Des experts mettent en garde contre un puissant analgésique vendu sur le marché noir

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Une boite de Fentanyl -  Photo :  CBC

Le Fentanyl, un puissant analgésique utilisé comme drogue, se répand de plus en plus au Canada. Il a déjà causé plusieurs décès.

Selon Pierre-André Dubé, pharmacien et toxicologue de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), le Fentanyl se trouve « sur le marché noir et sa présence est en augmentation ».

« Les gens meurent par surdose », indique M. Dubé. « Souvent, ils développent une tolérance et prennent graduellement des doses de plus en plus importantes pour obtenir l'effet euphorisant recherché. Il arrive qu'ils arrêtent d'en prendre, par exemple lors d'une cure de désintoxication, puis reprennent la même dose qu'auparavant, sans se rendre compte que leur tolérance n'est plus la même », explique-t-il.

« Ils risquent alors une dépression violente, l'interruption de certaines fonctions cérébrales et la mort par arrêt respiratoire. Certains sont réduits à l'état végétatif », ajoute-t-il.

Le Fentanyl est vendu sur ordonnance aux personnes souffrant de douleurs chroniques, et aussi aux cancéreux. La substance est appliquée normalement sous la forme de timbres que l'on colle sur la peau pendant trois jours, pour lui permettre de pénétrer graduellement dans le corps.

Les toxicomanes peuvent l'obtenir en s'emparant des timbres usés jetés aux ordures, mais qui gardent encore 70 % de la dose initiale, et l'absorbent de différentes manières.

Au moins trois décès par surdose ont été signalés à Ottawa ces derniers mois, mais la police pense qu'ils doivent être en fait beaucoup plus nombreux.

En 2009, la police de Timmins, en Ontario, mettait en garde les citoyens contre cette substance.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook