La qualité de l'air des écoles laisse à désirer

École secondaire  Photo :  IS/sjlocke

La qualité de l'air qu'on retrouve dans les écoles primaires laisse à désirer, ce qui peut hypothéquer la santé des enfants, déplore le vérificateur général du Québec dans son rapport annuel déposé jeudi à l'Assemblée nationale.

La vérification de la qualité de l'air dans les écoles primaires a été effectuée dans six écoles faisant partie de trois commissions scolaires du Québec : la Commission scolaire de Montréal, la Commission scolaire des Navigateurs et la Commission scolaire Sorel-Tracy.

Diverses lacunes observées, dont la présence de moisissures et un mauvais contrôle du taux d'humidité, font dire au vérificateur général que le ministère de l'Éducation, qui chapeaute les commissions scolaires, laisse les bâtiments scolaires se détériorer, risquant ainsi de nuire à la santé des enfants et à leur productivité en classe.

Une ventilation inadéquate a été observée dans toutes les écoles visitées. L'entretien ménager laisse aussi à désirer. Par exemple, dans près de 80 % des classes visitées, le plancher était sale ou poussiéreux.

Aucune des trois commissions scolaires visitées n'effectue d'inspection visuelle annuelle des bâtiments sous leur responsabilité, contrairement à ce qui devrait être fait.

De manière générale, le vérificateur par intérim, Michel Samson, reproche au ministère de l'Éducation de ne pas exiger des commissions scolaires qu'elles rendent des comptes régulièrement sur la qualité de l'air ambiant circulant dans leurs écoles.

Le parc immobilier scolaire est âgé et mal entretenu. L'âge moyen des écoles primaires au Québec est de 53 ans. Plus d'un demi-million d'enfants les fréquentent.


Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Facebook