Un Québécois sauve la vie d'une personne suicidaire en France, par Facebook

Bahador Zabihiyan
Radio-Canada
Suicide, dépression  Photo :  iStockphoto/Kirsty Okeeffe

À la suite d'une alerte lancée par un Québécois, les policiers de Clermont-Ferrand, en France, se sont lancés dans une course contre la montre, samedi, afin de sauver la vie d'une femme qui avait annoncé sur Facebook qu'elle comptait se suicider.

Un texte de Bahador ZabihiyanTwitterCourriel

Ils ont réussi à retrouver la personne suicidaire, alors qu'elle avait déjà commencé son passage à l'acte. Elle était inconsciente, dit David Warme, le capitaine de la police française qui a coordonné l'opération.

« Tout était prêt pour le suicide [...] », explique-t-il en entrevue téléphonique avec Radio-Canada. Elle a été conduite à l'hôpital et se porte maintenant mieux.

C'est Nelson Carrière, résident de Rivière-du-Loup et administrateur du groupe Facebook nommé « Le messager de l'au-delà », qui a tiré la sonnette d'alarme, samedi. La quadragénaire en détresse, qui est membre de ce groupe Facebook dans lequel les internautes parlent de spiritualité, lui a envoyé un message sans équivoque.

« Elle en avait assez et tout ça, et pour elle, c'était le temps de mettre fin à ses jours. Au début, je ne la croyais pas, je pensais que c'était une blague, puis elle m'a dit : non, c'est trop tard, je n'ai pas besoin d'aide. » — Nelson Carrière, administrateur du groupe « Le messager de l'au-delà »

M. Carrière, qui ne connaissait pas personnellement cette femme, a toutefois compris l'urgence de la situation. Il a réussi à joindre la tante de celle-ci, une résidente de l'Alsace. Celle-ci a averti la police.

« On a pris ce contact avec la personne qui habite en Alsace, on a croisé les recherches entre ce qu'elle avait sur sa page Facebook et les fichiers de police dont je disposais. » — Capitaine David Warme, police nationale française

Alors que trois patrouilles de policiers français étaient à pied d'œuvre pour retrouver la personne en détresse, la tante de celle-ci l'avait jointe sur son téléphone et tentait tant bien que mal de l'empêcher de passer à l'acte.

Contactés vers 17 h, les policiers français ont été capables de retrouver la femme suicidaire quatre heures plus tard, sur son lieu de travail. Les policiers ont réussi à géolocaliser son cellulaire.

M. Carrière lui a parlé au téléphone dimanche. « Elle m'a contacté hier pour me remercier de lui avoir sauvé la vie », dit-il. « J'incite les gens à ne pas rester dans la détresse, peu importe ce qui se passe dans leur vie, peu importe ce qui arrive, de parler à quelqu'un », conclut M. Carrière, qui ajoute que son père s'est suicidé il y a plusieurs années.