Réactions négatives à la relance de la mine d'amiante Jeffrey

Le reportage de Marie-Michelle Lauzon

De nombreuses voix s'élèvent pour dénoncer l'octroi d'un prêt de 58 millions de dollars pour redémarrer la mine d'amiante Jeffrey à Asbestos.

« On ne comprend pas. Le gouvernement appuie la mine avec des fonds publics qui assassine non seulement des milliers de personnes à l'international, mais qui cause aussi des ravages phénoménaux ici au Québec ! »

Le cofondateur de la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine, Ugo Lapointe ne comprend pas que le gouvernement mettent des fonds publics dans l'amiante qui tue des milliers de personnes.

Idem pour le président de l'Association des médecins spécialistes en santé communautaire du Québec qui a envoyé une lettre de protestation au premier ministre Jean Charest.

Même indignation chez Greenpeace, qui trouve scandaleux et honteux d'encourager une industrie qui tue plus de 100 000 personnes par année dans le monde.

Si la santé est au coeur des protestations, l'impact économique l'est aussi.

Ugo Lapointe craint aussi un désastre économique. « On n'a pas vu le montage financier de la compagnie, on doute que ce soit un montage solide. Quand il n'y aucune banque qui accepte de prêter de l'argent et que seul le gouvernement le fait, il faut se poser des questions. »

D'après un reportage de Marie-Michelle Lauzon