MSN Messenger cessera définitivement d'exister dans deux mois

Bahador Zabihiyan
Radio-Canada avec BBC
Le logo de MSN Messenger Le logo de MSN Messenger  Photo :  Microsoft

La fin de Windows Live Messenger en Chine, prévue le 31 octobre, sonnera le glas de ce service de messagerie instantanée offert par Microsoft depuis 15 ans : les internautes chinois étaient les derniers à y avoir accès.

Un texte de Bahador ZabihiyanTwitterCourriel

Les trentenaires s'en souviennent sûrement, mais ne l'utilisent probablement plus. Lancé en 1999, ce service, connu d'abord sous le nom de MSN Messenger, a vécu son heure de gloire à partir des années 2000, notamment chez les adolescents.

Mais après avoir acheté Skype - un service qui permet aux utilisateurs de passer des appels téléphoniques et vidéo via Internet - Microsoft a progressivement délaissé Windows Live Messenger, qui s'est longtemps limité à l'envoi de messages écrits et de fichiers.

Aujourd'hui, seuls les Chinois y ont encore accès. Mais plus pour longtemps.

En 2009, Windows Live Messenger comptait encore 330 millions d'utilisateurs. Ce nombre a toutefois rapidement fondu avec l'arrivée de Skype, Facebook et l'avènement des téléphones intelligents.

MSN Messenger avait été lancé au tournant du siècle afin de concurrencer le service de messagerie instantanée d'AOL. Il avait ensuite gagné en popularité, jusqu'à devenir la référence mondiale en termes de clavardage. Le service de Microsoft s'était ensuite considérablement élargi, permettant la transmission de photos, d'enregistrements sonores et de vidéos.

Microsoft avait réalisé une entrevue humoristique et décalée avec un personnage incarnant MSN Messenger lorsque l'entreprise avait annoncé la fin de son service en France, l'année dernière. « Je voudrais juste vous dire merci à tous. On s'est bien marré. Maintenant, il est temps pour moi de partir », disait le personnage, lors d'une entrevue factice.

Pour voir la vidéo sur nos applications mobiles, cliquez ici.

Depuis l'annonce de Microsoft, plusieurs ont exprimé leur nostalgie, sur Twitter.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook