La charte des valeurs, entre division et inclusion

58 % des Montréalais s'opposent à la charte

Manifestante contre la charte à Montréal, le 14 septembre 2013. Manifestante contre la charte à Montréal, le 14 septembre 2013.  Photo :  PC/Ryan Remiorz

Exclusif - Plus de la moitié des Montréalais sont plutôt ou très opposés au projet de charte des valeurs québécoises du gouvernement péquiste. Et seulement 18 % se disent très en faveur, selon un sondage CROP commandé par Radio-Canada.

La charte propose notamment d'interdire le port de signes religieux dans la fonction publique québécoise.

« On voit que ceux qui sont contre la charte sont beaucoup plus mobilisés. On a un bloc de 40 % qui nous disent : "Moi je suis très opposé à la charte." Donc, il y a vraiment une opposition très très forte », explique le vice-président de la maison de sondage CROP, Youri Rivest.

« Les francophones sont légèrement en faveur de la charte à la hauteur de 60 %. Puis, les anglophones sont très opposés à la charte. » — Youri Rivest, vice-président de la maison de sondage CROP

Le débat sur la Charte des valeurs québécoises continue de faire couler beaucoup d'encre et de susciter les débats. Mais pourtant, l'opinion des Montréalais semble maintenant faite, selon le sondeur. Youri Rivest observe cette tendance dans les récents sondages qu'il a effectués :

« Ce qu'on voit en tout cas, c'est que l'opinion n'a pas bougé. [...] J'ai de la misère à voir les gens changer d'opinion là-dessus. Les positions sont assez campées », souligne M. Rivest.

Par ailleurs, Youri Rivest ne croit pas que la récente sortie médiatique d'une vingtaine de femmes québécoises en faveur de la charte influencera le débat.

Méthodologie

Le sondage a été effectué auprès de 1001 internautes montréalais âgés de 18 ans et plus, du 11 au 15 octobre 2013, par l'entremise d'un panel web.

Les données ont été pondérées afin de refléter la distribution de la population de la ville de Montréal selon la répartition au sein des arrondissements, le sexe, l'âge et la langue maternelle des répondants.

Étant donné le caractère non probabiliste de l'échantillon, la marge d'erreur ne s'applique pas. Puisqu'on choisit arbitrairement des unités, et non aléatoirement, il n'existe donc aucune façon d'estimer ou de mesurer la fiabilité de l'échantillonnage.

La charte des valeurs, un débat de société

Facebook