Le « vrai » temps d'attente moyen aux urgences est de 4 heures

Le reportage de Josée Thibeault

La durée moyenne d'attente aux urgences dans les hôpitaux pour la grande majorité des Québécois est de 4 heures, selon une nouvelle statistique compilée depuis trois ans.

Un texte de Josée ThibeaultTwitterCourriel

Depuis 2011-2012, le ministère de la Santé demande en effet aux hôpitaux de fournir la durée moyenne de séjour (DMS) pour les patients dits « ambulatoires », c'est-à-dire des cas urgents qui doivent être vus très vite ou qui ne nécessitent pas d'être placés sur une civière.

Pour ces patients, la moyenne entre le triage par une infirmière qui définit le code de priorité et la sortie de l'urgence est d'un peu plus de 4 heures en 2013-2014.

Bon an mal an, les salles d'urgence du Québec reçoivent près de 3,5 millions de visites. De ce nombre, près de 7 personnes sur 10 (68 %) sont cataloguées « ambulatoires ».

Pour les autres (32 %), les patients sur civières, la DMS est toujours à une moyenne de 16 heures 40 minutes en 2013-2014. Une amélioration par rapport aux 17 heures 30 minutes de moyenne d'attente de l'année précédente.

Mais à certains endroits, la patience est de mise, car les données que nous avons obtenues du ministère de la Santé et des Services sociaux montrent que l'attente à l'urgence peut encore atteindre une moyenne de 25 heures.

Dans ces cas, on nous explique que les gens placés sur civières sont en attente de résultats de tests, de transfert dans un autre établissement ou qu'un lit se libère en vue d'une hospitalisation.

Auparavant, les données de DMS n'existaient que pour ces patients sur civières.

Que pense le gouvernement de cette nouvelle donnée ?

Le ministre Barrette Le ministre Barrette

Pour le nouveau ministre de la Santé, Gaétan Barrette, c'est une bonne chose que d'avoir plus que la durée moyenne de séjour sur civière pour se faire une idée de la performance des urgences.

« En toute transparence, la population doit avoir le portrait le plus juste. Ne prendre qu'un seul élément ne peut pas refléter le bon fonctionnement ou le mauvais fonctionnement de notre système de santé. À l'urgence, on doit idéalement pouvoir séparer la clientèle qui est ambulatoire de celle qui est sur une civière, ce n'est pas du tout la même chose. Ce n'est pas la même clientèle, ce n'est pas le même type de cas. »

Un séjour moyen de 4 heures est justement la cible que se sont fixée les provinces canadiennes pour une attente raisonnable aux urgences des hôpitaux pour la majorité de la clientèle, soit l'ambulatoire. Le ministre Barrette croit que ça pourrait être moins. Il s'engage d'ailleurs à ce que les cliniques de type groupe de médecine de famille (GMF) respectent leurs contrats de service et offrent des horaires plus étendus pour les rendez-vous, comme c'était prévu au départ. Comme ses prédécesseurs, il s'engage à réduire le temps d'attente aux urgences.

« Je pense que ça devrait être moins si les ressources extra-hospitalières fonctionnaient à pleine capacité, ce qui n'est pas le cas actuellement », dit le ministre.

À l'Association des médecins d'urgence (AMUQ), on est bien content d'avoir enfin des chiffres pour appuyer une réalité qu'on connaissait déjà : pour une grande majorité de personnes, l'urgence n'est pas un endroit où l'attente est interminable pour tout le monde.  « Non seulement c'est valable, mais utile, les gens ont besoin de savoir que si on va à l'urgence, on va pas nécessairement attendre 24 heures là. En moyenne, ce n'est pas si mal que ça dans le réseau [et] ça peut aider pour démystifier l'attente à l'urgence mais il va y avoir encore des cas extrêmes », affirme le président de l'AMUQ, le Dr Daniel Mathieu.

Il est aussi vrai que certains centres hospitaliers affichent 6 heures d'attente ou plus pour les patients ambulatoires qui se présentent à l'urgence. Il y a des cas à Montréal, dans sa périphérie et en Outaouais. Certains établissements stratégiques comme l'hôpital régional de St-Jérome et celui de Sept-Îles tirent aussi de la patte.

En contrepartie, des hôpitaux comme à Sainte-Anne-des-Monts en Gaspésie, certains établissements du Bas-Saint-Laurent ou de Chaudière-Appalaches affichent des temps d'attente moyens pour les patients ambulatoires d'environ 2 heures.

Pour consulter le graphique sur un appareil mobile, cliquez ici

Info en continu