Droits de scolarité au Québec : un débat de société

La police disperse une manifestation au centre-ville de Montréal

Des étudiants devant le siège social d'Hydro Québec

Quelques centaines de personnes ont répondu à l'appel de la Coalition large de l'association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) et se sont réunies pour bloquer l'entrée du siège social d'Hydro-Québec à Montréal, mercredi midi.

Selon le Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM), tous les manifestants ont été dispersés et aucune arrestation n'a été effectuée.

La manifestation a été déclarée illégale dès le départ, car des projectiles auraient été lancés en direction des policiers.

La CLASSE avait convié les manifestants à une « action de perturbation nationale » au square Philips. Devant le siège social d'Hydro-Québec, ils ont scandé des slogans anticapitalistes et antigouvernement Charest. Parmi eux se trouvaient des gens masqués, mais aussi des baby-boomers et des parents d'étudiants.

Hydro-Québec a été ciblée pour des raisons symboliques, car l'organisation « représente aussi la hausse des tarifs », telle que prévue dans le budget Bachand de 2010, a expliqué Jeanne Reynolds, coporte-parole de la CLASSE.

Les manifestants entendaient aussi dénoncer les conséquences écologiques de certaines décisions d'Hydro-Québec, comme celle de céder ses droits d'exploitation sur l'île d'Anticosti à des compagnies étrangères.

Facebook