Le Québec bloquera-t-il 2200 sites Internet?

Le reportage de Louis-Philippe Ouimet

Avec le projet de loi 74, le gouvernement du Québec veut entre autres bloquer tous les sites Internet de jeu d'argent qui ne sont pas autorisés dans la province. Pour l'instant, un seul site est légal, celui que Loto-Québec a baptisé Espace Jeux. Cela signifie que pour se conformer à cette éventuelle mesure, plus de 2200 sites devront être bloqués. Loto-Québec envisage des partenariats avec les plus gros joueurs de l'industrie.

Un texte de Louis-Philippe OuimetTwitterCourriel

Loto-Québec estime que les jeux d'argent sur Internet représentent un marché d'environ 250 millions de dollars. Alors que la société d'État ne réussit qu'à aller chercher 20 % de ce marché avec Espace Jeux, elle compte sur un resserrement de la loi pour augmenter ses profits : « Advenant l'adoption du projet de loi [...] on évalue qu'après la première année d'opération, on irait chercher environ 27 millions de dollars de revenus supplémentaires, donc éventuellement, ce montant sera appelé à croître », explique Patrice Lavoie, porte-parole de Loto-Québec.

Patrice Lavoie, porte-parole de Loto-Québec

Les fournisseurs d'accès Internet dans le coup

Loto-Québec donnerait aux fournisseurs d'accès Internet une liste de tous les sites à bloquer. La loi obligerait les fournisseurs à obtempérer et à mettre un système en place. Une tâche complexe, mais pas impossible, explique le cofondateur d'EBOX, Jean-Philippe Béique : « C'est sûr que ce mécanisme sera facilement contournable. On va se dire les vraies affaires, [le joueur] peut contourner le système avec des méthodes peu sophistiquées. »

« À l'heure actuelle, on ne sait vraiment pas techniquement comment on va le faire, mais c'est sûr qu'il va y avoir un coût qui va être associé à ça », ajoute-t-il. Bonne nouvelle pour les plus petits fournisseurs d'accès Internet, le gouvernement pourrait les soutenir financièrement dans la mise en place d'un système pour bloquer les sites de jeu d'argent illégaux.

Jean-Philippe Béique, cofondateur de EBOX

Poker Stars et compagnie

Si les sites de jeux d'argent sont légion, quelques-uns se démarquent et attirent une grande partie des joueurs. Des internautes pourraient être tentés de trouver des moyens de continuer de fréquenter les sites illégaux. Loto-Québec envisage donc d'établir des partenariats avec certains d'entre eux en échange de redevances. « On peut penser à Poker Stars par exemple. Donc, ces gens-là pourraient postuler via un appel d'offres et par la suite offrir leurs jeux via la plateforme d'Espace Jeux. Ce serait quand même une collaboration » affirme le porte-parole de Loto-Québec.

Des modèles à suivre

Les mesures du projet de loi 74 font suite aux recommandations du Groupe de travail sur le jeu en ligne, dont le rapport a été publié le 6 novembre 2014. Louise Nadeau était la présidente de ce groupe de travail. Elle affirme à propos d'une éventuelle réglementation : « L'Italie a pris cette décision et est satisfaite de cette décision, aux dernières nouvelles... Il y a des histoires à succès, notamment celle du Royaume-Uni. »

Pour l'instant, Espace Jeux compte environ 16 000 clients et ses revenus sont en croissance.