Un aventurier montréalais sauvé par la marine américaine au large des Bahamas

Attaque de pirates, bris de mât, panne de moteur, le voilier d'Éric Valois était en train de couler quand il a été sauvé par la marine américaine au large des Bahamas. L'équipage américain n'a pas hésité à changer de cap en pleine tempête pour aider le Québécois. Radio-Canada a obtenu les images exclusives du sauvetage.

Un reportage de Bahador ZabihiyanTwitterCourriel

« La veille de Noël, un homme a lancé un appel de détresse, et donc on va devoir le sauver », explique une membre d'équipage du USNS Pathfinder, en se filmant sur le pont de l'imposant navire de la marine américaine. Le sauvetage se passe au large des Bahamas. Les marins américains l'ont filmé durant une vingtaine de minutes, mais il a duré plusieurs heures.

Cliquez ici pour voir le sauvetage d'Éric Valois sur votre appareil mobile.

C'est un aventurier montréalais, Éric Valois, qui a lancé l'appel à l'aide. Ce marin d'expérience, qui offre des voyages en voilier aux touristes, se dirigeait seul vers les Bahamas, mais rien ne s'est passé comme prévu.

Des pirates haïtiens l'ont d'abord attaqué, au début de son voyage, début décembre. 

« Il y a eu trois pirates, qui, en pleine nuit, ont essayé de m'aborder. J'ai tout de suite pris des mesures pour ne pas qu'ils puissent monter à bord. Ça a été plutôt facile : ils n'étaient pas très équipés, ils n'avaient pas d'armes à feu, donc j'ai pu les éviter. » — Éric Valois, navigateur montréalais

Quelques jours plus tard, le mât de son voilier de 14 mètres s'est brisé et a endommagé la coque. « Durant cinq jours, j'ai lutté pour maintenir le bateau à flot manuellement, de façon mécanique aussi, avec des pompes », dit-il.

La fatigue a alors commencé à prendre le dessus. « On n'arrive pas, à une personne seule, à maintenir le niveau d'eau au même niveau sans tomber d'épuisement », dit-il.

Sans voile, avec un trou dans la coque et sans moteur

« J'avais un moteur hors-bord [...] et puis malheureusement, le moteur que j'avais acheté il y a quelques années, il a soudainement décidé de ne plus fonctionner », se souvient-il.

Le USNS Pathfinder, navire scientifique de la marine américaine. Le USNS Pathfinder, navire scientifique de la marine américaine.  Photo :  Military Sealift Command/USNS Pathfinder

Incapable de maintenir son bateau à flot, M. Valois a décidé de lancer des appels de détresse en haute mer après cinq jours de dérive. « Ce sont les appels radio que j'ai émis à des intervalles réguliers qui ont fait que, finalement, un bateau de la marine américaine a reçu le message », raconte-t-il.

Si ce bateau militaire américain ne l'avait pas secouru, Éric Valois aurait abandonné son voilier et pris son canot de sauvetage. « Je crois que mes chances de survie n'étaient pas très bonnes, disons, si j'en étais rendu à abandonner le bateau », précise-t-il.

Le naufrage d'Éric Valois au large des Bahamas

Cliquez ici pour voir la carte sur votre appareil mobile.

Plusieurs bateaux naviguant dans le même secteur ont ignoré ses appels à l'aide, même si le droit maritime les oblige à porter assistance aux marins en détresse. Le sauvetage s'est effectué en pleine tempête, avec des vagues de plus de 5 mètres et des vents de 70 km/h.

Le capitaine du USNS Pathfinder, Tom Pearse-Drance, dit que son équipage et lui n'ont pas hésité lorsqu'ils ont entendu l'appel de détresse radio.

« Il y a une ancienne loi en mer qui consiste à apporter de l'aide aux marins en détresse. Tout mon équipage s'est mis au travail, les ingénieurs prêts à manœuvrer, les matelots sur le pont pour aider à le ramener à bord, et tous les autres des autres départements étaient là pour aider ce marin » — Tom Pearse-Drance, capitaine du USNS Pathfinder

Il indique que le sauvetage aurait pu être risqué pour un autre navire, mais que le sien est très bien équipé. L'équipage est composé d'une majorité de civil car il s'agit d'un navire de recherche océanographique.

« La manœuvrabilité de notre vaisseau a facilité l'approche [...] ça aurait pu être plus dangereux et difficile pour un autre navire », dit M. Pearse-Drance, qui se trouve présentement en haute mer.

L'aventurier québécois Éric Valois a noué des liens d'amitié avec les marins américains qui l'ont secouru. L'aventurier québécois Éric Valois a noué des liens d'amitié avec les marins américains qui l'ont secouru.  Photo :  Radio-Canada
« Ça a été plutôt facile. Quand je suis arrivé à bord, ils m'ont tous agrippé. Ils semblaient plus contents que moi de m'avoir sauvé! » — Éric Valois, navigateur montréalais

Une fois à bord, l'ambiance a été cordiale. Les marins ont même fêté Noël, le 24 décembre. Le capitaine s'est déguisé en père Noël et a offert des cadeaux aux personnes à bord. M. Valois a reçu le chandail officiel du USNS Pathfinder.

Repos

Après sept ans et demi sous les tropiques, M. Valois est de retour à Montréal pour se reposer. Il a pu sauver quelques effets personnels, mais son bateau a coulé. « C'était mon gagne-pain, c'était ma maison, c'était tout, alors j'ai tout perdu [...], mais je me compte chanceux d'être en vie », dit le voyageur montréalais.

Toutefois, M. Valois ne compte pas abandonner sa vie d'aventurier. 

Le voilier d'Éric Valois, le Flamboyant. Le voilier d'Éric Valois, le Flamboyant.  Photo :  Éric Valois

« On n' est ici qu'une fois sur la Terre et je compte bien en profiter. J'ai une liste de choses à faire avant de mourir », confie-t-il.

Éric Valois, qui a tour à tour été traducteur, employé dans une compagnie de cosmétiques, pilote d'avion et navigateur, compte se reposer à Montréal pour le moment. Il n'avait pas mis les pieds dans la métropole depuis sept ans.

Le reportage de Bahador Zabihiyan