Une entente sur le financement des CPE ne fait pas l'unanimité

Francine Lessard, présidente du Conseil québécois des services de garde à l'enfance Francine Lessard, présidente du Conseil québécois des services de garde à l'enfance

L'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), qui représente la majorité des CPE au Québec, maintient les moyens de pression malgré l'entente survenue entre le gouvernement et le Conseil québécois des services de garde éducatifs à l'enfance (CQSGEE).

Un texte de Julie DufresneTwitterCourriel

Lors d'une conférence de presse téléphonique, la directrice du CQSGEE s'est dite satisfaite de l'entente, même si les coupes étaient de l'ordre de 51 millions de dollars pour l'an prochain, « très loin des 120 millions » de compressions qui ont été annoncées jusqu'à maintenant, selon elle. Ces coupes concernaient aussi bien les CPE que les garderies privées subventionnées.

«  Il n'y aura pas de postes inévitablement coupés. Les parents administrateurs vont devoir faire des choix [...] Est-ce qu'on pourra préserver un service de qualité? Oui. On sent une grande préoccupation pour la qualité éducative.  » — Francine Lessard, directrice du Conseil québécois des services de garde éducatifs à l'enfance

De cette somme, 37 millions sont récurrents, c'est-à-dire qu'il s'agit de coupes déjà imposées cette année, et 14 millions constitueraient des « efforts supplémentaires ».

En contrepartie, le gouvernement aurait consenti à une allocation transitoire de 20 millions. Les explications quant à l'utilisation de cette somme n'étaient toutefois pas claires. Mais les nouveaux barèmes de financement vont tenir compte des coûts d'exploitation moyens des services de garde. C'est, selon Francine Lessard, ce qui permettra de mieux identifier les dépenses et d'aider à faire des choix éclairés.

L'entente prévoit un nouveau mode de financement qui comprend quatre enveloppes distinctes :

  1. Services directs : salaires du personnel éducatif (60 % de la totalité de la subvention);
  2. Services auxiliaires : denrées alimentaires (15 %);
  3. Services administratifs : salaires du personnel d'encadrement (20 %);
  4. Coûts d'occupation des locaux (5 %)

L'entente prévoit aussi 2 millions de dollars supplémentaires pour développer des projets pilotes pour des services de garde pour horaires atypiques (soir, nuit, fin de semaine), ainsi que 12 millions additionnels pour l'encadrement du personnel éducateur. 

Des sommes sont également octroyées pour les milieux défavorisés (11 millions) et l'intégration des enfants ayant des besoins particuliers (45,2 millions).

L'AQCPE maintient la pression

Louis Sénécal, président de l'AQCPE Louis Sénécal, président de l'AQCPE (archives)  Photo :  ICI Radio-Canada/Lorian Bélanger


Le président directeur général de l'AQCPE, Louis Senécal, n'a pas tardé à réagir sur les médias sociaux.

Dans un communiqué, l'AQCPE, qui dit représenter la majorité des CPE au Québec, invite la population à poursuivre ses actions de mobilisation.

L'association souhaite aussi une rencontre « dans les meilleurs délais » avec le nouveau ministre Sébastien Proulx pour connaître les intentions de son gouvernement. « Quant à nous, nous restons debout avec les familles. »