La commission Charbonneau

La commission Charbonneau fait relâche

François Messier
Radio-Canada
Lino Zambito devant la commission Charbonneau Lino Zambito devant la commission Charbonneau

La commission Charbonneau a suspendu ses travaux jusqu'au 15 octobre. Le témoignage de l'ex-propriétaire d'Infrabec Lino Zambito devant la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction ne reprendra donc que dans 10 jours. Les travaux de la Commission pourront alors de nouveau être diffusés.

Depuis 11 h mercredi, le témoignage de l'homme d'affaires est frappé d'une ordonnance de non-publication en raison des accusations qui pèsent contre lui.

Son témoignage s'est néanmoins poursuivi pendant de longues heures. Les journalistes et quelques curieux y ont assisté depuis les locaux de la Commission, au 500, boulevard René-Lévesque Ouest, mais personne ne peut révéler quoi que ce soit sous peine d'être accusé d'outrage au tribunal.

Depuis le début de son témoignage, M. Zambito a admis avoir fait partie d'un cartel des égouts actif à Montréal. Le groupe d'une dizaine d'entrepreneurs se répartissait les contrats et utilisait diverses stratagèmes pour détrousser le Trésor public.

Pendant quelques années, l'ex-vice-président d'Infrabec dit avoir versé 3 % de la valeur des contrats obtenus au parti Union Montréal du maire Tremblay, 2,5 % au clan mafieux sicilien Rizzuto et 1 % à un ingénieur de la Ville, Gilles Surprenant, surnommé M. TPS.

Il a au passage allégué que l'ex-directeur général et l'ex-président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Robert Abdallah, et Frank Zampino se sont mêlés illégalement de contrats publics.

Il a aussi allégué que le parrain de la mafia montréalaise, Vito Rizzuto, a joué le rôle de médiateur dans un litige l'opposant à l'entrepreneur en construction Tony Accurso.

MM. Abdallah, Zampino et Accurso ont tous réfuté publiquement les allégations de Lino Zambito.

La commission présidée par France Charbonneau fait relâche la semaine prochaine. Ses travaux se déroulent à un rythme de trois semaines sur quatre.

Pour me joindre :
francois.messier-nm@radio-canada.ca

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook