Peut-on guérir la pédophilie?

Par Bouchra Ouatik de Découverte

Les pédophiles sont parmi les gens les plus détestés de la société. Pourtant, un grand nombre d’entre eux ne passent jamais à l’acte et souhaitent plus que tout être débarrassés de cette attirance. Y a-t-il un espoir?

Les pédophiles sont parmi les gens les plus détestés de la société. Pourtant, un grand nombre d’entre eux ne passent jamais à l’acte et souhaitent plus que tout être débarrassés de cette attirance. Y a-t-il un espoir?

Par Bouchra Ouatik de Découverte

En apparence, Xavier (nom fictif) mène une vie tout à fait normale. Mais il traîne en lui un lourd secret que même sa famille ignore.

« J’ai pris conscience très, très graduellement que j’éprouve une attirance émotionnelle et physique pour des mineurs. Moi, ce qui m’intéresse particulièrement, surtout sur le plan physique, c’est les jeunes de 14 à 18 ans. Je sais aussi que je suis très vulnérable sur le plan émotionnel pour des garçons peut-être jusqu’à 8 ans », avoue-t-il.

Xavier est pédophile. Pourtant, il n’est pas un agresseur. Il n’a jamais touché à un enfant et il ne consomme pas de pornographie juvénile.

Pédophile et abstinent

Dans le langage populaire, les termes « pédophile » et « agresseur d’enfants » sont souvent utilisés comme synonymes. Pourtant, sur le plan scientifique, il y a une différence. Selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, le DSM-5, la pédophilie implique une excitation sexuelle envers un enfant prépubère, qu’il y ait ou non passage à l’acte.

Des recherches indiquent qu’environ 1 % des hommes seraient pédophiles. Les experts estiment que les cas de femmes pédophiles sont beaucoup plus rares. La majorité des pédophiles, comme Xavier, ne commettent jamais d’attouchements sur des mineurs.

« Dans le cas de la pédophilie, je sais que c’est mal, que ce n’est pas quelque chose à faire, dit-il. J’ai pris conscience, justement, que ça peut être très dommageable pour un jeune, d’avoir une relation avec un adulte.  »

Illustration s’inspirant de dessins d’enfants victimes d’agressions sexuelles. Illustration : Radio-Canada/Jasmin Simard

Agresseurs d’enfants mais non-pédophiles

D’un autre côté, on estime que les deux tiers des agresseurs d’enfants ne satisfont pas aux critères diagnostiques de la pédophilie. « La situation la plus courante où un non-pédophile va commettre une agression sexuelle sur un enfant est une situation d’inceste. Généralement, cela se passe dans des familles très chaotiques, parfois violentes », explique le psychologue James Cantor, chercheur au Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto.

« On pourrait se retrouver avec quelqu’un qui a, par exemple, commis une agression sexuelle sur un enfant, mais dont l’idée était d’avoir quelqu’un sous son emprise », indique la doctorante en psychologie Sarah Michelle Neveu, qui évalue des agresseurs sexuels à l’Institut Philippe-Pinel de Montréal.

« Ça aurait pu être une femme saoule, ça aurait pu être une personne âgée, ça aurait pu être un enfant. À ce moment-là, ça a été un enfant. La problématique est beaucoup plus dans la recherche de la domination ou du contrôle de la victime. »

« La différence entre les pédophiles qui agressent des enfants et ceux qui ne le font pas est la même qu’entre un homme hétérosexuel normal qui commet un viol et un qui ne le fait pas », souligne James Cantor. « Un homme qui commet un viol ou un pédophile qui agresse un enfant ont d’autres problèmes dans leur tête. C’est généralement ce qu’on appelle un comportement antisocial ou dans les pires cas, de la psychopathie. »

On estime que seul le tiers des agresseurs d’enfants sont véritablement pédophiles; la majorité des pédophiles ne commettent jamais d’agression. Illustration : Radio-Canada/Sophie Leclerc

Comment diagnostiquer la pédophilie?

Lorsqu’un individu agresse un enfant, il est important de déterminer s’il est véritablement pédophile afin de déterminer son risque de récidive.

« Quelqu’un qui va le refaire, c’est plus souvent quelqu’un qui a vraiment de la pédophilie, donc qui a une attirance de base envers des enfants », explique Christian Joyal, chercheur en neuropsychologie à l’Université du Québec à Trois-Rivières et à l’Institut Philippe-Pinel de Montréal. « Ceux qui l’ont fait sous l’effet de l’alcool, par exemple, ou de l’impulsivité, ou d’une opportunité, vont préférer les adultes. Donc eux, ils risquent moins de récidiver. »

Christian Joyal et ses collègues ont développé une méthode unique au monde pour mesurer l’excitation sexuelle, et ainsi diagnostiquer la pédophilie de manière fiable.

Le chercheur en neuropsychologie a d’abord mené ses recherches sur des hommes non pédophiles. Pendant qu’ils visionnaient des images de pornographie montrant des adultes, les participants subissaient une électroencéphalographie, qui mesure l’activité électrique du cerveau. Le chercheur a pu démontrer que lors d’une excitation sexuelle, l’activité cérébrale est plus intense dans l’aire dite sensorielle, située au centre du cerveau.

Deux autres instruments enregistraient également la réaction des participants : un pléthysmographe pénien, soit un anneau de mercure qui mesurait la circonférence de leur pénis, et un oculomètre, qui suivait le mouvement de leurs yeux par ondes infrarouges.

Le protocole développé par Christian Joyal est maintenant utilisé pour diagnostiquer la pédophilie au sein du Laboratoire d’évaluation des préférences sexuelles de l’Institut Philippe-Pinel. Ce laboratoire évalue des hommes qui ont commis des crimes sexuels, dans le but de déterminer leur sentence ou d’établir leur risque de récidive.

Au laboratoire, les patients sont exposés à des personnages virtuels d’enfants, d’adolescents et d’adultes, tous dénudés. Cette approche a été développée par le chercheur en psychologie et directeur du laboratoire, Patrice Renaud, pour éviter d’utiliser des images d’enfants réels. « En utilisant des personnages synthétiques, on contournait cet écueil éthique », explique-t-il.

Un homme subit une évaluation dans la voûte de réalité virtuelle de l’Institut Philippe-Pinel de Montréal. Photo : Radio-Canada

Des différences dans le cerveau

Le chercheur en psychologie James Cantor s’est quant à lui penché sur les causes de la pédophilie. En comparant les cerveaux d’hommes pédophiles et non pédophiles en imagerie par résonance magnétique, il a constaté des différences dans la matière blanche, c’est-à-dire les axones qui relient les différentes zones du cerveau. Chez les pédophiles, la densité de matière blanche est plus faible à certains endroits.

James Cantor explique que les adultes non pédophiles ont tout naturellement un instinct protecteur à la vue d’un enfant et un instinct de séduction à la vue d’un adulte qui les attire. Mais chez les pédophiles, la vue d’un enfant déclenche chez eux des pulsions de séduction. Selon lui, cela est dû à la façon dont la matière blanche relie certaines zones du cerveau.

Il croit que ces anomalies dans la matière blanche se développeraient durant le premier trimestre de la grossesse. « Le stress maternel, la malnutrition, les conditions de vie difficiles, tous ces facteurs influencent fortement la ‘’soupe chimique’’ dans laquelle le foetus se développe », dit-il.

Même si ses recherches démontrent que la pédophilie est innée, James Cantor est catégorique : les pédophiles ne sont pas condamnés à devenir des agresseurs.

Illustration : Radio-Canada/Sophie Leclerc

Quel traitement pour les pédophiles?

La majorité des experts s’accordent à dire qu’il est impossible de guérir la pédophilie, mais qu’on peut la traiter, en apprenant au patient à contrôler son attirance.

Le psychiatre Paul Fedoroff dirige la Clinique des comportements sexuels du Centre de santé mentale Royal Ottawa, où il a traité des centaines de pédophiles.

Ses patients reçoivent d’abord des médicaments destinés au traitement du cancer de la prostate, qui ont pour effet secondaire de réduire la libido. Ils suivent également des thérapies individuelles et de groupe pour apprendre à développer des relations entre adultes qui ne sont pas basées sur la sexualité.

« L’idée est de supprimer leur libido, pendant que nous les aidons à développer un intérêt et un comportement normal. Une fois qu’ils sont dans une relation saine et équilibrée avec une personne de leur âge, nous arrêtons les médicaments et leur libido revient, mais dans le cadre d’une relation saine. Cela fonctionne très bien », explique le Dr Fedoroff.

Le psychiatre incite aussi ses patients à s’entraîner à fantasmer sur des adultes lorsqu’ils sont excités, en consultant par exemple de la pornographie montrant des adultes.

Obtenir de l’aide sans se faire dénoncer

La majorité des patients traités par le Dr Paul Fedoroff ont commis des crimes sexuels, et ils suivent ces traitements dans le cadre de leur réhabilitation.

Mais pour les pédophiles qui n’ont jamais commis d’agression, il est plus compliqué d’obtenir de l’aide. Même s’ils sont innocents, ils risquent d’être signalés aux autorités en s’adressant à un professionnel de la santé. Au Canada, les médecins et les psychologues peuvent briser le secret professionnel s’ils estiment qu’il risque d’y avoir une victime.

Illustration : Radio-Canada/Sophie Leclerc

« Au lieu de recevoir le patient en thérapie, où je peux lui fournir des médicaments qui réduisent sa libido et lui apprendre à résister à son excitation, cette personne circule dans la société sans aucune supervision », déplore le psychologue James Cantor.

Il croit que le Canada devrait s’inspirer de ce qui se fait en Allemagne, où la loi protège le secret professionnel dans ces circonstances. Dans ce pays, l’organisme Dunkelfeld – un terme allemand qui signifie « zone sombre » – propose des thérapies préventives aux hommes pédophiles qui ne sont jamais passés à l’acte. Depuis 2005, une dizaine de cliniques ont traité des centaines de patients à travers l’Allemagne.

Publicité de Dunkelfeld (en allemand et en anglais)

Le Centre de santé mentale Royal Ottawa veut s’inspirer de cette approche. « Nous aimerions vraiment traiter les gens qui ne sont jamais passés à l’acte et nous nous apprêtons à publiciser que nous offrons un traitement qui n’implique pas de se faire arrêter et qui fonctionne », mentionne le Dr Paul Fedoroff. D’autres établissements, dont l’Institut Philippe-Pinel de Montréal, acceptent aussi de traiter des pédophiles qui ne sont jamais passés à l’acte.

Certains pédophiles abstinents se tournent plutôt vers des groupes d’aide en ligne, tels que Virtuous Pedophiles, ou « pédophiles vertueux ». Ce groupe virtuel accepte uniquement les pédophiles qui s’engagent à ne jamais toucher à un enfant et à ne jamais consulter de pornographie juvénile. « Ça m’aide. Je suis en contact avec d’autres personnes qui vivent la même chose que moi, donc je me sens moins seul », confie Xavier.

Comme plusieurs experts en santé mentale, James Cantor croit qu’il est essentiel d’intervenir auprès des pédophiles avant qu’ils ne passent à l’acte. « En rendant l’aide accessible aux pédophiles qui sont conscients de leur situation, non seulement cela les aide, mais c’est sans doute le meilleur moyen d’éviter qu’il y ait des victimes. »

Voyez le reportage de Bouchra Ouatik et de Chantal Théorêt à Découverte, dimanche, 18 h 30, à ICI Radio-Canada Télé.