouvelles règles pour réduire l’usage d’antibiotiques chez les animaux d’élevage destinés à la consommation.

Par Julie Vaillancourt de La semaine verte

more_horiz

Toutes proportions gardées, au Canada, les animaux d’élevage consomment 1,7 fois plus d’antibiotiques que les humains. Ainsi, 80 % des antibiotiques utilisés au pays sont pris non pas par des humains, mais par des animaux.

La question inquiète les autorités publiques depuis qu’on sait qu’en donnant trop d’antibiotiques on génère souvent le phénomène contraire à celui escompté. En administrant des antimicrobiens à répétition, on fait en sorte que certaines bactéries développent une résistance à ces mêmes antimicrobiens et deviennent impossibles à éliminer chez les humains et les animaux.

À tel point que des études citées par l’Organisation mondiale de la santé prévoient que, d’ici 2050, il pourrait y avoir plus de décès attribuables à des infections devenues incurables qu’au cancer.

Ce qu’on sait moins, c’est que les animaux d’élevage jouent un rôle insoupçonné dans cette apocalypse annoncée : Santé Canada et les autorités sanitaires mondiales affirment maintenant que les bactéries résistantes aux antimicrobiens peuvent être transmises des animaux aux humains par le biais de la chaîne alimentaire.

Donner des médicaments à des animaux qui ne sont pas malades

Un vétérinaire inspecte un élevage de poulets.
Un vétérinaire inspecte un élevage de poulets. Photo : iStock

Au banc des accusés, une pratique adoptée il y a des décennies dans les élevages industriels occidentaux, qui consiste à donner des antibiotiques en prévention aux animaux.

À la fin des années 40, des biologistes ont découvert par hasard que le fait de mettre de la tétracycline, un nouvel antibiotique, dans l’alimentation des animaux d’élevage les faisait grossir plus rapidement. Dans les années 50, des éleveurs nord-américains incluent la pratique dans leur routine après avoir constaté que cela préservait les animaux de certaines maladies.

Selon ce principe du « au cas où », Robert Laplante, un éleveur de poulets de Sarsfield, en Ontario, distribue lui aussi chaque jour une petite dose d’antibiotiques à ses oiseaux à même la moulée ou l’eau qu’il leur donne.

« Je leur donne ces médicaments préventifs tout au long de l’élevage. Tous les éleveurs canadiens le font. Ça prévient les maladies communes comme la coccidiose ou l’entérite nécrotique. »

- Robert Laplante, éleveur de poulets

Ces affections touchent le tube digestif des poulets et peuvent provoquer des problèmes intestinaux.

Or, Robert Laplante élève 480 000 oiseaux par année, ce qui veut dire que 40 000 poulets s’entassent dans ses poulaillers à chaque cycle de croissance. Dans ces circonstances, la dernière chose que l’éleveur veut voir apparaître dans son élevage, c’est la diarrhée.

De là l’utilisation des antibiotiques préventifs dans les élevages intensifs. « Parce qu’on élève des milliers de poulets ensemble, il y a des pathogènes qui sont présents naturellement dans l’environnement des poulaillers. C’est ce qui nous oblige à utiliser des antibiotiques pour prévenir la maladie », explique Marie-Pier Labrecque, la vétérinaire responsable de l’élevage de Robert Laplante.

Un usage controversé

Mais cette façon de procéder est loin de faire l’unanimité. « C’est un usage qui doit être totalement révisé », s’insurge Marie Archambault, professeure titulaire au Département de pathologie et microbiologie de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal.

« C’est toujours l’option la plus facile, mais à l’avenir, il va falloir faire les choses autrement parce que cette pratique entraîne de la résistance aux antibiotiques. »

- Marie Archambault

« L’antimicrobien dans la moulée se retrouve dans les intestins, où il y a des quantités très importantes de bactéries soumises aux antibiotiques. Certaines finissent par survivre à ces antibiotiques et deviennent alors des superbactéries », poursuit Mme Archambault.

 Des bactéries résistantes aux antibiotiques peuvent se transmettre par la viande que nous consommons.
Des bactéries résistantes aux antibiotiques peuvent se transmettre par la viande que nous consommons. Photo : iStock

Et c’est là que les superbactéries développées dans l’intestin des animaux peuvent faire leur chemin jusqu’aux humains. Une fois l’animal rendu à l’abattoir, ces superbactéries peuvent se disséminer sur la carcasse de l’animal.

« Quand vous ramenez un poulet contaminé à la maison, vos mains peuvent entrer en contact avec ces bactéries lorsque vous l’apprêtez et ensuite contaminer les ustensiles de cuisine ou les surfaces de travail », explique l’Organisation mondiale de la santé.

Marie Archambault tient à rassurer les consommateurs : « Si on cuit bien notre viande, le risque est très faible. Le risque direct, c’est vraiment lorsqu’on manipule la viande, finalement. Il faut bien laver les surfaces de travail ».

Mesures prises par l’industrie canadienne du poulet pour contrer l’antibiorésistance

Les Canadiens mangent en moyenne deux fois plus de poulet que toute autre viande. En 2011, l’émission Marketplace de CBC a testé 100 morceaux de poulet achetés dans des épiceries du pays. Les deux tiers des échantillons présentaient des bactéries résistantes à plusieurs antibiotiques.

Ce reportage ainsi que les critiques du milieu scientifique ont incité l’industrie canadienne du poulet à réagir. En 2014, Les Producteurs de poulet du Canada interdisaient à leurs membres l’utilisation préventive de tout antibiotique de catégorie 1, ce qui impliquait entre autres de cesser d’utiliser du ceftiofur, un antibiotique de catégorie 1, qui était jusque-là injecté directement dans les oeufs au couvoir, une pratique qui générait beaucoup d’antibiorésistance dans la volaille.

Cette interdiction a eu des effets concrets : le Programme intégré canadien de surveillance de la résistance aux antimicrobiens (PICRA) a observé depuis une diminution de la résistance d'E. coli au ceftiofur chez les poulets et dans les isolats de la viande de poulet analysés.

Depuis le 1er janvier, les Producteurs de poulet du Canada ont également interdit à leurs membres d’avoir recours aux antibiotiques de catégorie 2 en prévention et songent à faire de même avec les antimicrobiens de catégorie 3 d’ici 2020.

Beaucoup d’éleveurs canadiens donnent des antibiotiques en prévention à tous leurs animaux. Photo : Reuters/Max Whittaker

Catégories d’antibiotiques

Même si les animaux sont souvent traités avec les mêmes antimicrobiens que les humains, les antibiotiques sont classés selon l’importance qu’on leur accorde en médecine humaine.

Les antibiotiques de catégorie 1, de très haute importance, sont réservés au traitement des infections graves pour lesquelles il n’y a pas d’autre solution.

Ceux de catégorie 2, de haute importance, traitent les infections graves pour lesquelles on dispose toutefois d’autres options de traitement.

Viennent ensuite ceux de catégorie 3, d’importance moyenne, et de catégorie 4, de faible importance.

Les bactéries résistantes peuvent se retrouver dans l’environnement contaminé par le biais des déjections animales. Photo : Radio-Canada/Martin Thibault

Le problème, c’est que les superbactéries ont la vie dure et peuvent également se propager dans l’environnement lorsque de l’eau contaminée par le fumier des animaux est utilisée pour fertiliser le sol – et donc les aliments – ou encore lorsque l’eau des terres contaminées s’écoule dans l’environnement. C’est ce qu’on appelle la contamination indirecte.

Déjà en 2002, une coalition de vétérinaires et de spécialistes de la santé animale tirait la sonnette d’alarme auprès de Santé Canada. Dans un rapport du Comité consultatif sur l’utilisation d’antimicrobiens chez les animaux, les auteurs insistaient sur les effets indésirables de la résistance aux antimicrobiens pour la santé humaine.

Comparant la politique canadienne de gestion des antibiotiques à celles de pays européens, ils soulignaient que « le Canada est l’un des rares pays industrialisés qui permet la vente libre d’antimicrobiens pour les animaux destinés à l’alimentation » et recommandaient de restreindre l’accès aux médicaments aux seuls détenteurs d’une ordonnance vétérinaire. Seize ans plus tard, c’est ce que Santé Canada s’apprête finalement à mettre en oeuvre.

La fin des antibiotiques en vente libre

Aussi surprenant que cela puisse paraître, dans la majorité des provinces, les éleveurs peuvent, encore aujourd’hui, acheter la plupart des antibiotiques sans ordonnance vétérinaire. Ottawa croit que cette situation génère des excès.

Dès décembre 2018, il sera obligatoire au pays d’obtenir une ordonnance vétérinaire pour toutes les catégories d’antibiotiques. Au Québec, la mesure en question est en vigueur depuis déjà trente ans.

Santé Canada obligera les éleveurs à obtenir une ordonnance pour toutes les catégories d’antibiotiques. Photo : Radio-Canada/Martin Thibault

Sur le terrain, les praticiens comme Frédéric Beaulac ne peuvent qu’applaudir au changement de cap annoncé par Santé Canada. Le vétérinaire spécialisé en santé porcine voit de plus en plus d’animaux de ferme qui ne répondent plus aux traitements antibiotiques qui faisaient autrefois effet.

« Actuellement, au Québec, dans le porc, on commence à voir surgir de l’antibiorésistance avec certaines souches de bactéries comme la salmonelle et l’E. coli. Ça commence à nous causer des problèmes parce que notre arsenal d’antibiotiques contre ces bactéries-là devient limité, voire même absent dans certains cas », constate Frédéric Beaulac.

« Si une souche est résistante, on va appliquer nos traitements et c’est comme si on donnait de l’eau finalement, il n'y a rien qui se passe, la maladie continue. »

- Frédéric Beaulac, vétérinaire

Mangeons-nous des antibiotiques?

Il est important de préciser que ce n’est pas parce que la résistance aux antibiotiques a fait son apparition chez les animaux d’élevage que nous mangeons des antibiotiques dans la viande pour autant.

Les éleveurs doivent se soumettre à des règles strictes et cesser de donner des antibiotiques aux animaux quelques jours avant de les envoyer à l’abattoir de façon à ne pas retrouver d’antimicrobiens dans la viande. Le nombre de jours de retrait varie selon les espèces animales de façon à garantir l’absence de résidus excédant les limites maximales permises par Santé Canada.

Les éleveurs de porcs du pays ont eux aussi abusé des antibiotiques, créant ainsi un terreau fertile pour la résistance aux antibiotiques.

Vincent Fournier, qui élève 18 000 porcs par année à Lyster, dans le Centre-du-Québec, en convient. « Il y a deux ans encore, je mettais des antibiotiques dans l’alimentation des porcs à tous les stades de l’élevage. En prévention, mais également pour les faire engraisser plus rapidement. »

La nourriture que le producteur de porcs Vincent Fournier donne maintenant à ses animaux ne contient aucun antibiotique. Photo : Radio-Canada/Martin Thibault

L’usage d’antibiotiques pour faire engraisser les animaux – que le milieu appelle des facteurs de croissance, à ne pas confondre avec des hormones de croissance comme les oestrogènes ou les androgènes – est interdit en Europe depuis 2006. Mais pas ici. Santé Canada tente toutefois de dissuader éleveurs et vétérinaires de perpétuer cette pratique en interdisant aux fabricants de faire la promotion des propriétés stimulantes de ces mêmes facteurs de croissance depuis le 1er janvier.

Soucieux de contribuer à contrer l’antibiorésistance, Vincent Fournier vient tout juste de convertir son élevage aux vertus du sans antibiotique. Depuis décembre, il élève ses porcs sans aucun antimicrobien. Le seul moment où il administre des antimicrobiens à ses animaux, c’est lorsqu’ils sont malades. Un virage à 180 degrés qui se traduit pour l’instant par une hausse de mortalité de 1,5 % dans son troupeau.

« Ça ne m’inquiète pas outre mesure, car c’est conforme à ce que d’autres producteurs ont vécu lors de la transition. Et en contrepartie, je reçois 15 $ de plus par porc élevé sans antibiotique, donc ça vaut la peine. »

- Vincent Fournier, producteur de porcs

Photo :  Radio-Canada/Martin Thibault

La révolution néerlandaise

Aux Pays-Bas, on a réduit de 65 % la consommation d’antibiotiques chez les animaux d’élevage après que des incidents – survenus au milieu des années 2000 – eurent jeté un éclairage sur les conséquences de la surutilisation d’antibiotiques.

En 2004, les médias néerlandais s’intéressent au cas d’une fillette malade qui ne pouvait être opérée parce que les médecins craignaient qu’aucun antibiotique ne fasse effet si d’éventuelles complications devaient survenir.

L’enfant est résistante aux antibiotiques, un syndrome qu’elle a contracté au contact des porcs de la ferme familiale. Le phénomène, documenté aujourd’hui, était inconnu des scientifiques jusque-là.

« Mes collègues ont découvert que lorsqu’on était en contact direct avec un porc porteur d’une souche résistante aux antibiotiques, que ce soit un éleveur ou un vétérinaire, on avait de 60 % à 70 % de risques d’être colonisé par la bactérie. »

- Jan Kluytmans, microbiologiste à l’hôpital de Breda, aux Pays-Bas

En 2010, une découverte de Jan Kluytmans et de son équipe crée une onde de choc dans tout le pays. Après avoir analysé du poulet vendu à l’épicerie, les chercheurs concluent que 90 % des échantillons sont contaminés par des bêta-lactamases à spectre étendu – des enzymes qui rendent les bactéries résistantes aux antibiotiques. Ils signalent que les humains sont parfois porteurs de la même souche d’enzymes.

Les médias rapportent alors le cas d’une patiente résistante aux antibiotiques, morte à la suite d’une infection urinaire parce que les médecins n’arrivaient pas à la traiter. La presse lie les deux événements.

Encore aujourd’hui, pour Jan Kluytmans, le risque de transmission de la bactérie résistante par le biais de la chaîne alimentaire est difficile à évaluer. « C’est difficile à établir. Nous pensons que le risque est faible, mais en même temps, beaucoup de gens mangent du poulet tous les jours, c’est un produit très commun. Si vous le manipulez et le cuisez convenablement, il n’y a pas de risque, mais les gens ne suivent pas toujours les règles », remarque-t-il.

altttt
Des cultures en laboratoire permettent de déceler la présence de bactéries résistantes aux antibiotiques. Photo : AP/Elaine Thompson

À l’époque, le gouvernement néerlandais a jugé que la menace était suffisamment sérieuse pour intervenir. Persuadé que la surutilisation d’antibiotiques chez les animaux d’élevage était en cause (le pays était alors le plus grand utilisateur d’antibiotiques en médecine vétérinaire de toute l’Europe, mais parmi les plus faibles utilisateurs en médecine humaine), le ministère de l’Agriculture a fixé des cibles de réduction de l’usage d’antimicrobiens chez les animaux d’élevage. Elles s’élevaient à 20 % pour 2012, 50 % pour 2013, 70 % pour 2016, une cible qui a été presque atteinte, les derniers résultats faisant état d’une diminution de 65 % de l’usage d’antibiotiques dans tout le pays.

L’État a interdit sur-le-champ l’utilisation préventive d’antibiotiques. Désormais, le seul moment où ces antimicrobiens peuvent être utilisés, c’est lorsqu’un animal est malade.

Et encore, vétérinaires et éleveurs sont soumis à un contrôle strict de l’État, qui consigne, à l’aide d’un registre gouvernemental central, la consommation de chacun. Cette « police des antibiotiques », l’Autorité néerlandaise de médecine vétérinaire, attribue des cotes aux éleveurs et aux vétérinaires en fonction de l’importance de leur consommation. « Ceux qui utilisent plus d’antibiotiques que la moyenne ont un code rouge, ceux qui sont dans la moyenne, un code orange, et les verts sont les premiers de classe », explique Dick Heederick, responsable du programme. « Cette évaluation comparative n’est pas un processus légal. Il s’agit davantage de confronter les gens avec des données et d’amorcer un processus de réflexion sur la façon de changer leurs comportements », ajoute l’expert en santé publique.

Les efforts des Néerlandais ont été couronnés de succès : les dernières analyses révèlent une diminution notable de l’antibiorésistance chez les animaux et dans la viande.

Photo : Radio-Canada/Martin Thibault

Les profits des éleveurs n’ont pas chuté si l’on se fie à une récente analyse de l’Institut de recherche socioéconomique de l’Université de Wageningen, aux Pays-Bas. Il n’y a pas eu, non plus, d’accroissement du taux de mortalité dans les élevages, selon les éleveurs à qui nous avons parlé.

L’argent qui était autrefois dépensé en antibiotiques a été réinvesti dans le rehaussement des mesures sanitaires des bâtiments de ferme. « Les antibiotiques sont trop souvent utilisés pour compenser les mauvaises conditions d’élevage sur les fermes », résume le microbiologiste Jan Kluytmans.

« Si nous faisions la même chose dans les hôpitaux, soit de mettre tous les patients dans une seule section où l’hygiène laisse à désirer, on utiliserait des antibiotiques à temps plein! »

- Jan Kluytmans, microbiologiste à l’hôpital de Breda, aux Pays-Bas

Seule ombre au tableau au terme de la révolution néerlandaise : la résistance aux antibiotiques n’a pas encore diminué chez les humains. Les experts croient que cela se fera à plus long terme.

Le Canada loin du but

Impensable, pour l’instant, d’obtenir des résultats similaires au pays avec la réforme mise de l’avant par Santé Canada. « Ce qui est proposé, c’est bien, mais on pourrait aller encore beaucoup plus loin », fait valoir la vétérinaire et microbiologiste Marie Archambault qui parlait déjà d’antibiorésistance à ses clients au début des années 2000.

« Quand on regarde des pays comme la Hollande qui se sont fixé des objectifs de réduction de 50 % de l’utilisation d’antibiotiques dès 2013, on pourrait faire mieux. »

- Marie Archambault, professeure titulaire au Département de pathologie et microbiologie de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal

Bureaux de Santé Canada, à Ottawa
Bureaux de Santé Canada, à Ottawa Photo : La Presse canadienne/Sean Kilpatrick

Ottawa est pourtant loin de penser adopter des cibles de réduction de l’usage d’antibiotiques. Jusqu’en décembre dernier, Santé Canada disposait de données incomplètes fournies par les vendeurs et les distributeurs d’antibiotiques et avait donc une idée approximative de ce qui est réellement consommé par les animaux d’élevage.

Le ministère compte remédier à la situation en exigeant désormais des fabricants, des importateurs et des préparateurs de médicaments à usage vétérinaire qu’ils déclarent leurs ventes annuelles afin de lui permettre une meilleure surveillance.

Le reportage de Julie Vaillancourt et Jean-François Michaud est diffusé à l’émission La semaine verte, samedi, à 17 h, à ICI Radio-Canada Télé.

Julie Vaillancourt journaliste, Mathieu Gobeil journaliste, Philippe Chevalier chef de pupitre, André Guimaraes développeur et Santiago Salcido designer

Publicité