Paradise papers

Exclusif

Le revendeur de billets
millionnaire

Par Gino Harel d’Enquête

9 Novembre 2017 | access_time MINUTES DE LECTURE

Un jeune revendeur québécois de billets de spectacles engrange des millions, a découvert Radio-Canada grâce aux Paradise Papers. Bienvenue dans l’univers des revendeurs à grande échelle, une pratique dénoncée ici comme ailleurs.

Par Gino Harel d’Enquête

more_horiz

Si vous cherchez des billets pour la plus récente tournée de l’humoriste Martin Matte sur son site Internet, vous risquez de tomber sur plusieurs dates de spectacle à guichets fermés. Il s’est écoulé pas moins de 50 000 billets dès la première journée de leur mise en vente.

Une recherche en ligne vous dirigera rapidement sur des sites de revente québécois, et même internationaux, qui vous offriront des billets pour plusieurs des dates que vous recherchez, mais à des prix nettement plus élevés.

« Aussitôt qu’on met nos billets en vente, des centaines, voire des milliers de billets, je ne les ai pas comptés, sont sur ces sites. Et au double et au triple du prix [...] Je trouve ça triste pour le consommateur, pour le fan. »

- Martin Matte

Martin Matte, qui est coproducteur de son spectacle, a son mot à dire sur le prix des billets. Il n’a par contre aucun contrôle sur ceux qui les revendent à prix fort. « J’ai vu aujourd’hui des billets pour mon show à Québec, 220 $ chaque. Ça n’a aucun sens », s’indigne-t-il, ajoutant que la loi n’est pas respectée.

Les millions de Julien Lavallée

Difficile de retracer les revendeurs car, sur plusieurs plateformes, il n’y a aucune information à leur sujet. Les Paradise Papers nous permettent cependant de découvrir les affaires d’un important revendeur qui a pignon sur rue à Boucherville, dans la région de Montréal : Julien Lavallée.

Julien Lavallée
Julien Lavallée Photo : Facebook (Montage de Radio-Canada)

Cet entrepreneur de 30 ans est à peu près inconnu dans le marché québécois de la revente. Mais il a fait les manchettes au Royaume-Uni, l’an dernier, pour avoir acheté puis revendu des centaines de billets pour un même spectacle.

Adam Webb dirige une vaste coalition de représentants de la communauté artistique et musicale en Grande-Bretagne, la Fan Fair Alliance. Il a remarqué l’adresse de Julien Lavallée, à Boucherville, apparaître dans les détails affichés sur un site britannique de revente de billets.

« Je me demandais pourquoi cette personne du Québec achetait tant de billets pour des spectacles en Angleterre. »

- Adam Webb, directeur de campagne de Fan Fair Alliance

Les autorités britanniques inspectent de plus en plus les compagnies de revente actives sur leur territoire pour s’assurer que les commerçants qui offrent des billets sur le marché secondaire affichent les détails de leur entreprise. Au Royaume-Uni, Julien Lavallée a dû s’adapter comme les autres en dévoilant ses informations.

Des documents des Paradise Papers, provenant du cabinet d’avocats Appleby, nous apprennent que Julien Lavallée a fait créer en 2015 une société à l’île de Man : I Want Ticket inc. Cette société a fait de la revente de billets en Grande-Bretagne sur le site StubHub.uk.

Les documents de la fuite nous révèlent que Julien Lavallée possédait aussi une compagnie à numéro au Québec : 9247-8064 Québec inc.

Des états financiers de cette société, également trouvés dans les Paradise Papers, montrent un chiffre d’affaires de près de 7 millions de dollars en 2013 et de près de 8 millions en 2014.

Des adresses multiples pour des billets d’Adele

Nos collègues de la CBC ont obtenu des documents qui décrivent l’achat de plus de 300 billets, en quelques minutes à peine, pour la tournée 2016 de la chanteuse Adele.

La limite d’achat de billets par personne était fixée à quatre. Mais dans les documents consultés par Radio-Canada, on remarque que Julien Lavallée et certains de ses proches ont utilisé de multiples adresses lors de leurs achats de billets. On y retrouve notamment des adresses à Boucherville, mais aussi à Philadelphie, à Los Angeles, à Boston et à Chicago, aux États-Unis.

La chanteuse Adele en concert
La chanteuse Adele en concert Photo : Getty Images/Kevin Winter

Des Britanniques sur sa trace

Reg Walker est un consultant en sécurité qui travaille auprès des producteurs de spectacles et des artistes en Grande-Bretagne. Sa firme fait entre autres la vérification des systèmes de billetterie pour s’assurer qu’ils ne sont pas attaqués par des revendeurs à grande échelle. Cela fait déjà trois ans qu’il a Julien Lavallée à l’oeil.

« On a vu son nom pour des concerts d’Ed Sheeran, de Drake, de Metallica. Je crois qu’il manipule le marché. »

- Reg Walker, directeur, The Iridium Consultancy

Reg Walker fait aussi partie d’une liste de témoins entendus par un comité parlementaire britannique spécial, en novembre 2016, qui se penchait sur le phénomène de la vente abusive de billets. Le cas de Julien Lavallée faisait partie des exemples étudiés par ce comité.

Les informations tirées des Paradise Papers indiquent qu’en 2015, Julien Lavallée souhaitait prendre de l’expansion au Royaume-Uni et même en Europe. Il visait alors des marges de profits de 35 % à 40 %.

Reg Walker soupçonne aujourd’hui Julien Lavallée de contrevenir aux lois britanniques sur la protection des consommateurs. Il n’y a aucune façon légale, dit-il, d’amasser des billets de cette façon, en prétendant être plusieurs consommateurs à la fois, quand vous agissez comme une entreprise.

Un théâtre au centre-ville de Londres
Un théâtre au centre-ville de Londres Photo : iStock/georgeclerk

Julien Lavallée actif au Canada

L’un des documents contenus dans les Paradise Papers indique que la compagnie à numéro de Julien Lavallée, 9247-8064 Québec inc., a fait des achats et des reventes de billets aussi aux États-Unis, ainsi qu’au Canada. Il utilise ici des sites de revente comme StubHub, mais d’autres également.

En réponse à nos questions au sujet de Julien Lavallée, StubHub confirme qu’elle offre des programmes incitatifs à des « vendeurs de confiance ». L’entreprise ajoute qu’elle s’assure que tous ses vendeurs respectent les plus hautes normes et toutes les lois.

Nous avons voulu en savoir plus sur l’étendue de ses activités au Québec, en retraçant notamment un autre nom d’affaires utilisé par Julien Lavallée au Québec : Ticketaria. L’adresse de Ticketaria est à Varennes, tout près de Boucherville.

Sur place, Radio-Canada/CBC et le Toronto Star ont rencontré M. Lavallée à l’extérieur de ses bureaux, mais il a refusé de répondre à nos questions, nous invitant plutôt à les adresser à Ticketaria.

L’avocat de l’entreprise explique que Ticketaria ne peut accorder d’entrevue sur la nature de ses transactions ou de ses liens d’affaires pour des raisons liées à la compétitivité de son industrie. Ticketaria, poursuit-il, considère qu’elle réalise toutes ses activités en conformité avec les lois et règles des pays dans lesquels elle opère et effectue ses ventes.

Impossible donc de savoir si Ticketaria est reliée à la compagnie 9247-8064 Québec inc., ni si les activités de I Want Ticket, de l’île de Man, ont un lien avec les affaires menées par Ticketaria dans ses bureaux de Varennes.

Julien Lavallée ferme I Want Ticket

Le 25 octobre dernier, Julien Lavallée a déposé un formulaire auprès du registre des entreprises de l’île de Man, annonçant la dissolution de la compagnie I Want Ticket inc.

Des spectacles à 1000 $ au Québec

Une simple recherche sur des sites de revente connus nous permet de repérer des spectacles d’artistes internationaux, comme la chanteuse populaire Pink ou le groupe U2, à plus de 1000 $ pour leurs prochains concerts au Centre Bell, à Montréal.

Billets pour le concert de U2 au Centre Bell
Billets pour le concert de U2 au Centre Bell Photo : Le site StubHub (Montage de Radio-Canada)

Le promoteur evenko affirme s’être doté de plusieurs mesures et d’outils afin de limiter l’action des revendeurs de billets. L’entreprise dit aussi faire tout en son pouvoir pour s’assurer que les billets soient revendus aux vrais fans.

Martin Matte, lui, croit que les revendeurs sont bien organisés et qu’il faut des amendes « beaucoup plus costaudes » pour contrer le phénomène.

« Je pense que c’est une évidence de revoir la loi, de revoir ce qui ne fonctionne pas. »

- Martin Matte

Le professeur de marketing Renaud Legoux, de HEC Montréal, croit lui aussi qu’il y aurait peut-être lieu de revoir le cadre légal actuel. « Il n’y a pas du tout de transparence sur le marché secondaire. Je n’ai aucune information sur le prix auquel le billet était au départ, sur l’identité de la personne qui me vend le billet. Il y a un grand flou. Donc, l’acheteur s’expose à une situation où il n’a pas toute l’information au moment de l’achat », constate-t-il.

Québec ouvert à des changements législatifs

Après une sortie de Louis-José Houde lors d’un gala de l’ADISQ en 2010, la Loi sur la protection du consommateur a été modifiée au Québec. Depuis 2012, une personne qui se déclare commerçant et qui fait de la revente de billets doit respecter plusieurs exigences. Par exemple, elle ne peut afficher des prix supérieurs aux prix d’origine, à moins d’avoir l’autorisation du producteur de spectacle.

Les sites de revente et les revendeurs ont donc dû s’adapter.

« Cette législation est facile à contourner. D’après ce que j’en comprends, les sites web qui faisaient de la revente sont maintenant transformés en plateformes. Ce ne sont pas elles qui revendent et elles s’exonèrent absolument de toutes les obligations de la loi en étant simplement un intermédiaire », explique Renaud Legoux, de HEC Montréal.

Des billets de spectacle
Des billets de spectacle Photo : Getty Images/Brad Barket

Il est difficile de connaître l’identité de ceux qui vendent des billets sur des plateformes de revente. Sur le site Billets.ca, on note cependant un rappel aux vendeurs qu’ils doivent respecter la Loi sur la protection du consommateur.

Sur certains sites, dont Billets.ca, vous trouverez également de nombreux billets seulement accessibles aux entreprises. L’Office de protection du consommateur nous confirme que certains sites de revente demandent à l’acheteur d’inscrire, sur le formulaire en ligne, un nom d'entreprise. S’il s’agit d’une transaction entre deux entreprises, elle ne serait pas soumise à la loi.

À Québec, la ministre responsable de la Loi sur la protection du consommateur, Lise Thériault, se dit prête à intervenir dans le marché de la revente.

« Si on a trouvé le moyen de contourner la loi, on n’aura pas d'autre choix que de travailler avec le milieu [...] pour faire en sorte de revoir la loi. »

- Lise Thériault, ministre responsable de la Protection des consommateurs

Le mois dernier, l’Ontario a déposé un projet de loi qui obligera notamment les revendeurs à indiquer la valeur d’origine du billet sur Internet. La loi interdirait aussi l’utilisation de logiciels qui servent à contourner les limites d’achat de billets imposées par les billetteries. Le gouvernement ontarien souhaite aussi que les billets ne puissent pas être revendus à plus de 50 % du prix initial.

« Si nous pouvons et nous devons aller aussi loin que l'Ontario, on le fera. Puis si on peut aller peut-être plus loin, on pourra le faire aussi », dit la ministre Thériault.

Les Paradise Papers

Ce reportage a été réalisé grâce aux Paradise Papers, une fuite de plus de 13 millions de documents obtenus par le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et partagés avec le Consortium international des journalistes d’enquête (ICIJ) et ses partenaires, dont fait partie Radio-Canada.

Chantale Cauchy journaliste à la recherche, Gino Harel journaliste, Melanie Julien chef de pupitre, Yanic Lapointe réalisateur, Gaétan Pouliot journaliste, Luc Tremblay réalisateur, André Guimaraes développeur et Santiago Salcido designer

Avec la collaboration de CBC, du Guardian, du Toronto Star et de BBC (photo de couverture : Grey Sparrow/Betina Abrao et Ariel Tarr)

Publicité