Paradise papers

Exclusif

Jean Chrétien mêlé aux paradis fiscaux malgré lui

Par Daniel Blanchette Pelletier d’Enquête et Zach Dubinsky de CBC

6 Novembre 2017 | access_time MINUTES DE LECTURE

L’ex-premier ministre du Canada Jean Chrétien affirme qu’il ignorait qu’une compagnie pétrolière pour laquelle il a été lobbyiste en Afrique était incorporée aux Bermudes, un archipel reconnu comme un paradis fiscal. Il condamne ce genre de manipulation qui sert trop souvent à s’enrichir au détriment des gouvernements.

Par Daniel Blanchette Pelletier d’Enquête et Zach Dubinsky de CBC

more_horiz

En janvier 2004, un mois après avoir quitté la vie politique, Jean Chrétien se joint au cabinet d’avocats Heenan Blaikie. Il est approché trois ans plus tard pour faciliter les échanges entre la société Madagascar Oil et le gouvernement malgache pour l’exploitation pétrolière sur l’île.

L’ex-politicien se rappelle avoir rencontré le directeur général de l’époque, Alex Archila, à l’occasion d’un rendez-vous avec le président Marc Ravalomanana. « J’allais déjà à une réunion de chefs africains, alors j’en ai vu deux ou trois en même temps. Je faisais ça de temps en temps des affaires de même. Mais c’est tout ce que j’ai fait pour lui », raconte Jean Chrétien dans une entrevue accordée à CBC/Radio-Canada.

Ses contacts avec Madagascar Oil se sont limités à « quelques jours, quelques semaines seulement », précise-t-il, et à cet entretien entre le directeur de la compagnie et le président malgache. Leur rencontre visait à rapprocher les deux parties pour la signature de contrats d’exploration et d’exploitation sur l’île.

Jean Chrétien assure qu’il ne savait que très peu de choses de Madagascar Oil, mis à part qu’il s’agissait d’une entreprise américaine basée au Texas dont le directeur général avait déjà travaillé pour Chevron au Canada.

L’ex-premier ministre ajoute qu’il ignorait que Madagascar Oil était aussi incorporée aux Bermudes.

« Quand quelqu’un vient vous voir, vous ne faites pas l’analyse de la structure industrielle [de son entreprise]. Il vient vous voir pour demander un avis professionnel. »

- Jean Chrétien

Jean Chrétien se retrouve malgré lui mêlé à toute cette affaire parce que son nom apparaît dans un document d’Appleby, le cabinet d’avocats au coeur d’une fuite massive d’informations dévoilée par le Consortium international des journalistes d’enquête (ICIJ) et ses partenaires, dont fait partie Radio-Canada.

100 000 options d’achat au nom de Chrétien

Jean Chrétien est nommé dans un seul document de la fuite. Il s’agit d’un registre interne détaillant les options d’achat de Madagascar Oil Limited. Joseph Jacques Jean Chrétien – son nom complet – y est listé comme titulaire de 100 000 options d’achat émises le 17 juillet 2007 – année où il a réalisé son mandat pour la pétrolière malgache.

Mais Jean Chrétien est catégorique : jamais il n’a reçu ces options d’achat, qui devaient expirer trois ans plus tard, selon le document.

« C’est vous qui m’apprenez que j’ai eu des options, a-t-il assuré à CBC/Radio-Canada. Je n’ai aucun papier. J’ai fouillé. Je n’ai rien là-dessus. Ils ne m’ont jamais avisé que j’avais des options. »

« Quand on a des parts dans une compagnie, on reçoit des rapports annuels et des choses de même. Je n’ai jamais rien reçu d’eux. Zéro. »

- Jean Chrétien

Jean Chrétien assure n’avoir jamais eu d’autres contacts avec Madagascar Oil après 2007.

Les options en son nom ne seraient pas non plus une forme de paiement de la part de la compagnie. Il explique que ses honoraires d’avocats ont été payés par le cabinet Heenan Blaikie. « J’étais un employé de Heenan qui me demandait de faire du travail. Ils m’ont demandé de faire ça et je l’ai fait. »

Madagascar Oil a retenu les services de Heenan Blaikie pendant deux ans pour une facture totale d’environ 179 000 $US en frais de « consultation », selon un autre document rendu public en 2010 par la compagnie.

« Je ne suis pas pour l’évasion fiscale »

L’ex-premier ministre Jean Chrétien en 2007
L’ex-premier ministre Jean Chrétien en 2007 Photo : Reuters/Mike Cassese

Interrogé quant à son opinion sur les paradis fiscaux, Jean Chrétien les condamne sans hésitation, même s’il reconnaît qu’à peu près toutes les sociétés « ont des comptes de banque ailleurs ». Mais ce n’est pas la chose à faire, selon lui. Les compagnies doivent payer leur juste part d'impôts.

La société mère de Madagascar Oil avait d’abord été enregistrée à l’île Maurice, avant d’être transférée en 2006 aux Bermudes. C’est là qu’entre en scène le cabinet d’avocats Appleby. Madagascar Oil n’avait alors aucun bureau aux Bermudes ni même d’employés. Seulement une adresse postale renvoyant à Appleby, qui devait s’occuper de la paperasse.

La présence de Madagascar Oil aux Bermudes n’a rien d’illégal, mais cela lui a peut-être permis d’alléger son fardeau fiscal.

« J’ai lutté contre ça, les paradis fiscaux. Si j’étais pour, je ne les aurais pas combattus », martèle Jean Chrétien.

« Je n’ai jamais eu un cent dans un compte de banque ailleurs qu’au Canada. »

- Jean Chrétien

Comment alors expliquer que son nom se retrouve sur un registre interne de Madagascar Oil?

Jean Chrétien émet l’hypothèse que l’entreprise ait pu vouloir profiter d’un certain prestige associé au nom d’un ancien politicien canadien ou d’un avocat de Heenan Blaikie pour promouvoir ses affaires.

L’expertise canadienne

Les installations de Madagascar Oil à Tsimioro
Les installations de Madagascar Oil à Tsimioro Photo : Rijasolo/AFP/Getty Images

Madagascar Oil a été fondée en 2004 par un homme d’affaires canadien pour qui l’expertise d’ici avec les sables bitumineux de l’Alberta pouvait profiter à l’exploitation pétrolière sur l’île africaine. Peu croyaient alors à la viabilité économique de ce genre de projets.

« J’ai été consulté parce que j’avais moi aussi travaillé ici, au Canada, sur les sables bitumineux quand j’étais ministre. Alors, j’ai donné des avis d’avocats, mais ça, c’est confidentiel », dit Jean Chrétien.

Madagascar Oil n’a pas répondu aux demandes d'informations de CBC/Radio-Canada, autant à propos des options d’achat au nom de Jean Chrétien que de ses activités aux Bermudes.

Jean Chrétien est l’un des trois anciens premiers ministres canadiens liés aux Paradise Papers.

Les Paradise Papers

Ce reportage a été réalisé grâce aux Paradise Papers, une fuite de plus de 13 millions de documents obtenus par le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et partagés avec le Consortium international des journalistes d’enquête (ICIJ) et ses partenaires, dont fait partie Radio-Canada.

Daniel Blanchette Pelletier​ journaliste, Zach Dubinsky journaliste (CBC), Melanie Julien chef de pupitre, André Guimaraes développeur, Francis Lamontagne designer et Santiago Salcido designer

Publicité