Le recteur de l'UQAM craint pour les universités

Entrevue avec le recteur de l'UQAM, Claude Corbo

Claude Corbo, recteur sortant de l'UQAM, s'inquiète pour l'avenir des universités.

Recteur de 1986 à 1996, puis à partir de 2008, Claude Corbo terminera son mandat le 6 janvier 2013. Il part toutefois dans un contexte qu'il juge préoccupant. Il constate que le « consensus » sur la nécessité de mieux financer les universités s'est effrité. Selon lui, c'est pourtant vital pour leur survie.

« Si nous n'investissons pas maintenant dans nos universités, s'il n'y a pas une contribution financière soutenue et croissante au cours des prochaines années, nous allons mettre en péril la qualité de notre système de santé dans 10 ou 15 ans, la qualité de notre système d'éducation, la capacité de nos entreprises à être compétitives et productrices. L'université est un passage obligé pour le développement et le bien-être futur de la société », dit-il.

« Nous n'allons pas cacher à la société que si elle veut que ses universités remplissent pleinement leur rôle, il faut leur assurer les moyens nécessaires. » — Claude Corbo

Préoccupé par la compression de 124 millions de dollars récemment annoncée par le ministre de l'Enseignement supérieur et qui se traduira par une coupe de 12,5 millions pour l'UQAM d'ici le 30 avril 2013, Claude Corbo plaide pour un financement stable et prévisible du réseau universitaire.

Il se dit quand même « modérément optimiste » en ce qui concerne l'avenir, et espère que la tenue du Sommet sur l'éducation permettra de discuter d'enjeux fondamentaux et de reconnaître le rôle social des universités.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook