Une tique qui rend allergique à la viande

Par Jean François Bouthillette, des Années lumière

Des milliers d’Américains sont près de devenir végétariens bien malgré eux. La morsure d’une petite tique provoque là-bas des allergies – parfois mortelles – à la viande. Un problème qui trottine vers chez nous. À tout petits pas, mais résolument.

Des milliers d’Américains sont près de devenir végétariens bien malgré eux. La morsure d’une petite tique provoque là-bas des allergies – parfois mortelles – à la viande. Un problème qui trottine vers chez nous. À tout petits pas, mais résolument.

Par Jean François Bouthillette, des Années lumière

À l’été 2014, Julie LeSueur rentre chez elle après avoir couru comme à son habitude dans les sentiers de la North Bank Trail, un parc urbain boisé tout près de sa résidence, à Richmond, en Virginie.

« Une fois chez moi, j’ai trouvé une toute petite tique brune accrochée à mon pied, se souvient-elle. Je l’ai ôtée, simplement, et j’ai continué de vivre ma vie sans m’en préoccuper. Jusqu’à ce qu’elle change, ma vie. »

Julie LeSueur, au parc North Bank Trail, près de chez elle à Richmond, en Virginie. Elle n’était pas revenue à cet endroit où une morsure de tique a bouleversé son existence. Photo : Jean François Bouthillette

Quelques semaines plus tard commencent les vomissements et les diarrhées. Sans explication. Et sans arrêt. Au point où cette sportive en pleine santé, la jeune quarantaine, se déshydrate et doit être hospitalisée. Plusieurs fois. Puis elle se couvre de plaques d’urticaire. Sa peau enfle, lui démange. Toujours sans raison apparente.

Viennent ensuite les crises d’anaphylaxie. Ses yeux, sa bouche, sa gorge enflent. Elle a des difficultés respiratoires. Sa tension artérielle chute, elle perd conscience. Elle doit être transportée d’urgence à l’hôpital.

Julie LeSueur s’est fait tatouer « Allergie à l’alpha-gal » sur l’avant-bras, au cas où elle ne serait pas en mesure de le signaler à des soignants. Aux États-Unis, malgré des milliers de cas répertoriés, le syndrome n’est pas connu de tous les médecins. Photo : Jean François Bouthillette

« J’ai failli mourir – six fois plutôt qu’une – sans avoir aucune idée de ce que j’avais! J’ai vu des tas de médecins. Ils ne comprenaient pas. Ils évoquaient des maladies, un cancer », raconte l’Américaine.

Cet enfer dure un an. Puis un allergologue lui fait passer des tests. Et trouve. « Il m’a dit : vous êtes allergique à l’alpha-gal. Vous êtes allergique à la viande. »

Trois ans se sont écoulés depuis la morsure qui a bouleversé la vie de Julie LeSueur. Aucun traitement n’est possible, mais une fois l’allergie identifiée, elle vit mieux. Le quotidien est cependant moins simple.

Non seulement la viande est à bannir, à part la volaille et le poisson, mais il faut se méfier des sous-produits contenus dans les produits préparés, qui peuvent déclencher de violentes réactions. La contamination croisée est aussi une préoccupation constante. Photo : Jean François Bouthillette

« Je ne peux pas manger de viande, sauf de la volaille ou du poisson. Je dois toujours me méfier de la contamination croisée. Pour moi, manger à l’extérieur, c’est la roulette russe. »

Elle doit lire tous les ingrédients sur les emballages, de façon maniaque. « Il y en a partout, des produits d’origine animale. Partout! »

« Honnêtement, ce n’est pas tant la viande qui me manque, répond-elle quand on lui pose la question. C’est la tranquillité d’esprit. »

Des malades imaginaires?

Depuis le diagnostic, elle est suivie de près par le Dr Thomas Platts-Mills. L’allergologue-immunologue est bien placé pour le faire. Chef du département d’allergologie-immunologie à l’Université de la Virginie, il fait partie des chercheurs qui ont récemment découvert l’existence de ce syndrome.

Pourtant, il était sceptique quand les premiers cas de prétendue allergie à la viande sont apparus.

« J’ai dû voir les premiers cas autour de 2004 », se souvient-il. Des patients venaient ici, à sa clinique de Charlottesville, décrivant des réactions allergiques intenses.

« Certains nous disaient : “c’est la viande, docteur.” Mais c’était très bizarre. Ça arrivait soudainement, alors qu’ils en avaient mangé sans problème toute leur vie. La réaction se manifestait plusieurs heures après les repas. Et puis les tests d’allergie cutanés n’étaient pas convaincants. »

L’allergologue Thomas Platts-Mills suit des centaines de patients devenus allergiques à la viande. Son enquête a contribué à lever le voile sur cette allergie inouïe et son origine. Photo : Jean François Bouthillette

La découverte d’un nouvel allergène : l’alpha-gal

Commence alors une folle enquête, un peu par hasard. À cette époque, en effet, apparaît un nouveau médicament contre le cancer, le Cetuximab. Il fonctionne bien, mais cause parfois d’intenses réactions allergiques.

« Des réactions parfois graves, des anaphylaxies, précise le Dr Platts-Mills. Les patients se couvraient d’urticaire, enflaient, s’effondraient. Certains étaient tombés raides morts », se souvient-il.

Fait étrange : ces réactions au Cetuximab surviennent presque exclusivement dans les États du sud-est : en Virginie, en Caroline du Nord, au Tennessee. Alors qu’en Californie ou en Nouvelle-Angleterre, on n’observe pratiquement aucune réaction.

Le fabricant demande alors au groupe du Dr Platts-Mills d’enquêter pour comprendre l’origine du problème.

L’allergologue Thomas Platts-Mills, chef du département d’allergologie-immunologie à l’Université de la Virginie. Photo : Jean François Bouthillette

Les chercheurs analysent alors le sérum de patients, prélevé avant l’administration du médicament. Ils trouvent, en circulation dans le sang de ceux qui réagiront mal au Cetuximab, d’étranges anticorps. Il s’agit d’IgE – immunoglobulines de classe E – spécialement programmées pour déclencher une réaction immunitaire en présence d’un type de sucre particulier : l’alpha-gal. On n’avait jamais vu ça.

L’alpha-gal (ou galactose alpha 1,3 galactose, son nom complet) est un oligosaccharide, un sucre complexe présent dans la membrane des cellules de tous les mammifères non primates. Comme le médicament est fait à partir de cellules de souris, il en contient. D’où les réactions. Or, de l’alpha-gal, on en trouve aussi… dans la viande de boeuf, de porc et d’agneau, bien sûr!

Les chercheurs ont fait des liens en comparant les cartes des réactions allergiques au Cetuximab et à la viande (en gris), ainsi que des cas de fièvre pourprée des montagnes Rocheuses (en violet) et du territoire de la tique étoilée (en vert).

Le Dr Platts-Mills se met alors à tester le sang des patients qui se disaient allergiques à la viande, et qu’on n’avait pas pris au sérieux.

Improbable coupable

Puisque ces allergies – à la viande comme au médicament – sont concentrées dans le sud-est américain, on cherche une cause dans l’environnement.

« On a pensé à des champignons, des plantes, des parasites, dit le Dr Platts-Mills. Mais ce n’était rien de tout ça. »

L’immunologue demande alors à l’un de ses collaborateurs, Jacob Hosen, de fouiller toutes les cartes possibles pour trouver ce qui pouvait bien correspondre à cette zone.

Après l'analyse de centaines de cartes et des heures de recherche, il trouve. La distribution des cas de fièvre pourprée des montagnes Rocheuses, aux États-Unis, correspond assez bien à celle des réactions allergiques rapportées.

Et quel est le vecteur de cette fièvre-là? Une tique! La tique étoilée.

C’est dans les laboratoires du département d’allergologie-immunologie de l’Université de Virginie, notamment, que le Dr Platts-Mills et ses collègues ont identifié les IgE jamais observées avant, et découvert le nouvel allergène. Photo : Jean François Bouthillette

« On est retournés voir nos patients allergiques, leur demandant s’ils avaient été mordus », raconte le Dr Platts-Mills. Il qualifie cet instant de « moment eurêka ».

« Les histoires sortaient, magnifiques, constantes : ils avaient des tas de morsures, dit-il. Ils étaient tous jardiniers, chasseurs, adeptes d’équitation, randonneurs. C’est très fréquent, les morsures de tiques, ici. »

S’il y a tant de morsures, et que les cas d’allergie se multiplient, c’est qu’il y a plus de tiques qu’avant dans la région, pense le Dr Platts-Mills. Et s’il y a plus de tiques, croit-il, c’est que les populations de cerfs de Virginie ont explosé depuis quelques années. Ces cervidés, dont la tique étoilée raffole, ne sont plus chassés dans les banlieues qui s’étendent.

Au moment où l’équipe américaine identifie l’origine du problème, d’autres chercheurs au fait de leur découverte de l’allergie à l’alpha-gal rapportent des cas en Australie, en France, en Allemagne, en Suède, en Corée, en Chine, au Japon. C’est toutefois dans le sud-est des États-Unis qu’on en trouve le plus, et de loin, selon le Dr Platts-Mills.

Des milliers de cas

C’est un véritable enjeu de santé publique. Depuis l’an dernier, le Dr Platts-Mills et ses collaborateurs ont répertorié près de 4000 cas d’allergie à l’alpha-gal aux États-Unis.

Ces cas ignorés sont ceux de gens dont les symptômes sont moins graves, peut-être, et qui n’ont pas reçu de diagnostic, explique-t-il. Et d’autres, certainement morts d’une anaphylaxie sans qu’on en identifie la cause.

Au passage, les chercheurs observent que la zone où l’on trouve des patients allergiques s’étend. Au début, les cas étaient essentiellement concentrés en Virginie, en Caroline du Nord, au Tennessee, au Missouri et en Arkansas. On en voit maintenant au Kentucky, en Indiana et en Georgie. Jusqu’à l’extrémité nord de Long Island, à New York, où une allergologue a déjà vu des centaines de cas.

Amblyomma americanum, la lone star tick, ou tique étoilée. La femelle, un peu plus grande que le mâle, arbore la tache blanche qui peut avoir la forme d’une étoile, d’où son nom. Photo : iStock

Un mécanisme encore nébuleux

Heureusement, tout le monde n’est pas aussi sévèrement affecté que Julie LeSueur. Les réactions varient en intensité. Les plus chanceux s’en tirent avec un mal de ventre ou des rougeurs s’ils mangent un steak. C’est le cas du Dr Platts-Mills, lui-même mordu et devenu allergique dans la foulée de sa découverte.

Il faut dire que tous ceux qui sont mordus ne développent pas les anticorps IgE à l’alpha-gal. Et que tous ceux qui se mettent à en produire n’ont pas nécessairement de réactions allergiques non plus. On saisit encore mal le mécanisme en cause.

« Ce qu’on comprend, c’est que quand la tique étoilée mord, elle met de la salive dans la plaie, explique le spécialiste du système immunitaire. C’est une salive pleine de molécules compliquées, qui servent d’anticoagulant, pour que la tique puisse boire tranquillement le sang de son hôte. Une sorte de ciment, aussi, pour bien s’accrocher. »

Parfois, la morsure déclenche le développement des anticorps IgE au cours des semaines qui suivent la morsure. « Le corps peut alors se mettre à reconnaître l’alpha-gal comme une menace. Quand vous mangez de la viande, ensuite, ça déclenche une réaction allergique. »

Safari

Pour les autorités de santé publique de la Virginie, la tique étoilée est préoccupante. C’est pourquoi l’entomologiste David Gaines écume parcs et boisés de la Virginie pour la trouver, pour le compte des autorités de santé publique de l’État.

L’entomologiste David Gaines et son équipe font des relevés pour connaître l’étendue des populations de tiques et les zones qu’elles occupent. Photo : Jean François Bouthillette

Pour mieux comprendre le risque et prévenir au mieux ces problèmes, il traque régulièrement le petit acarien. Son équipe et lui font des relevés pour connaître l’étendue des populations de tiques et les zones qu’elles occupent.

Il se rend aujourd’hui dans un grand parc de la banlieue de Richmond, entre les secteurs boisés, les terrains de balle-molle, une écurie et des champs.

Armé de grands morceaux de tissus qu’il traîne au sol, il quadrille la zone. Les tiques, qui attendent tapies dans les feuilles, pourront sauter dessus, prenant le velours côtelé pour la fourrure d’un hôte : un repas.

La tique vit dans la litière de feuilles, qui lui procure l’humidité dont elle a besoin. En passant un drap de velours côtelé sur la litière, on recueille les tiques, qui prennent le tissu pour un mammifère à croquer. Photo : Jean François Bouthillette

« La tique se cache dans la litière de feuilles, explique l’expert. Quand un animal ou un promeneur passe, elle s’agrippe. Puis elle grimpe à la recherche d’une bonne place où s’accrocher. Elle mord, perce la peau, et s’accroche avec ses pièces buccales. Elle se nourrit là si on ne l’enlève pas pendant 36 à 72 heures. »

Sa salive, qu'elle injecte dans la plaie, est particulièrement allergène. « Il m’est arrivé d’être mordu par une tique étoilée, confie-t-il. J’ai eu des démangeaisons folles et continues, à cet endroit, pendant cinq mois! »

Au cours de cet avant-midi de safari, David Gaines trouve des tiques étoilées : plusieurs mâles, bruns et luisants, et une femelle arborant « l’étoile », la fameuse tache blanche sur le dos. Une nymphe, encore immature, se montre aussi. L’entomologiste prend des notes. Il est tôt en saison; il est surpris d’un tel succès.

Ce jour-là, bien qu’il soit tôt en saison, l’entomologiste trouve des tiques étoilées, y compris une nymphe. La tique étoilée se déplace très rapidement. Elle met quelques secondes à escalader la patte d’un cerf ou la jambe d’un randonneur. Photo : Jean François Bouthillette

Elle monte, monte, monte...

Des études récentes, fondées sur des projections climatiques, ont démontré que la tique étoilée étendait son territoire vers le nord et qu’elle devrait continuer de le faire. « C’est très clair, souligne l’entomologiste. Le climat change, les banlieues s’étendent, les chevreuils sont plus nombreux. »

Récemment encore, elle vivait dans le sud-est des États-Unis. On la trouve maintenant plus au nord, aussi loin que le sud des États du Maine, du New Hampshire, du Vermont, de New York et de l’Ohio, d’après le Center for Disease Control and Prevention (CDC) américain.

À nos portes, donc. « Si le climat continue de changer, je ne serais pas surpris qu’elle s’établisse encore plus loin au nord, au Canada », conclut David Gaines.

La tique étoilée progresse vers le nord et les cas d’allergie à la viande se multiplient.

Le Laboratoire de santé publique du Québec, l'Agence de santé publique du Canada et l'Université Bishop's demandent aux citoyens qui rencontrent des tiques de les signaler en ligne et d'envoyer leur spécimen par la poste. Si cette participation citoyenne s'avère efficace, le programme de surveillance sera bonifié.

L’avant-garde est déjà là

Les autorités de santé publique canadiennes s’intéressent d’ores et déjà à la tique étoilée, en raison de cette allergie et des infections qu’elle cause.

« C’est déjà tout près, à New York, et ça progresse, alors c’est sûr qu’on surveille », confirme la Dre Catherine Bouchard, vétérinaire épidémiologiste spécialiste de la tique à l’Agence de santé publique du Canada.

Femelle Amblyomma americanum gorgée de sang, trouvée au Québec Photo : Laboratoire de santé publique du Québec

L’anticipation de son arrivée fait penser à celle de sa « cousine » la tique à pattes noires, qui s’est installée au Canada il y a quelques années, en provenance de la Nouvelle-Angleterre – amenant avec elle la bactérie responsable de la maladie de Lyme.

Un réseau pancanadien de surveillance des tiques avait d’ailleurs été mis sur pied pour monitorer sa progression. Il sert aujourd’hui à voir venir la tique étoilée.

En plus de « chasses à la tique » en forêt, comme le font leurs homologues américains, les chercheurs de Santé Canada comptent sur les signalements et l’envoi de spécimens par les vétérinaires et les médecins de toutes les provinces.

Si Amblyomma americanum n’est pas encore établie de notre côté de la frontière, on en trouve cependant déjà des centaines, principalement dans le sud de l’Ontario et du Québec, depuis une quinzaine d’années.

Cette paruline masquée, trouvée au Québec, a des tiques immatures accrochées au pourtour des yeux. C’est ainsi que les tiques peuvent parcourir de longues distances. Photo : Catherine Bouchard (CB2)

« Ce sont des tiques adventices, explique la Dre Bouchard, dispersées par oiseaux migrateurs sur de grandes distances chaque printemps. »

« Cette progression vers le nord est intimement liée aux changements climatiques et à la météo », souligne-t-elle, précisant que les analyses démontrent que le sud du pays constitue déjà un environnement favorable à l’établissement de l’espèce.

La Dre Catherine Bouchard, vétérinaire épidémiologiste spécialiste des tiques à l’Agence de la santé publique du Canada. Dans la fiole, une tique étoilée trouvée au Québec récemment. Photo : Jean François Bouthillette

Allergologues sensibilisés

Du côté des allergologues d’ici aussi, on ouvre l’oeil. Les cas américains et ceux documentés ailleurs ont fait jaser la communauté internationale des experts dernièrement. L’information a circulé.

« On a commencé à voir de premiers patients devenus allergiques à la viande après une morsure de tique », confirme le Dr Hugo Chapdelaine, allergologue-immunologue au Centre hospitalier de l’Université de Montréal. Il en a lui-même diagnostiqué quelques-uns.

« Il s’agit, pour l’instant, de personnes mordues aux États-Unis, précise-t-il. Mais on va en voir de plus en plus. Et vraisemblablement, avec cette tique qui s’en vient [au Canada], on aura des cas de gens mordus ici. »

Comme dans le cas de la maladie de Lyme, on aura au moins l’avantage, ici, de connaître déjà l’existence du syndrome avant qu’il ne commence à se répandre.