Agressions sexuelles : le silence des Témoins de Jéhovah

Par Pasquale Turbide d'Enquête

Exclusif - Déclaré non coupable d'agressions sexuelles, il est de nouveau dans la mire des enquêteurs de la Sûreté du Québec. Michel Courtemanche a-t-il été protégé par ses frères témoins de Jéhovah? Des haut placés connaissaient l'existence d'une autre victime potentielle… et ils auraient gardé le silence.

Par Pasquale Turbide d'Enquête

Pénélope Herbert avait environ 10 ans lorsqu'elle se serait fait toucher sexuellement pour la première fois par Michel Courtemanche, qui, lui, frôlait les 30 ans.

À l'époque, les deux familles fréquentent la Salle du Royaume des Témoins de Jéhovah de Mont-Laurier, dans les Laurentides, et se côtoient à l'extérieur.

Ce que Pénélope décrit comme des compliments et des attouchements aurait graduellement évolué vers des contacts sexuels plus graves. À 11 ans, elle s'occupe des trois enfants du couple tous les lundis, pendant que Courtemanche et son épouse enseignent la Bible à de futurs témoins.

« Quand il revenait, il envoyait sa femme soit aller chercher du restaurant ou louer un film. Puis il venait m'agresser dans la chambre. Je refusais toujours de mettre ma main sur son pénis et de prendre son pénis dans ma bouche, toujours », explique Pénélope, aujourd'hui âgée de 42 ans.

Pour la faire taire, Courtemanche insinue que son père ne serait pas fier d'elle s'il savait ce qu'elle faisait, se souvient Pénélope. Elle n'a alors aucune notion d'éducation sexuelle et ne reconnaît pas l'horreur de sa situation.

« Quand j'étais plus jeune, je pensais que tout le monde faisait ça dans la congrégation. Je cherchais à savoir qui faisait quoi avec qui », explique-t-elle, ajoutant qu'elle croyait alors que chaque homme avait une « maîtresse enfant ».

« Je pensais que c'était la normalité », dit-elle.

Les agressions auraient continué pendant plusieurs années, et ce même si la famille de Pénélope a quitté Mont-Laurier. Lors de ses visites, Michel Courtemanche aurait continué d'exiger des relations sexuelles complètes avec Pénélope, qui avait alors 15 ans.

Pénélope Herbert et Michel Courtemanche
Pénélope Herbert et Michel Courtemanche Illustration : Radio-Canada/Jasmin Simard

La justice des hommes

À 17 ans, Pénélope trouve le courage de repousser Courtemanche après avoir découvert un article sur la pédophilie dans le magazine des Témoins de Jéhovah. Il ne la touchera plus. Elle finira par tout avouer à ses parents, qui avertiront immédiatement la congrégation de Mont-Laurier.

Bizarrement, toutefois, le processus de justice interne des Témoins de Jéhovah ne semble pas se mettre en branle (voir encadré).

Georges Leclerc est alors dirigeant de la congrégation, un « ancien », selon le jargon de l'organisation. Il n'aurait pas cherché à recueillir la version de Pénélope, une étape pourtant obligatoire chez les Témoins. À l'époque, Michel Courtemanche et lui sont bons amis.

Courtemanche sera réprimandé, mais il ne sera pas expulsé de la congrégation. Pénélope, elle, sera forcée de la quitter, car elle fréquente un nouveau petit ami sans être mariée.

Désillusionnée, Pénélope se tourne alors vers ce que les Témoins surnomment « la justice des hommes » et dénoncera Michel Courtemanche à la Sûreté municipale de Mont-Laurier en 1994.

Le dossier de police de l'époque frappe par sa minceur. Outre Pénélope, aucun autre témoin ne semble avoir été interrogé.

Les parents de Pénélope Herbert soutiennent avoir subi des pressions des membres de leur congrégation à l'époque. Trois témoins de Jéhovah leur auraient demandé de convaincre leur fille de retirer sa plainte pour protéger la réputation de l'organisation.

Pénélope refuse et Michel Courtemanche est accusé d'agression sexuelle et d'attentat à la pudeur.

Le 19 décembre 1996, il est acquitté. Il ne reste aujourd'hui aucune trace des témoignages ni des motifs de ce jugement.

Enquête a découvert que le juge, le procureur et les policiers de l'époque ne disposaient peut-être pas de toute l'information pertinente. Au moment du procès, des Témoins de Jéhovah savaient qu'une autre jeune fille avait déjà accusé Michel Courtemanche de l'avoir touchée de façon inappropriée.

Les anciens chez les Témoins de Jéhovah

Les anciens sont les membres les plus haut placés de chaque congrégation. Normalement au nombre de trois, ils guident les autres membres, leur enseignent les principes bibliques et sont responsables de faire respecter le code de vie des Témoins de Jéhovah ainsi que de punir ceux qui y dérogent. Ils documentent aussi les allégations de péchés graves de leurs membres.

Dans ces cas graves, comme un abus sexuel d'enfant, ils doivent établir un tribunal interne (ou comité judiciaire), mais seulement si au moins un témoin supplémentaire peut confirmer la version du plaignant. Les allégations d'agressions sexuelles d'enfant doivent aussi être rapportées aux quartiers généraux de chaque pays.

L'histoire de Carolle

Carolle Poudrier et Michel Courtemanche
Carolle Poudrier et Michel Courtemanche Illustration : Radio-Canada/Jasmin Simard

Au début des années 80, avant l'histoire de Pénélope, Michel Courtemanche travaille pour le père de Carolle Poudrier à Terrebonne, tout en retournant à Mont-Laurier le week-end.

Il lui arrive parfois de garder les enfants de son patron. C'est à cette occasion qu'il aurait proposé à la jeune Carolle, 11 ans, de s'asseoir sur lui. Les caresses et les chatouilles créent un malaise et la jeune fille s'enfuit dans sa chambre, où il l'aurait convaincue de se taire en lui disant que « son père ne serait pas fier d'elle s'il savait ».

Quelques mois plus tard, il l'aurait embrassée à deux reprises en insérant une fois sa langue dans la bouche de la petite.

Cette fois-ci, Carolle parlera. Elle se confie à une amie Témoin de Jéhovah qui s'empresse d'avertir un ancien de la congrégation de Terrebonne. Une rencontre aurait rapidement eu lieu au domicile de Carolle pour recueillir sa version des faits.

« J'étais vraiment stressée de parler d'une sorte de sexualité avec un monsieur que je ne connaissais pas, devant mon père. C'était gênant. Mais il me demandait ce qui s'était passé, alors je lui ai dit et il m'a remercié. Il m'a dit qu'il était pour s'occuper de ça », explique-t-elle.

Carolle Poudrier raconte sa version des faits à son père et à un ancien
Carolle Poudrier raconte sa version des faits à son père et à un ancien. Illustration : Radio-Canada/Jasmin Simard

Les Témoins de Jéhovah de Terrebonne se sont-ils « occupés » de cette situation, comme promis?

L'ancien identifié par Carolle est aujourd'hui membre haut placé au quartier général des Témoins, près de Toronto. John MacEwan admet connaître Carolle et sa famille, mais a nié les avoir rencontrées au sujet des allégations contre Michel Courtemanche. Lorsque nous lui avons demandé si des informations à son sujet avaient été transmises de la congrégation de Terrebonne à celle de Mont-Laurier, il a refusé de répondre.

Selon plusieurs sources au fait de leurs règles, dont l'ex-témoin de Jéhovah Marilou Lagacé, il serait fort surprenant que l'information n'ait pas été transmise à Mont-Laurier, le lieu de résidence de Michel Courtemanche.

« Non, c'est impossible. La première chose qu'ils doivent faire, c'est de prendre le téléphone et appeler sa congrégation en disant : "ton membre, de ta congrégation, il est chez nous, puis voici ce qu'il fait” », explique-t-elle.

Si l'information sur Michel Courtemanche s'est rendue jusqu'aux Témoins de Jéhovah de Mont-Laurier, les parents d'enfants de la congrégation n'en ont jamais rien su.

Quant au père de Carolle Poudrier, il nous a affirmé avoir pardonné à Michel Courtemanche.

Le père de Carolle Poudrier et Michel Courtemanche
Le père de Carolle Poudrier et Michel Courtemanche Illustration : Radio-Canada/Jasmin Simard

Elles étaient deux

En 2015, Carolle Poudrier et Pénélope Herbert ne se connaissent pas et ignorent qu'elles partagent un lourd secret.

Pénélope apprendra par hasard l'existence de Carolle, qui avait évoqué les transgressions de Michel Courtemanche avec une amie commune. La rencontre eut lieu quelques jours plus tard.

« C'était surréaliste. J'aurais même pas cru que ça aurait pu arriver […] Tout ce qu'elle me racontait, je voyais les mêmes paroles, je voyais le même personnage. Carolle est devenue ma vérité », dit Pénélope, qui voit cependant une différence majeure entre les deux situations. « Elle, elle a eu la brillante idée de le repousser. Elle a été forte. C'est ça qui a fait la différence. »

Cette rencontre a aussi ébranlé Carolle. « J'ai vu une femme de mon âge, mais j'ai vu une petite fille aussi. Ça m'a vraiment fait mal, ça m'a fait beaucoup de peine pour elle. »

Pénélope Herbert et Carolle Poudrier
Pénélope Herbert et Carolle Poudrier Illustration : Radio-Canada/Jasmin Simard

Peu avant la rencontre, Pénélope Herbert a décidé de dénoncer à nouveau Michel Courtemanche aux Témoins de Jéhovah en écrivant une longue lettre au quartier général. Elle ne savait pas qu'au moins deux autres femmes avaient déjà fait la même chose en accusant Courtemanche de les avoir agressées sexuellement lorsqu'elles étaient mineures. Il a finalement été exclu des Témoins de Jéhovah il y a trois ans.

Nouvelle enquête policière

Georges Leclerc et Michel Courtemanche
Georges Leclerc et Michel Courtemanche Illustration : Radio-Canada/Jasmin Simard

Les enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ) de Mont-Laurier s'intéressent de nouveau à Michel Courtemanche, ainsi qu'à l'ancien dirigeant de la congrégation de Mont-Laurier, Georges Leclerc.

Au moins sept victimes potentielles ont été identifiées, dont quatre ont déjà porté plainte, dont Pénélope Herbert et Carolle Poudrier.

La SQ fait aujourd'hui un appel au public dans cette affaire. « On cherche à identifier d'autres victimes potentielles qui se sentent peut-être seules, pas prêtes à parler. Elles doivent savoir que les enquêteurs sont prêts à les rencontrer. Également des témoins, il y a des gens, c'est sûr, qui connaissent des choses », affirme la porte-parole de la SQ, Martine Asselin.

Rappelons que Georges Leclerc est l'ex-ami de Michel Courtemanche, celui qui n'aurait pas recueilli la version de Pénélope Herbert il y a plus de 20 ans. Il fait toujours partie des Témoins de Jéhovah, mais il a perdu ses privilèges d'ancien, comme le révèle l'enregistrement d'une conversation entre Pénélope et deux haut placés de l'organisation.

Pénélope discute avec des anciens
Pénélope discute avec des anciens. Illustration : Radio-Canada/Jasmin Simard

« J'ai su tout dernièrement que Leclerc avait été discipliné pour pédophilie », a affirmé l'un des anciens lors de sa rencontre avec Pénélope.

« Il est suivi. S'il déménage, on écrit une lettre et on l'envoie avec tous les détails de pédophile [...] Leclerc n'a plus de privilèges, il n'a pas le droit d'aller en porte-à-porte seul. Il doit être avec un autre adulte », ajoute l'autre.

Au moins trois femmes ont dénoncé Georges Leclerc aux Témoins de Jéhovah, à l'interne. M. Leclerc a refusé de répondre à nos questions à ce sujet.

Joint au téléphone, Michel Courtemanche nie avoir abusé de Pénélope Herbert et de Carolle Poudrier. Il nous rappellera à plusieurs reprises avoir été déclaré non coupable par une cour de justice. « Ma seule erreur, ajoute-t-il, ça a été de me retrouver seul avec Pénélope. »

« La maison des fous »

Dans un reportage précédent, l'équipe d'Enquête avait mis au jour le système de justice parallèle des Témoins de Jéhovah qui châtie les violations de leur code de vie strict, y compris les accusations d'abus sexuels d'enfants.

Enquête avait révélé l'existence de procédures troublantes, notamment le tribunal interne appelé comité judiciaire, où, jusqu'à récemment, les personnes qui se disaient victimes d'agressions sexuelles devaient confronter leur agresseur en présence de trois anciens de la congrégation.

Comme pour n'importe quelle violation grave du code de vie des Témoins, deux personnes doivent dénoncer un abus sexuel pour que cette accusation soit retenue par le comité judiciaire. Cette procédure mène parfois à l'expulsion de la congrégation, mais pratiquement jamais à une dénonciation à la police.

Ce diagramme montre la complexité du processus de dénonciation interne et externe des Témoins de Jéhovah en matière d'abus sexuel d'enfants.

Ce diagramme montre la complexité du processus de dénonciation interne et externe des Témoins de Jéhovah en matière d’abus sexuel d’enfants.

La plainte doit emprunter un chemin tortueux avant d'être transmise aux autorités, ce qui ne sera fait que si la loi oblige les Témoins de Jéhovah à le faire. Ce qui est le cas au Québec, où le signalement d'un possible abus sexuel d'enfant à la Direction de la Protection de la Jeunesse est obligatoire.

Lorsque vient le temps de témoigner ou de fournir des dossiers à la justice, les Témoins cherchent avant tout à maintenir la confidentialité (étape 24), notamment en invoquant les privilèges ecclésiastiques que peut conférer la confession.

Il peut y avoir jusqu'à 30 étapes à franchir avant qu'un témoin accepte de témoigner en cour ou de fournir les dossiers secrets sur les membres de la congrégation.

« Je regarde ça et il y a quelque chose qui me vient à l'esprit : la maison des fous. Quand on étudie le processus, on réalise vraiment que c'est plutôt un processus d'évitement, c'est plutôt un système de protection de la réputation des Témoins de Jéhovah », explique l'ex-témoin de Jéhovah Marilou Lagacé, critique de l'organisation.

Ce diagramme a été déposé à la Commission royale australienne sur les abus sexuels d'enfants qui a réussi à démontrer que, sur une période de 60 ans, aucune des 1000 plaintes internes n'avait été transmise à la police australienne ni à la protection de l'enfance.

Le 1er septembre, les Témoins de Jéhovah ont envoyé des instructions claires à ce sujet dans une lettre aux anciens : « les victimes et leurs parents devront être informés de leur droit de signaler ces allégations aux autorités séculières. Ceux qui feront ce choix ne seront pas critiqués par les anciens ».