La commission Charbonneau

Lino Zambito veut tourner la page

Le reportage de Louis-Philippe Ouimet

De passage à l'émission Tout le monde en parle dimanche soir, l'ancien propriétaire d'Infrabec Lino Zambito s'est dit heureux de ne plus être dans le domaine de la construction.

« Je vous le dis franchement, je suis heureux d'être sorti de ce domaine-là. J'espère que mes enfants vont se souvenir que j'ai aidé à régler le problème dans le monde de la construction qui est pourri », a-t-il affirmé.

Accueilli chaleureusement sur le plateau de l'émission, dont l'enregistrement avait lieu jeudi soir, il a affirmé qu'il était honnête et sincère.

Il a révélé avoir tenté de s'entendre avec la Couronne pour éviter un procès criminel, mais sans succès, et se dit maintenant prêt à faire face à la justice.

Le professeur de communication sociale et publique à l'Université du Québec à Montréal (UQAM), Bernard Motulsky, a analysé l'entrevue. « Il nous dit un peu ce que l'on a envie d'entendre. Il est celui par lequel, non pas le scandale arrive, mais la dénonciation arrive. Il montre des gens », a-t-il expliqué.

Pourtant, depuis 2009, Lino Zambito est au coeur de l'actualité et pas nécessairement pour les bonnes raisons.

Devant la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats dans l'industrie de la construction, il a admis sur la place publique avoir participé à un système de collusion.

L'avocat criminaliste Normand Boudrault invite la population à rester critique. « Encore une fois, l'émission est allée chercher du capital de sympathie », estime-t-il.

Invité lui aussi à Tout le monde en parle, l'ex-ministre libéral Jean Cournoyer n'a pas eu de mots tendres à l'égard de Lino Zambito. « Il y a 25 000 entrepreneurs au Québec. S'ils étaient tous comme lui, on serait en faillite », a-t-il déclaré.

Interrogé dimanche par Radio-Canada, Lino Zambito s'est défendu de vouloir redorer son image.

« Par mes interventions que je fais ce soir et demain, je veux démontrer aux gens qui sont appellés à la commission Charbonneau que c'est une commission sérieuse », a conclu celui qui a mis au défi les gens qui nient les allégations « d'aller à la Commission et d'aller les nier sous serment ».

Lino Zambito voudrait maintenant tourner la page. L'ex-entrepreneur en construction, qui subira un procès au début de 2013, s'est dit d'ailleurs impatient que « la vraie vérité » à son histoire soit révélée, tout en se disant « très confiant » quant à l'issue de son procès.

En complément

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook