Les trois évadés d'Orsainville arrêtés à Montréal

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Les reportages de Karine Bastien et de Marc-Antoine Ruest

Deux semaines après leur évasion spectaculaire par hélicoptère le 7 juin dernier, les trois fugitifs du Centre de détention de Québec ont été arrêtés vers 1 h 30 du matin dans une résidence de Montréal par le Groupe d'intervention tactique de la Sûreté du Québec (SQ).

Serge Pomerleau, 49 ans, Denis Lefebvre, 53 ans, et Yves Denis, 35 ans, ont été capturés au 370 rue Saint-André, un immeuble en copropriété luxueux et récemment construit dans le Vieux-Montréal. Ils ne se sont pas opposés à leur arrestation et sont détenus au quartier général de la SQ, où ils ont été interrogés. 

La SQ donne peu de précisions sur l'opération, étant donné que d'autres arrestations pourraient survenir, possiblement des complices qui auraient aidé les prisonniers à s'évader ou à s'héberger par la suite.

Les derniers enquêteurs ont quitté les lieux de l'arrestation vers 9 h 30 du matin. L'escouade canine a également été sollicitée. Une Toyota Echo de couleur grise a été saisie et les policiers ont emporté des pièces à conviction.

Les trois hommes faisaient l'objet d'importantes recherches, tant au Canada qu'à l'international. Interpol avait notamment publié une alerte internationale.

Les trois détenus sont de retour au Centre de détention de Québec. Ils comparaîtront lundi au palais de justice de Québec devant le juge Louis Dionne.

Une ministre soulagée

Entrevue avec la ministre Lise Thériault

La ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, était soulagée, dimanche matin. « Notre priorité numéro un, c'était vraiment qu'ils soient rattrapés », a-t-elle dit. « Nos gens ont très, très bien œuvré. Que ce soit les policiers de la Sûreté du Québec, que ce soit les services de renseignement, les gens au ministère de la Sécurité publique, la collaboration du gouvernement fédéral... »

« On a vraiment travaillé d'arrache-pied et ça se termine bien. Tant mieux. » — Lise Thériault

Pascal Bérubé, porte-parole de l'opposition officielle en matière de sécurité publique, a lui aussi félicité la Sûreté du Québec, estimant que les policiers avaient empêché une potentielle fuite à l'extérieur du Québec et avait procédé à une opération sans heurts ce matin. « Je suis, comme bien des citoyens québécois, rassuré », a-t-il dit.

M. Bérubé note cependant que bien des questions demeurent. « C'est le début d'une recherche de vérité. On va peut-être en savoir davantage sur ce qui s'est passé à l'intérieur du centre de détention », espère-t-il. Le député péquiste aimerait bien savoir aussi ce qui s'est passé entre le moment de l'évasion et l'arrestation d'aujourd'hui.

« Le public veut savoir ce qui s'est passé. » — Pascal Bérubé
Appartement où les trois fugitifs ont été arrêtés. Appartement où les trois fugitifs ont été arrêtés.  Photo :  PC/Graham Hughes

Dangereux criminels

Les trois hommes avaient été arrêtés dans le cadre de l'opération Écrevisse, qui avait permis de démanteler un réseau de stupéfiants en Abitibi-Témiscamingue, en 2010.

Considérés comme dangereux, les trois détenus devaient subir un procès pour meurtres prémédités en janvier 2016 au palais de justice de Montréal.

Notice orange d'Interpol sur les trois évadés de Québec Notice orange d'Interpol sur les trois évadés de Québec  Photo :  Interpol

Ils sont accusés des meurtres Johnny Coutu et Benoît Denis. Le premier, un criminel notoire bien connu du milieu policier, a été assassiné à Laval le 13 juillet 2009, alors que le second a été tué à Joliette le 13 mai 2010. Le réseau dont les trois hommes sont soupçonnés d'avoir été les têtes dirigeantes a plusieurs meurtres de trafiquants de drogue concurrents à son actif.

Depuis le 8 avril, les trois évadés de prison subissent aussi un procès devant jury à Québec pour trafic de stupéfiants. Selon la Couronne, le réseau qu'ils dirigeaient était relié aux Hells Angels et opérait principalement en Abitibi. Le procès, qui durer jusqu'au mois d'août, s'est poursuivi malgré l'absence des accusés.

Ils devront répondre à des accusations de bris de prison et d'évasion. Comme le procès des accusés est toujours en cours, le Directeur des poursuites criminelles et pénales, René Verret, ne peut commenter l'affaire.

« On sait que la Sûreté du Québec poursuit son enquête. On va devoir pour le moment laisser les policiers compléter leur travail », a-t-il répété.

Doit-on s'étonner d'avoir retrouvé les évadés d'Orsainville à Montréal?

Crise politique

Depuis les dernières semaines, l'évasion spectaculaire a causé beaucoup de remous à l'Assemblée nationale. 

Les événements du 7 juin ont forcé les autorités à se poser de sérieuses questions sur les mesures de sécurité à prendre pour éviter ce genre d'évasion, notamment parce que la cote de sécurité des détenus en question a été abaissée avant l'évasion.

Aussi, des experts estiment qu'il a été trop facile pour les fugitifs d'atterrir et de redécoller du Centre de détention de Québec, car la vaste zone où se trouve l'établissement n'était soumise à aucune restriction de vol. Depuis, Québec a décrété l'instauration de zones d'exclusion aériennes au-dessus des établissements de détention de Québec, Saint-Jérôme et Rivière-des-Prairies.  

Se disant insatisfaits des réponses reçues des autorités et ministères concernés, le premier ministre Philippe Couillard et la ministre de la Sécurité publique Lise Thériault ont également créé une commission d'enquête administrative sur les circonstances qui ont mené à cette évasion. Il s'agit de la seconde évasion par hélicoptère au Québec en 15 mois, deux détenus s'étant évadés de la prison de Saint-Jérôme en mars 2013.

La ministre Thériault a été vertement critiquée par les partis d'opposition à l'Assemblée nationale pour sa gestion de la crise au cours des deux dernières semaines, et ce, jusqu'à la dernière journée de la session parlementaire. Le PQ a même réclamé sa démission.

« Lorsque tous les rapports seront connus, que ce soit l'enquête de Me Bouchard ou le rapport d'enquête policière, ça nous permettra surement de tirer de bonnes leçons et de s'assurer que ça ne se produise plus », a déclaré la ministre aujourd'hui.

Mme Thériault assure aussi que « rien qui sera ménagé » pour s'assurer que les trois hommes restent bel et bien derrière les barreaux, cette fois, et qu'ils subissent leur procès.

Appartement où les trois fugitifs ont été arrêtés. Appartement où les trois fugitifs ont été arrêtés.  Photo :  PC/Graham Hughes

Facebook