Y a-t-il plus d’attentats terroristes qu’avant le 11 Septembre?

Après Bali, Madrid, Mumbai, Moscou, Londres... les organisations terroristes semblent avoir frappé partout depuis 15 ans. Les attentats se sont-ils multipliés en réaction au 11 septembre 2001? Non. Selon les données que nous avons analysées, cette vague ne serait que toute récente.

Un texte de Jean-Philippe Guilbault

Selon les chiffres récoltés par le Global Terrorism Database de l'Université du Maryland, 2001 ne fut pas immédiatement suivie par une hausse d’attaques terroristes dans le monde. En fait, la moyenne du nombre d’attentats par année pour la décennie 2000-2010 est légèrement inférieure à celle ayant précédé l’attaque contre les tours jumelles.

« Ça m’a surpris un peu, admet le professeur à l’Université Laval et le titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la surveillance et la construction sociale du risque, Stéphane Leman-Langlois. Il n’y a jamais eu d’autres attaques comme celle de 2001. Plutôt que d’avoir un nouveau chapitre [du terrorisme], on a eu la fin du règne d’Al-Qaïda. »

Point de vue partagé par la professeure titulaire au département de science politique de l’Université Laval et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les conflits et le terrorisme, Aurélie Campana. « Le 11 Septembre a fait rendre compte à bien des gens que le terrorisme pouvait faire beaucoup plus de morts », précise-t-elle toutefois.

« Le 11 Septembre, en termes de nombre de morts et de blessés, est une sorte d’anomalie statistique dans les années 2000. »

- Aurélie Campana, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les conflits et le terrorisme

Selon M. Leman-Langlois, la lutte contre l’organisation d’Oussama ben Laden a créé un vide et ce n’est que depuis les cinq dernières années que le nombre d’attentats s’est multiplié. Et qu’ils sont plus meurtriers.

Pour la professeure associée en affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa, Costanza Musu, ce serait plutôt l’invasion de l’Irak en 2003 qui serait le moment-charnière pour le terrorisme mondial.

« L’instabilité et les luttes de pouvoir au Moyen-Orient commencent d’une certaine façon une tendance d’attaques de plus en plus violentes », explique-t-elle.

Les trois experts s’entendent d’ailleurs pour nuancer les analyses produites sur le terrorisme compte tenu du contexte particulier de cette région du monde et de la définition changeante du mot « terrorisme ». Pour M. Leman-Langlois, la ligne est mince entre ce qui peut être considéré comme un attentat ou comme une offensive militaire.

« Là, on parle d’actes qu’on a sortis d’une guerre civile où les bombes tombent toutes les heures de la journée et on dit que ceux-là sont “terroristes” et que les autres, non », illustre-t-il.

Le contexte particulier du Moyen-Orient transparaît également dans les méthodes employées pour commettre des attentats. Depuis 2002, à l’échelle internationale, beaucoup plus de gens meurent lors d’attentats commis par l’explosion de bombes.

Une statistique qui ne fait d’ailleurs que grimper depuis 2011, atteignant un triste sommet d’un peu plus de 17 000 victimes en 2015.

« Les groupes les plus actifs sont ceux dans des zones de conflit très intenses, explique M. Leman-Langlois. Donc qui ont accès à des munitions de type militaire. »

« Il faut faire la distinction entre le terrorisme dans des régions où on a un accès aux explosifs plus facilement et le terrorisme ailleurs comme on a vu en Europe, raconte Costanza Musu. On a vu l’utilisation de moyens qui n’ont rien à voir avec des explosifs sophistiqués, mais plutôt l’utilisation d’objets de tous les jours. »

Elle cite en exemple l’attentat de Nice perpétré au moyen d’un camion. « C’est une stratégie de terreur qui est très efficace puisqu’on n’a pas vraiment les moyens de combattre ça. On ne peut pas interdire les camions », explique Mme Musu.

L’Occident toujours à l’abri

Une constante depuis 1970 : l’Occident est encore et toujours relativement épargné par les terroristes. En 45 ans, l’Amérique du Nord détient une moyenne de 73 attaques terroristes par année, comparativement à 898 pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Pour sa part, l’Europe de l’Ouest a connu un creux du nombre d’attentats depuis 1996. Ses années les plus mouvementées restent la fin des années 1970 et le début des anées 1990.

« Si l’on croise ces données avec celles d’Europol jusqu’en 2013 ou 2014, les attentats commis par des mouvements nationalistes étaient plus nombreux sur le territoire couvert que ceux par le terrorisme islamiste », avance Aurélie Campana.

Selon le dernier rapport produit par l’organisation européenne, 17 attaques ont été commises en Europe l’an dernier par des groupes djihadistes, comparativement à 65 pour des groupes nationalistes ou séparatistes.

De plus, si l’on s’attarde aux 187 attaques réussies aux États-Unis depuis le 11 septembre 2001, la majorité a été perpétrée par des loups solitaires, des individus non-affiliés officiellement à des organisations terroristes connues. Par exemple, la fusillade de San Bernardino, en Californie, entre dans cette catégorie puisque, bien que le groupe armé État islamique ait revendiqué l’attaque, rien ne semble indiquer qu’il l’ait initialement organisée.

En fait, les plus actifs depuis les 15 dernières années aux États-Unis sont des groupes écologistes comme le Front de libération de la Terre (32 attaques) et le Front de libération des animaux (24 attaques) ou des militants anti-avortement (9 attaques). À titre de comparaison, Al-Qaïda n’est directement responsable en sol américain que des quatre attaques du 11 septembre 2001.

« C’est plus un risque qu’une menace, pense pour sa part Aurélie Campana. Ce sont des mouvements qui sont actifs dans la durée et qui ne datent pas d’hier. »

La professeure précise que s’ils peuvent être considérés violents, les groupes qualifiés d’éco-terroristes utilisent « une violence de très basse intensité » comparativement aux terroristes islamistes.

Position qui est partagée par Stéphane Leman-Langlois. « Ce sont des actes de vandalisme surtout », précise-t-il, donnant l’opposition de plus en plus importante aux projets d’exploitation pétrolière comme raison de la hausse de l’activité de ces organisations depuis les dernières années.

« Ça nous montre à quel point ce concept de terrorisme est délicat à manier parce qu’il sert à saisir des violences d’intensité différente, de nature différente, sous-tendu par des motivations différentes. »

- Aurélie Campana, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les conflits et le terrorisme

Mme Campana précise que la ligne entre terrorisme et désobéissance civile ne devient alors « qu’une question de perception du geste posé ».

Au final, depuis 1998, le terrorisme se serait d’une certaine façon « éloigné » de l’Amérique. Précédemment, l’Amérique du Sud semblait être le foyer des activités dites terroristes. Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord prendront ensuite progressivement la tête des régions les plus touchées.

« Clairement, c’est la situation politique qui change, explique Costanza Musu. Mais ce qui est impressionnant avec ces données, c’est le nombre d’attaques. Ce n’est pas que le terrorisme se déplace, il augmente dans des régions spécifiques. »

Une solution au terrorisme : les populations locales

Alors que les morts et les blessés liés au terrorisme semblent se multiplier au Moyen-Orient, il demeure de plus en plus complexe de trouver un moyen d’y mettre un terme.

« L’État islamique est en perte de vitesse de façon considérable depuis plusieurs mois et si l’on projette cela dans le temps, ce sera sa fin d’ici environ 18 mois. Mais on ne règle aucun des problèmes qui ont mené à la création de l’État islamique, se désole M. Leman-Langlois. Ça veut dire qu’on va avoir un État islamique 2.0 peut-être un ou deux ans plus tard. »

Aurélie Campana, pour sa part, souligne que le terrorisme demeure une tactique de prédilection pour divers groupes ne possédant pas énormément de ressources humaines ou financières.

« C’est clair que depuis les guerres de décolonisation, le recours au terrorisme s’est généralisé », explique-t-elle.

Tous s’entendent toutefois pour dire que tant que les forces internationales seront là pour imposer un ordre les favorisant, la stabilité dans cette région du monde ne pourra pas être assurée à long terme.

Méthodologie

Toutes les données sont tirées du Global Terrorism Database de l’Université du Maryland qui compile les actes dits terroristes à partir de sources publiques incluant les archives de journaux, des livres, des documents légaux. Ces sources sont dès que possible contre-vérifiées.

Cette base de données collige tous les événements qualifiés de terroristes selon cette définition : « La menace ou l’utilisation réelle d’une force ou violence illégale par un acteur non étatique afin d’atteindre un objectif politique, économique, religieux ou social à l’aide de la peur, de l’intimidation ou de la contrainte. »

  • L’acte violent sert des intérêts politiques, économiques, religieux ou sociaux;
  • L’acte violent sert à contraindre, à intimider ou à véhiculer un message à un public plus large que ses victimes;
  • L’acte violent ne respecte pas les préceptes du Droit humanitaire international.

La base de données a parfois été construite en partenariat avec différentes organisations au fil des années : de 1970 à 1997 avec le Pinkerton Global Intelligence Service (PGIS), de 1998 à mars 2008 avec le Center for Terrorism and Intelligence Studies (CETIS) et d’avril 2008 à octobre 2011 avec l’Institute for the Study of Violent Groups (ISVG).

Un problème avec le PGIS a causé la perte des données pour l’année 1993.

Seuls les pays reconnus en 2016 ont été retenus pour constituer la carte servant de bilan pour les attentats et le nombre de morts.

Les territoires palestiniens incluent la bande de Gaza et la Cisjordanie.

La liste des organisations terroristes les plus meurtrières exclut les parties impliquées dans le génocide rwandais ainsi que des organisations nationalistes devenues des partis politiques légitimes dans leurs pays respectifs.

Les méthodes employées pour perpétrer des actes terroristes se définissent ainsi selon le Global Terrorism Database :

  • Bombes et explosions : attaque perpétrée à l’aide de dispositif explosifs excluant les grenades ou tout autre projectiles.
  • Attaques armées : attaque perpétrée à l’aide d’armes à feu, incendiaires ou blanches.
  • Assassinats ciblés : action dont l’objectif principal est de tuer une ou plusieurs personnes connues ou importantes.
  • Attaques d’infrastructures : action, excluant l’utilisation d’explosifs, dont l’objectif principal est d'endommager une cible qui n’est pas humaine telle un bâtiment, un monument, un train, un pipeline, etc.
  • Piratages de véhicules : une action dont l’objectif principal est de prendre le contrôle d’un véhicule afin de le détourner de sa trajectoire initiale, d’obliger la libération de prisonniers, ou pour toute autre raison politique.