Alcool au volant : la police intensifie ses opérations

Un policier questionne un automobiliste lors de d'un barrage routier, jeudi soir, au sud de Montréal. Un policier questionne un automobiliste lors de d'un barrage routier, jeudi soir, au sud de Montréal.

Comme c'est le cas chaque année à l'approche de la période des Fêtes, les corps policiers redoublent de vigilance pour prévenir la conduite automobile avec les facultés affaiblies.

Au Québec, les corps policiers comptent cette année encore travailler de concert pour sensibiliser les automobilistes et intercepter les contrevenants.

« Du 1er décembre au 2 janvier, les corps de police au Québec vont travailler ensemble pour contrer ce phénomène-là. Plus de 1500 barrages routiers seront mis en place sur le territoire.

Le message est clair, que ce soit par l'alcool ou par la drogue, la conduite avec les facultés affaiblies n'est pas tolérée », explique l'agent Martin Simard, du Service de police de l'agglomération de Longueuil.

Lors d'une opération menée jeudi soir à Longueuil, 14 automobilistes sur les 2500 interceptés ont été invités à passer l'alcootest. Un seul d'entre eux a été arrêté pour facultés affaiblies

Les automobilistes devront donc être vigilants et se méfier des fêtes de Noël et des partys de bureau un peu trop arrosés. Mieux vaut prévoir un chauffeur désigné, prendre un taxi ou faire appel à un service de raccompagnement comme Nez rouge pour rentrer à la maison.

Au Québec, le tiers des accidents de la route est causé par la conduite avec facultés affaiblies.

L'alcool au volant

Selon le Conseil exécutif canadien sur les toxicomanies, en 1981, 62 % des conducteurs décédés dans un accident de la route au Canada avaient de l'alcool dans le sang.

En 2004, 35 % des automobilistes tués lors d'accident de la route avaient de l'alcool dans le sang. Environ 1052 personnes sont mortes dans des accidents impliquant un conducteur ivre cette année-là.