Le débat sur le gaz de schiste

Des fuites dans les puits d'hydrocarbures abandonnés de la vallée du Saint-Laurent

Le reportage de Jonathan Lavoie

Selon l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), de nombreux puits de gaz et de pétrole abandonnés fuient dans la vallée du Saint-Laurent. Le groupe demande au gouvernement libéral de les faire inspecter.

Il y aurait plus de 600 puits abandonnés dans la vallée du Saint-Laurent, selon l'AQLPA et le Collectif moratoire alternatives, vigilance et intervention (CMAVI). Et certains d'entre eux ne sont pas étanches, affirment les deux associations. Lors d'une démonstration destinée aux médias aujourd'hui, un des membres de CMAVI a réussi à gonfler un sac en plastique « d'un pied cube » en deux minutes et demie, grâce au gaz qui s'échappait d'un puits abandonné à Saint-Françoise-de-Lotbinière.

« Nous comme citoyens, on est inquiet [...] Parce que si des puits de type conventionnel fuient [...] Qu'est-ce qui va arriver si on a 20 000 puits de gaz de schiste qui sont forés dans la vallée du Saint-Laurent » — Serge Fortier, membre du Collectif moratoire alternatives, vigilance et intervention (CMAVI)

M. Fortier s'inquiète d'un éventuel développement des puits de gaz de schiste.

Il serait plus difficile de s'assurer de l'étanchéité des puits de gaz lorsqu'il y a fracturation hydraulique, affirme le géologue Marc Durand, qui s'oppose à l'exploitation du gaz de schiste.

« Il y a un bogue technologique dans la façon de faire la fracturation, et même dans la façon de faire les forages, et ça amène des fuites à long terme de façon quasi certaine », affirme-t-il.

L'AQLPA demande au gouvernement de mettre sur pied un programme d'inspection des puits abandonnés. En 2011, 31 puits abandonnés avaient été inspectés dans le cadre d'une étude de Québec. La moitié d'entre eux n'étaient pas étanches.

L'Association pétrolière et gazière du Québec indique que c'est la province qui est responsable des puits abandonnés.

En ce début de longue fin de semaine, il a été impossible d'obtenir un commentaire du gouvernement. Philippe Couillard souhaite une large étude sur la filière des hydrocarbures.

Le débat sur le gaz de schiste