Faire revivre les premiers Canadiens

Par Gaëlle Lussiaà-Berdou de Découverte

Pour raconter l’histoire du peuplement du Canada, l’équipe de Découverte a reconstitué un peu du quotidien des premiers occupants du territoire. Voici l’envers du décor.

Pour raconter l’histoire du peuplement du Canada, l’équipe de Découverte a reconstitué un peu du quotidien des premiers occupants du territoire. Voici l’envers du décor.

Par Gaëlle Lussiaà-Berdou de Découverte

Pour retrouver le paysage du sud du Québec il y a 12 000 ans, à la fin de la dernière ère glaciaire, il nous fallait… de la toundra.

Mais nous nous voyions mal déplacer toute une équipe de tournage dans le Grand Nord pour notre documentaire Les premiers Canadiens. C’est donc le sommet du mont Jacques-Cartier, en Gaspésie, qui a accueilli nos « chasseurs Clovis ».

De gauche à droite : le preneur de son Martin Thibault et les comédiens 
Nicolas Michon et Oliver Koomsatira, dans le rôle de chasseurs de la culture Clovis.
De gauche à droite : le preneur de son Martin Thibault et les comédiens Nicolas Michon et Oliver Koomsatira, dans le rôle de chasseurs de la culture Clovis. Photo : Radio-Canada

Outiller les « premiers Canadiens »

Afin de rendre ces reconstitutions à la fois crédibles et réalistes, les costumes, maquillages et accessoires devaient refléter ce que l’on connaît de cette période.

Pour la création des outils que l’on voit dans le documentaire, l’accessoiriste Jasmin Simard s’est basé sur des objets retrouvés sur des sites archéologiques.

Pour reproduire une pointe à cannelure taillée dans la pierre par des chasseurs Clovis il y a 12 000 ans, il s’est inspiré de copies de pointes retrouvées sur le site archéologique Cliche-Rancourt, en Estrie.

Des reproductions de pointes à cannelure sèchent dans l’atelier de l’accessoiriste Jasmin Simard.
Des reproductions de pointes à cannelure sèchent dans l’atelier de l’accessoiriste Jasmin Simard. Photo : Radio-Canada

Un processus de fabrication plus difficile qu’il ne l’imaginait, et pendant lequel il a gagné beaucoup de respect pour ces artisans du passé.

L’accessoiriste de Radio-Canada Jasmin Simard explique comment il s'y est pris pour reconstituer les outils.

Jasmin Simard a aussi été mis à contribution dans la reconstitution d’une scène de chasse au phoque, tournée sur le lac des Deux-Montagnes, au Parc national d’Oka, qui a servi de décor de banquise.

Jasmin Simard souffle dans un tuyau pour simuler l’arrivée d’un phoque qui vient respirer à la surface. Debout à côté de lui, le réalisateur Yves Lévesque. Plus bas, le preneur de son Martin Thibault et le caméraman Jérôme Voyer-Poirier.
Jasmin Simard souffle dans un tuyau pour simuler l’arrivée d’un phoque qui vient respirer à la surface. Debout à côté de lui, le réalisateur Yves Lévesque. Plus bas, le preneur de son Martin Thibault et le caméraman Jérôme Voyer-Poirier. Photo : Radio-Canada

D’autres accessoires plus improvisés ont été utilisés pendant le tournage, comme un « poisson » créé par l’habilleur Daniel Laliberté pour la reconstitution à l’île Verte d’une scène de pêche censée avoir eu lieu y a 13 000 ans sur la côte ouest canadienne.

Daniel Laliberté tient fièrement son « poisson » improvisé.
Daniel Laliberté tient fièrement son « poisson » improvisé. Photo : Radio-Canada

Vêtir les « premiers Canadiens »

Le tournage en Gaspésie, organisé fin septembre, a permis de profiter des magnifiques couleurs et de la lumière d’automne. Mais l’équipe a parfois dû affronter des conditions météorologiques difficiles, notamment au sommet du mont Jacques-Cartier, où l’hiver s’annonce déjà à cette période de l’année.

Un comédien se réchauffe entre deux prises au sommet du mont Jacques-Cartier.
Un comédien se réchauffe entre deux prises au sommet du mont Jacques-Cartier. Photo : Radio-Canada

Pourtant, la costumière Diane Lavoie avait tenté de tenir compte de ces conditions et des exigences du tournage dans ses créations spectaculaires.

La costumière de Radio-Canada Diane Lavoie raconte sa démarche pour recréer les habits des « premiers Canadiens ».

L’allure des « premiers Canadiens »

Outre les costumes et les accessoires, le maquillage joue un rôle crucial dans la reconstitution des premiers habitants. Le maquilleur – et un peu magicien – Stéphan Tessier pouvait passer jusqu’à trois heures à préparer un comédien avant de commencer le tournage. Pour une scène de chasse au phoque censée se passer il y a 2000 ans, le comédien Oliver Koomsatira a été complètement transformé.

Oliver Koomsatira avant et après être passé sous les mains expertes du maquilleur Stéphan Tessier Photo : Radio-Canada
Le maquilleur de Radio-Canada Stéphan Tessier explique comment il a transformé un comédien pour lui donner l'apparence d'un « premier Canadien ». des plaques tectoniques.
Le maquilleur Stéphan Tessier prépare les prothèses dentaires des comédiens.
Le maquilleur Stéphan Tessier prépare les prothèses dentaires des comédiens. Photo : Radio-Canada

Plusieurs artisans et techniciens de Radio-Canada ont participé au projet de documentaire sur les premiers Canadiens. Une aventure qui leur a demandé, un peu comme à ces pionniers, des trésors d’adaptation!

 Le réalisateur Yves Lévesque dirige les comédiens Christian Robert, Mélanie Elliott et le jeune Nicolas Germain-Viens.
Le réalisateur Yves Lévesque dirige les comédiens Christian Robert, Mélanie Elliott et le jeune Nicolas Germain-Viens. Photo : Radio-Canada