L'application de covoiturage UberX arrivée à Montréal

UberX : Montréal après Toronto

Les Montréalais peuvent désormais se transformer en chauffeurs de taxi quand bon leur semblera. Depuis mercredi, 10 h, l'application de covoiturage commercial d'Uber, UberX, est utilisable dans la métropole.

Un texte de Jean-Sébastien CloutierTwitterCourriel

UberX permet de jumeler conducteurs et passagers membres. Les clients voient en temps réel sur leur téléphone mobile les membres d'Uber qui circulent autour de l'endroit où ils se trouvent et peuvent leur transmettre une requête par l'entremise de l'application. Les conducteurs, eux, utilisent leur propre voiture et facturent au passager un tarif moins élevé que ce qu'un taxi demande.

À Montréal, Uber évalue que son application coûtera en moyenne 30 % moins cher que le taxi. La compagnie prend un pourcentage de 20 % sur la course, et le reste va au conducteur. Toutes les transactions se font par carte de crédit via le web. Pour son lancement montréalais, Uber a fait appel à l'ex-plongeur olympique Alexandre Despatie pour séduire la population.

Si l'application est une façon facile d'économiser ou de gagner un peu d'argent pour bien des gens, elle représente néanmoins une réelle menace pour l'industrie du taxi, qui s'inquiète. À San Francisco, où Uber partage le marché pour ce genre de service avec d'autres compagnies du web, certains chauffeurs de taxi disent avoir perdu la moitié de leur clientèle.

Dans certaines villes comme Toronto, les applications d'Uber sont contestées en cour. L'entreprise se défend d'être illégale et joue souvent sur l'absence de réglementation pour ce type de transport. Les autorités montréalaises ont déjà fait savoir qu'elles s'opposeraient à la venue du covoiturage commercial dans la métropole au nom de la protection de milliers d'emplois dans l'industrie du taxi et au nom de la sécurité des passagers.

Louis-Philippe Ouimet fait l'essai d'UberX

Uber, de son côté, argumente qu'elle a une entente avec la GRC pour vérifier les antécédents criminels de ses chauffeurs, ce qui n'est actuellement pas le cas pour les taxis montréalais. L'entreprise est en pourparlers avec les autorités québécoises et a demandé une rencontre avec le maire Denis Coderre, ce qui lui a été refusé jusqu'ici.

L'application UberX est présente dans quelque 150 villes dans le monde, Montréal étant la troisième ville du Canada à s'en servir, après Toronto en septembre et Ottawa il y a quelques semaines.

L'entreprise, qui vaut 18 milliards de dollars, affirme qu'elle a lancé son service de covoiturage plus vite que prévu dans la métropole parce que près d'une centaine de personnes se sont déjà inscrites pour être chauffeurs lors d'un recrutement intensif au cours des dernières semaines sur le web.


Et vous? Que pensez-vous de cette nouvelle application? Répondez-nous dans les commentaires ci-desous.