Paradise papers

Exclusif

L’ami controversé de
Brian Mulroney

Par Frédéric Zalac et Francis Plourde d’Enquête

30 Novembre 2017 | access_time MINUTES DE LECTURE

L’ex-premier ministre Brian Mulroney s’est lié d’amitié avec un milliardaire syrien associé à l’un des plus gros scandales de corruption de l’histoire britannique. L’ami de Mulroney, Wafic Saïd, a aussi la citoyenneté canadienne… obtenue dans des circonstances douteuses, a découvert Radio-Canada.

Par Frédéric Zalac et Francis Plourde d’Enquête

more_horiz

3 mai 2015. L’Université Saint-Francis-Xavier, en Nouvelle-Écosse, célèbre une nouvelle cohorte de diplômés. Ils rejoindront les rangs des Frank McKenna, Lisa Raitt et Brian Mulroney qui ont transformé, chacun à leur façon, le visage politique du Canada.

Pour l’occasion, la cohorte est choyée. L’ancien premier ministre du Canada prononce un discours devant les diplômés.

À ses côtés, on retrouve le milliardaire Wafic Saïd, dont le seul lien avec l’Université semble être sa profonde amitié avec Mulroney. L’homme reconnu pour ses oeuvres philanthropiques et ses dons dans le monde de l’éducation recevra même un doctorat honorifique de l’institution.

Wafic Saïd reçoit un doctorat honorifique de l’Université Saint-Francis-Xavier.
Wafic Saïd reçoit un doctorat honorifique de l’Université Saint-Francis-Xavier. Photo : WaficSaid.com

Lors de la présentation du milliardaire, on souligne qu’il est l’ambassadeur de Saint-Vincent-et-les-Grenadines à l’UNESCO et au Vatican. Or, l’Université Saint-Francis-Xavier omet un élément de taille : l’association de Wafic Saïd à l’un des contrats de vente d’armes les plus corrompus de l’histoire du Royaume-Uni.

Qui est donc Wafic Saïd et pourquoi est-il si proche de l’ancien premier ministre Brian Mulroney? Les Paradise Papers, la nouvelle fuite de documents confidentiels des paradis fiscaux, nous ont permis de découvrir des indices étonnants sur les liens qui unissent ces deux hommes au passé controversé.

Brian Mulroney en 2016
Brian Mulroney en 2016 Photo : PC/Darren Calabrese

Un contrat militaire historique

Originaire de Syrie, Wafic Rida Saïd a mis le cap sur Londres dans les années 60. Il s’est lié d’amitié avec le prince Bandar, fils du prince Sultan qui a été le ministre saoudien de la Défense pendant près d’un demi-siècle.

Saïd a gravi les échelons de la société britannique, côtoyant les grands et puissants de ce monde, dont le prince Charles et la Dame de fer, la première ministre Margaret Thatcher.

Wafic Saïd et Margaret Thatcher en 1997
Wafic Saïd et Margaret Thatcher en 1997 Photo : Tatler/Hugo Burnand

Saïd a su mettre à profit ses contacts en agissant comme intermédiaire dans une des plus grosses ventes d’armes de l’histoire du Royaume-Uni. Signé en 1985 sous le gouvernement Thatcher, le contrat surnommé Al Yamamah (la colombe, en arabe) a atteint une valeur de plus de 73 milliards de dollars pour la vente et l’entretien d’avions de chasse du fabricant British Aerospace (BAE) à l’Arabie saoudite.

Des rumeurs de corruption entourant Al Yamamah circulaient depuis sa signature. Mais ce sont deux journalistes du quotidien britannique The Guardian qui ont découvert le pot au rose en 2003. Ils ont reçu des appels de lanceurs d’alertes disant avoir été payés à même une caisse noire de BAE pour satisfaire les requêtes les plus excentriques de certains princes saoudiens.

Puis les journalistes ont mis la main sur des documents confidentiels, dont une note diplomatique de l’ambassadeur britannique en Arabie saoudite indiquant que le prince Sultan s’attendait « à recevoir des pots-de-vin dans tous les contrats ».

D’autres documents révélaient que le coût des avions de chasse britanniques avait été gonflé pour le paiement de commissions secrètes. « Les avions de guerre vendus étaient surévalués, de 30 % à 40 % », selon le journaliste du Guardian David Leigh, aujourd’hui à la retraite.

« Ces montants supplémentaires étaient facturés aux Saoudiens, puis distribués sous forme de pots-de-vin, entre autres au prince Sultan – le ministre de la Défense – et à son fils Bandar. Une partie de l’argent allait dans les poches de Britanniques, dont des gens reliés à BAE. »

- David Leigh, journaliste

Selon Andrew Feinstein, qui dirige l’ONG Corruption Watch à Londres, un important contrat de vente d'armes se conclut rarement sans corruption.

« Vous avez besoin de quelqu'un pour éloigner les pots-de-vin du gouvernement ou de l'entreprise et des bénéficiaires et c'est le rôle de l'intermédiaire. C’est ce rôle que jouait Wafic Saïd dans l'affaire Al Yamamah », dit-il.

En réponse à nos questions, Wafic Saïd dit qu’il n’a joué qu’un rôle mineur dans le cadre du contrat Al Yamamah. « Je suis fier du rôle que j’ai joué pour aider à obtenir le programme Al Yamamah et les dizaines de milliers d’emplois bien rémunérés et hautement qualifiés au Royaume-Uni », écrit-il.

Un avion de combat Panavia Tornado, l’un des modèles vendus à l’Arabie saoudite dans le cadre du contrat Al-Yamamah
Un avion de combat Panavia Tornado, l’un des modèles vendus à l’Arabie saoudite dans le cadre du contrat Al-Yamamah Photo : Getty Images/AFP/Philip Coburn

Mulroney au C. A. de Said Holdings

Wafic Saïd a amassé une fortune de plus d’un milliard de dollars. Il a fait construire un luxueux manoir de campagne dans l’Oxfordshire, en Angleterre, et possède des résidences à Londres, Paris, Marbella, Riyad et Monaco.

Manoir de Wafic Saïd dans l’Oxfordshire, en Angleterre
Manoir de Wafic Saïd dans l’Oxfordshire, en Angleterre Photo : A.P.S. (UK)/Alamy Stock Photo

Il a aussi fait appel à un ex-premier ministre canadien qu’il connaît bien pour l’aider à gérer cette fortune.

En mars 2004, au chic Club Colette de Palm Beach, en Floride, Brian Mulroney organise une grande fête pour célébrer ses 65 ans. De prestigieux invités sont au rendez-vous, dont George Bush, Paul Desmarais, Conrad Black et Pierre Karl Péladeau. Selon des articles de journaux de l’époque, Wafic Saïd et sa conjointe faisaient aussi partie du groupe sélect de convives.

Deux mois plus tard, Brian Mulroney se rend à Paris pour assister à une réunion du conseil d’administration de Said Holdings, la société de gestion de la fortune personnelle de Wafic Saïd et de sa famille. Saïd invite alors Mulroney à se joindre au C. A. et il accepte.

Said Holdings est incorporée aux Bermudes, un paradis fiscal où le taux d’imposition est de 0 %. Grâce aux Paradise Papers, nous avons obtenu des milliers de pages de documents confidentiels concernant cette société et ses nombreuses filiales.

On y apprend que, quelques mois avant l’arrivée de Brian Mulroney, le salaire des membres du conseil d’administration est d’au moins 100 000 $ par année.

Les documents révèlent que la présence de Said Holdings aux Bermudes est minimale. En 1997, la société n’y comptait qu’un seul employé. En 2005, seuls deux employés y travaillaient.

Bureaux de Said Holdings aux Bermudes
Bureaux de Said Holdings aux Bermudes Photo : Radio-Canada/Gil Shochat

Le cabinet comptable qui effectuait la vérification des comptes durant les années 90 a dit aux dirigeants de Said Holdings qu’il se sentirait « plus à l’aise s’il y avait au moins deux réunions annuelles aux Bermudes plutôt qu’une seule ».

En 2005, les comptables étaient préoccupés que des autorités fiscales étrangères puissent considérer Said Holdings comme une simple coquille vide. Le conseiller juridique de la société trouvait alors utile que les états financiers de la société soient signés aux Bermudes plutôt qu’à l’étranger.

Mais de l’aveu même de Wafic Saïd, il s’agissait d’une « simple façade ».

Procès-verbal de Said Holdings

Wafic Saïd considérait qu’il s'agissait d’une simple façade qui n’aurait pas beaucoup de poids si Said Holdings faisait l’objet d’une enquête.

Lors d’une réunion du C. A. à Monaco en 2006, Brian Mulroney a demandé si le comité de vérification interne gardait un oeil « sur les transactions qui pourraient amener Said Holdings dans le giron des autorités fiscales américaines ».

En réponse à nos questions, Brian Mulroney confirme que Said Holdings ne payait pas d’impôts aux Bermudes, mais dit que la société payait régulièrement des sommes importantes en impôts dans les pays où elle investissait.

À la même époque où Brian Mulroney a commencé à assister aux réunions du C. A. de Said Holdings, les autorités britanniques, elles, étaient sur une piste qui allait les mener vers Wafic Saïd.

Wafic Saïd
Wafic Saïd Photo : Murray Sanders/ANL/REX/Shutterstock

Une enquête stoppée en haut lieu

À la suite des allégations de corruption publiées par The Guardian, le service britannique de la répression des fraudes majeures lance en 2004 une enquête sur le contrat Al Yamamah.

Les autorités britanniques découvrent que la compagnie British Aerospace avait transféré des paiements secrets de centaines de millions de dollars par des sociétés aux îles Vierge britanniques.

Selon des sources du Guardian, une partie des fonds ont transité par des comptes en Suisse liés, entre autres, à Wafic Saïd.

« Les enquêteurs sont allés en Suisse pour enquêter sur ces comptes », se rappelle le journaliste David Leigh. « Dès qu'ils ont demandé l’accès, le ciel leur est tombé sur la tête. Wafic l’a dit [au prince] Bandar, qui a pris un vol vers Londres pour rencontrer le premier ministre britannique Tony Blair et lui dire que cela devait cesser. »

Le prince Bandar
Le prince Bandar Photo : Photo : AP/Hassan Ammar

Les Saoudiens auraient menacé de cesser toute collaboration avec le Royaume-Uni en matière de lutte contre le terrorisme si l’enquête britannique allait de l’avant.

Le 8 décembre 2006, trois jours après sa rencontre avec le prince Bandar, Tony Blair a demandé au procureur général de mettre fin à l’enquête.

« Je crois que c'est un moment incroyablement sombre pour la justice et la démocratie britannique, mais cela montre aussi le pouvoir de l'Arabie saoudite en Grande-Bretagne. Cela montre l'influence extraordinaire de gens comme Wafic Saïd.  »

- Andrew Feinstein, de l’ONG Corruption Watch

Wafic Saïd nous répond que bien qu’il n’ait jamais été impliqué dans ces enquêtes, il a offert de rencontrer et d’aider les enquêteurs. Il dit que ceux-ci n’ont pas fait suite à son offre. « Je n’ai jamais été questionné ou accusé de méfaits en Grande-Bretagne ou ailleurs à ce moment-là ou par la suite », ajoute-t-il.

Réponses de Wafic Saïd
Vous pouvez lire les réponses de Wafic Saïd ici.

Pendant toutes ces années, Brian Mulroney a continué à siéger au conseil d’administration de Said Holdings, et ce, jusqu’en 2012.

Pour le journaliste David Leigh, il est difficile de croire que l’ex-premier ministre canadien n’ait pas eu vent de ce scandale. « Il me semble très improbable que Brian Mulroney n’ait pas été au courant de ces allégations tout à fait sensationnelles qui étaient publiées tous les jours dans le Guardian et qui étaient reprises dans les médias internationaux. Ces informations étaient relayées à travers le monde », dit-il.

Brian Mulroney a décliné nos demandes d’entrevue. Mais en réponse à nos questions, son avocat dit que M. Mulroney connaît Wafic Saïd depuis plus de 20 ans. « Il est un homme remarquable, un investisseur qui a connu beaucoup de succès et un grand philanthrope […] Il est aussi un bon ami », écrit-il, au nom de son client.

Wafic Saïd, lui, dit que M. Mulroney fait erreur. Il affirme qu’ils se sont connus en 2002 par l’entremise de l’homme d’affaires québécois Paul Desmarais.

La mystérieuse citoyenneté canadienne

En raison de ses liens étroits avec l’Arabie saoudite, Wafic Saïd a obtenu la citoyenneté saoudienne en 1981. Mais en fouillant dans les données des Paradise Papers, nous avons trouvé la photocopie d’un passeport canadien.

Passeport canadien de Wafic Saïd
Passeport canadien de Wafic Saïd Photo : Paradise Papers

« Je suis stupéfait, je n’avais aucune idée qu’il avait un passeport canadien », lance Andrew Feinstein de Corruption Watch.

« Pourquoi voudrait-il un tel passeport? Comment l’a-t-il obtenu? Ayant fouillé son passé professionnel, je n’ai rien trouvé indiquant qu’il aurait vécu au Canada pendant une période de temps significative », dit-il.

Bien des riches étrangers désirent obtenir la citoyenneté canadienne en raison des avantages qu’un passeport canadien procure.

« Pour le milliardaire au Moyen-Orient, c’est le meilleur passeport possible, parce qu’on peut voyager librement partout au monde sans visa ou presque », explique l’avocat vancouvérois Richard Kurland.

« On possède la citoyenneté, mais on ne paye pas d’impôts, parce qu’on n’est pas physiquement présent au Canada », ajoute-t-il. Contrairement à d’autres pays, le paiement des impôts y est associé au lieu de résidence, et non à la citoyenneté.

De 1986 à 2014, le gouvernement fédéral a offert une porte d’entrée spéciale pour les étrangers bien nantis qui voulaient s’établir au Canada : le programme d’immigrants investisseurs. En échange d’investissements créateurs d’emplois au Canada, ces immigrants obtenaient le statut de résident permanent.

Wafic Saïd dit avoir eu recours à ce programme en investissant dans Jordan Petroleum, une société pétrolière et gazière albertaine.

Mais avant d’obtenir la citoyenneté, les investisseurs devaient vivre au Canada pendant trois ans. Wafic Saïd a-t-il vraiment habité au Canada pour la durée requise?

Le nom de Wafic Saïd apparaît au registre des entreprises du Québec. Il est le seul actionnaire et administrateur de 160281 Canada inc., une société fondée en 1988. Selon le rapport annuel soumis en 1990, les activités de la société étaient « indéterminées et imprécises ».

Le siège social de la société était situé dans le bureau d’une avocate à Montréal.

Dans les rapports annuels de 160281 Canada inc., Wafic Saïd déclare habiter non pas à Monaco ou à Londres, mais bien à Montréal dans le quartier Côte-des-Neiges… dans un demi-sous-sol.

À cette adresse se trouve un modeste immeuble d’habitation.

Immeuble où Wafic Saïd dit avoir vécu, rue Légaré, à Montréal
Immeuble où Wafic Saïd dit avoir vécu, rue Légaré, à Montréal Photo : Radio-Canada/Martin Thibault

« C'étaient des gens simples, des jeunes familles, des étudiants. Ce n’étaient pas des logements de luxe », dit Elaine Gloutnez, qui vivait dans le même immeuble à l’époque. Nous lui avons montré des photos de Wafic Saïd. Elle ne se rappelle pas de l’avoir vu pendant toutes les années où elle y était locataire.

« Si j’avais été avocat pour le ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration à l’époque, j’aurais soulevé le drapeau rouge parce que c’est impossible d’obtenir la citoyenneté avec uniquement cette preuve », estime l’avocat Richard Kurland.

En réponse à nos questions, Wafic Saïd dit que le petit appartement de Côte-des-Neiges avait été loué pour lui et qu’il y a fréquemment habité. « Mais lorsque j’étais là avec ma famille, c’était plus facile de loger à l’hôtel  », écrit-il.

Wafic Saïd affirme avoir obtenu la citoyenneté canadienne en suivant à la lettre les conseils qui lui ont été donnés par des professionnels de l’immigration. Il dit avoir vécu trois ans au Canada, à l’exception d’absences de quelques semaines « pour une opération médicale subie au Texas, pour visiter ses enfants au pensionnat ou pour s’occuper de ses affaires en Arabie saoudite ».

Pourtant, durant cette période, plusieurs articles de journaux rapportent que Wafic Saïd dirigeait son empire depuis Londres. De plus, des documents officiels au registre des entreprises britanniques montrent que Wafic Saïd indiquait qu’il résidait à Londres durant les années où il prétend avoir vécu au Canada.

Vous avez des renseignements à nous faire parvenir sur ce sujet? Vous pouvez joindre Frédéric Zalac par courriel à frederic.zalac@radio-canada.ca ou par téléphone au 604-662-6882.

4 millions pour l’Institut Mulroney

L’ancien premier ministre se retrouve une nouvelle fois sur la sellette pour ses liens avec des intermédiaires controversés. Après sa carrière politique, Mulroney avait vu sa réputation entachée pour avoir accepté 225 000 $ en argent comptant du marchand d’armes allemand Karlheinz Schreiber.

En septembre 2017, Brian Mulroney est retourné visiter son alma mater, l’Université Saint-Francis-Xavier, en Nouvelle-Écosse.

Il était l’invité de marque d’une cérémonie soulignant le début de la construction d’un nouvel institut de près de 100 millions de dollars portant son nom : le Brian Mulroney Institute of Government. « Je veux redonner à l’Université qui m’a tant donné », avait-il dit lors de l’annonce du projet.

Brian Mulroney (au centre) lors du début des travaux de construction de l’Institut Mulroney
Brian Mulroney (au centre) lors du début des travaux de construction de l’Institut Mulroney Photo : Corey LeBlanc/The Casket

Du Canada aux États-Unis, de Londres à Paris en passant par le Moyen-Orient, Brian Mulroney a fait la tournée de ses amis les plus riches afin de collecter les dizaines de millions dollars requis pour la création de cet institut. Les noms des donateurs n’ont jamais été divulgués publiquement, mais de concert avec le Toronto Star, nous avons obtenu la liste grâce à la Loi sur l’accès à l’information.

On y trouve quelques noms controversés, dont Wilbur Ross, le secrétaire au Commerce américain que l’on retrouve dans les Paradise Papers en raison de ses liens d’affaires avec le beau-fils de Vladimir Poutine. David Koch, un des milliardaires qui ont financé le Tea Party, le fameux mouvement populiste de la droite américaine, a aussi financé l’institut.

Dans la liste apparaît aussi le nom de Wafic Saïd. Il a contribué pour 4 millions de dollars à l’Institut Mulroney, dont 3 millions pour financer la chaire Mila Mulroney, du nom de l’épouse de l’ex-premier ministre.

C’est Brian Mulroney lui-même qui a négocié l’entente signée en mars 2015 avec Wafic Saïd, quelques semaines avant que celui-ci n’obtienne son doctorat honorifique de l’Université.

« Ces documents suggèrent qu’il y a une sorte de transaction. Ce n'est plus un doctorat honorifique si c'est fait de cette manière, parce qu'un doctorat honorifique c'est quelque chose qui ne se vend pas », estime Peter Dietsch, professeur d’éthique économique et sociale à l’Université de Montréal.

Brian Mulroney en 2016 lors de l’annonce de la création de  l’Institut Mulroney
Brian Mulroney en 2016 lors de l’annonce de la création de l’Institut Mulroney Photo : Université Saint-Francis-Xavier

L’Université Saint-Francis-Xavier assure que ses doctorats honorifiques sont attribués selon un processus rigoureux. « Saint-Francis-Xavier est fière des contributions des individus qui ont reçu un diplôme honorifique de notre Université », dit son président Kent MacDonald. Il ajoute qu’il admire personnellement l’engagement de M. Saïd à appuyer l’éducation supérieure au Royaume-Uni.

Selon ceux qui ont enquêté sur lui, le milliardaire Wafic Saïd a voulu redorer son image, et du même coup redorer celle de son ami Brian Mulroney. « Il participe sciemment au processus de réhabilitation de celui qui a facilité la transaction d'équipement militaire la plus corrompue de l'histoire », conclut Andrew Feinstein de Corruption Watch.

Les Paradise Papers

Ce reportage a été réalisé grâce aux Paradise Papers, une fuite de plus de 13 millions de documents obtenus par le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et partagés avec le Consortium international des journalistes d’enquête (ICIJ) et ses partenaires, dont fait partie Radio-Canada.

Francis Plourde réalisateur, Frédéric Zalac journaliste, Melanie Julien chef de pupitre, Gaétan Pouliot journaliste, André Guimaraes développeur et Santiago Salcido designer

En collaboration avec le Consortium international des journalistes d’enquête (ICIJ), le Toronto Star, The Guardian et la BBC

Publicité